Éclairage

Médecins Sans Frontières en France

Médecins Sans Frontières offre depuis 2015 une assistance médicale d’urgence aux migrants sur le territoire français, notamment aux mineurs non-accompagnés.

18/07/2018
© Armelle Loiseau/MSF

SITUATION - Les 4 clés pour comprendre

1.

1 Contexte

Qu’ils soient en transit ou demandeurs d’asile, la pression exercée sur les personnes migrantes en France n’a cessé de s’intensifier ces dernières années. Face aux conditions d’accueil inhumaines des nombreux migrants massés sur le littoral nord, sans accès aux soins de santé ni hébergement décent, Médecins Sans Frontières décide de rouvrir sa mission France en 2015. Selon les estimations du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), plus d’un million de personnes sont arrivées en Europe par la mer cette année-là, fuyant la guerre et les persécutions dans des pays comme la Syrie, l'Érythrée, l’Irak ou encore l’Afghanistan. La politique européenne vis-à-vis de ces réfugiés s’est révélée particulièrement inhospitalière et indigne, avec notamment la mise en place progressive d’une fermeture des frontières (matérialisée par la construction de murs, de barrières, de grillages et une répression brutale entre autres). L’accord signé avec la Turquie en mars 2016 entérinait ensuite la stratégie d’endiguement et de dissuasion de l’Union européenne vis-à-vis de ces flux migratoires, en coupant l’accès des réfugiés à l’Europe par la route des Balkans.

 

Sur le territoire français, et notamment dans le camp surpeuplé de Calais, qui accueillait plusieurs milliers de personnes, les candidats à l’exil étaient maintenus dans des conditions de vie sordides, harcelés et traqués par les autorités publiques. Après les démantèlements des camps de Calais et de celui de La Linière, construit par MSF sur la commune de Grande-Synthe en collaboration avec la municipalité, Médecins Sans Frontières concentre en 2017 son assistance sur les mineurs non-accompagnés, qui devraient normalement bénéficier de l’aide sociale à l’enfance et d’une mise à l’abri et qui en sont souvent exclus.

2.

2 Carte de situation

Carte France rappport international 2016 + Pantin

Principales interventions de Médecins Sans Frontières en France. Source : rapport international de MSF 2016.

©MSF

3.

3 Décryptage

© MSF décembre 2017

5 min pour comprendre… La situation des mineurs isolés

Sur le territoire français, l’aide sociale à l’enfance a l’obligation de protéger les mineurs non accompagnés au titre de l’enfance en danger. Mais aujourd’hui, les jeunes migrants se déclarant mineurs non-accompagnés ne sont pas pris en charge partout comme ils devraient l'être, et on constate de grosses différences selon le département où se trouve le mineur. À Paris, le dispositif est saturé et défaillant et certains mineurs se retrouvent à la rue.

4.

4 Les repères chronologiques

1987

Ouverture du premier programme de MSF en France et développement d’activités de soins de santé pour les plus précaires.

1996

Ouverture par MSF d’un projet d’accueil social et de soutien juridique aux personnes étrangères vivant en France.

1998

Travail sur l’élaboration de la loi sur la Couverture maladie universelle (CMU), qui entre en vigueur le 1er janvier 2000.

2012

Fermeture des programmes de MSF après plus de 25 ans de présence sur le territoire français.

2015

Ouverture de la mission France pour porter une assistance médicale d’urgence aux migrants en transit ou demandeurs d’asile en France.

2017

Création et ouverture par MSF du centre d’accueil et d’orientation médical et administratif pour les mineurs non accompagnés à Pantin, en décembre.

2018

Lancement d'un réseau d’hébergement solidaire en Occitanie pour les mineurs non accompagnés étrangers, en collaboration avec Accueillons (Utopia 56).

Situation - L’éclairage

Porter assistance aux mineurs non-accompagnés

L’aide sociale à l’enfance (ASE) permet en France à tous les jeunes non-accompagnés sur le territoire français de bénéficier d’une prise en charge et d’une mise à l’abri. Les départements doivent ainsi mettre en oeuvre « sur une base territoriale les moyens nécessaires à l’accueil et à l’hébergement des enfants confiés au service. »

Dans les faits, les jeunes migrants qui sont arrivés après un parcours dangereux et éprouvant se retrouvent isolés et face à un labyrinthe administratif, au manque d’information et de structures d’accueil.

© MSF janvier 2018

Certains parviennent à déposer une demande au titre de la protection de l’enfance. S’ils sont reconnus mineurs, ils sont alors pris en charge mais ceux qui sont déboutés sortent du processus du droit commun et ne bénéficient plus d’aucune aide. Les évaluations sont menées à charge et peuvent donner lieu à des conclusions hâtives et extrêmement violentes : « Vous n’apportez aucun élément tangible permettant d’étayer la minorité et l’isolement que vous alléguez. Votre récit est imprécis et présente des incohérences. »

Les mineurs sont alors condamnés à l’errance et à des conditions de vie indignes, sans hébergement et sans accès aux soins de santé. Faire reconnaître leur minorité, par un recours judiciaire, est un processus long et qui a peu de chances d’aboutir et pendant toute cette période, qui peut durer des mois, les jeunes ne sont pas mis à l’abri.

Porter assistance aux populations en danger

« Il est insoutenable que la politique européenne semble faire de la dissuasion, au prix du sacrifice de milliers de personnes [...] qui fuient la guerre, les persécutions ou des conditions de vie qu’elles jugent intenables. Il était donc important que nous prenions part aux efforts destinés à secourir, soigner, loger les migrants. »

 

Mego Terzian, président de Médecins Sans Frontières. Extrait du rapport annuel de l’association 2015-2016.

© Ludovic Weyland/MSF

En août 2018, Accueillons (Utopia 56) et MSF lancent un réseau d’hébergement solidaire en Occitanie afin que les mineurs non accompagnés étrangers soient mis à l’abri dans des conditions dignes et sécurisantes en attendant la réponse définitive de leur demande de reconnaissance de minorité par l’Etat français.

L’hébergement solidaire permet ainsi de créer des conditions de vie dignes et un entourage rassurant pour ces jeunes dont la plupart ont été victimes de violences dans leur pays d’origine, sur la route, notamment en Libye, et sont marqués par le rejet qu’ils ont pu rencontrer en France.

 

Hébergement solidaire en Occitanie

Accueillez un mineur étranger sous votre toit

Comment ça marche ?

Des conditions de vie inhumaines

Déjà extrêmement difficiles, les conditions de vie des migrants bloqués dans le nord de la France se sont dégradées, notamment à partir de 2015. Le nombre de personnes vivant dans le bidonville de Calais n’a cessé d’augmenter, en partie dû aux mesures sécuritaires empêchant le passage vers l’Angleterre, jusqu’à son démantèlement en octobre 2016 : ils étaient quelques 2 500 à y vivre en mars 2015, puis 6 000 six mois plus tard et près de 10 000 en septembre 2016. Ces conditions d’accueil inhumaines et le harcèlement des autorités publiques ont décidé Médecins Sans Frontières à porter assistance aux migrants.

Après avoir collaboré à la construction du camp de Grande-Synthe et depuis la fermeture des camps et le démantèlement de la « Jungle », Médecins Sans Frontières effectue une veille nationale, avec une attention particulière portée aux zones frontalières du nord et du sud-est de la France et intervient pour apporter des secours, soit directement, soit à travers des donations à des acteurs de la société civile déjà impliqués sur le terrain.

En 2017, l’association a ainsi procédé à la donation de plus de 36 000 biens de première nécessité sur Calais pour les migrants et réfugiés : des couvertures, des gourdes, des tentes et des kits d’hygiène entre autres. A Paris, les équipes de Médecins Sans Frontières ont effectué des consultations médicales et participé à la distribution de près de 1 500 duvets et couvertures.

© MSF février 2017

Notre intervention

En 2017, Médecins Sans Frontières ouvre à Paris un centre d’accueil et d’orientation médical et administratif pour les mineurs non-accompagnés, en collaboration avec plusieurs associations et réseaux citoyens.

Médecins Sans Frontières décide en 2015 d’apporter une assistance médicale d’urgence aux migrants sur le territoire français. Les équipes de Médecins Sans Frontières offrent des soins médicaux aux migrants à Paris avec une clinique mobile et des maraudes à Paris.  

L'historique du sujet