Éclairage

Vaincre la tuberculose : défi majeur du XXIe siècle

Les traitements obsolètes contre la maladie, l’absence de vaccin efficace et le manque d’outil diagnostique empêchent de contrôler l’épidémie mondiale de tuberculose.

28/09/2018
© Maxime Fossat

SITUATION - Les 4 clés pour comprendre

1.

1 Contexte

La tuberculose est devenue en 2015 la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde, devant le VIH (OMS). Elle est responsable de 1,7 million de décès par an, en quasi totalité dans des pays en voie de développement. On estime également à plus de 10 millions le nombre de personnes qui développent chaque année la forme active de la maladie et plus d’un tiers de ces personnes ne seraient pas diagnostiquées ou mises sous traitement, faute d’outils adaptés ou de financements.

 

Les formes multirésistantes de la maladie sont en développement et concernent près de 10 % des cas dans certains pays. Les traitements couramment utilisés sont très lourds et toxiques pour les patients : l'arrivée de la bédaquiline et du délamanide, premiers antituberculeux développés depuis près 50 ans, offre de nouveaux espoirs. Néanmoins, leur mise à disposition pour les patients, et la recherche sur la façon la plus efficace de l'intégrer dans les traitements avancent très lentement.

2.

2 Sur le terrain

Une jeune femme affectée par la tuberculose multirésistante se prépare pour la journée à l'hôpital de Och, soutenu par Médecins Sans Frontières. Kirghizistan. 2017.

Une jeune femme affectée par la tuberculose multirésistante se prépare pour la journée à l'hôpital de Och, soutenu par Médecins Sans Frontières. Kirghizistan. 2017.

©Maxime Fossat

3.

3 Décryptage

© MSF décembre 2017

L'arrivée de deux nouveaux médicaments a offert de nouveaux espoirs dans la lutte contre la tuberculose. Pourtant, il reste de nombreux obstacles à franchir pour parvenir à contrôler l'épidémie la plus meurtrière au monde. Le point en 5 minutes, pour comprendre les principaux enjeux de la lutte contre maladie.

4.

4 Les repères chronologiques

1959

Découverte de la rifampicine, médicament antituberculeux, commercialisée en 1971.

1998

Première prise en charge d’un patient atteint de tuberculose résistante par des équipes de MSF.

2011

Introduction d’un nouvel outil diagnostique GenXpert ©, plus rapide et plus précis.

2012

Enregistrement par la Federal Drug Administration de la bédaquiline.

2013

Premier patient mis sous traitement incluant la bédaquiline, dans un programme de MSF en Arménie.

2014

Enregistrement par l’Agence européenne du médicament du délamanide.

2015

Premier patient mis sous traitement incluant la délamanide, dans un programme de MSF en Géorgie.

2015

La tuberculose devient la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde devant le VIH/Sida.

2017

Premier patient mis sous traitement par MSF dans le cadre de l’essai clinique EndTB en Géorgie, en mars.

Situation - L’éclairage

Une pandémie et des traitements peu efficaces

Un tiers de la population mondiale est actuellement porteuse du bacille de la tuberculose (TB) mais il s’agit d’une forme latente de la maladie asymptomatique, non-transmissible. Chaque année, environ 10 millions de personnes développent la forme active de la TB, notamment en raison d’un système immunitaire déficient.

20 900

C’est le nombre de patients mis sous traitements par Médecins Sans Frontières dans le monde en 2016. MSF est le plus grand fournisseur non-gouvernemental de soins contre la tuberculose.

Parmi les formes de tuberculose les plus difficiles à traiter, on trouve la tuberculose multirésistante. ll y aurait près de 500 000 cas de tuberculose multirésistante (TB-MR) aux antibiotiques dans le monde, parmi lesquels 10 % seraient infectés par une tuberculose ultrarésistante. Les traitements contre la maladie, déjà longs et contraignants, deviennent alors plus complexes et l’issue incertaine pour les patients : seulement la moitié des patients atteints de tuberculose multirésistante et le quart des patients atteints de tuberculose ultrarésistante guérissent.

Arménie – Tuberculose multirésistante, le défi de la simplification des soins

Les patients qui souffrent de tuberculose multi-résistante doivent suivre un traitement très contraignant. Pour simplifier au maximum le quotidien des patients, l’équipe expérimente de nouvelles méthodes de suivi : l’observation par vidéo a été mise en place en 2016 en Arménie. 28 patients ont pu en bénéficier au cours de cette année-là. Pour les patients comme les soignants, ce sont de nombreuses contraintes en moins.

© MSF - 2017

400 000

personnes séropositives meurent chaque année de la tuberculose. La maladie est le premier facteur de mortalité chez les personnes affectées par le VIH/Sida (OMS, 2016).

Le traitement conjoint de la tuberculose et du VIH/Sida est difficile et nécessite une attention particulière, avec les interactions médicamenteuses notamment. Les effets secondaires sont amplifiés, la mortalité et la morbidité sont plus importantes que pour chacun des traitements pris séparément. Le traitement est long et lourd : il dure 6 mois, dont deux mois intensifs avec quatre médicaments. Il doit être suivi scrupuleusement jusqu'à son terme pour en maximiser l'efficacité et réduire le risque d'apparition de résistances à une ou plusieurs des molécules prescrites. Pour le simplifier un peu, des combinaisons à doses fixes, qui réunissent en un seul comprimé les 4 molécules, sont disponibles.

Prendre en charge les personnes atteintes de tuberculose en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Les équipes de MSF sont présentes à Port Moresby, dans le district de la capitale nationale et dans la province de Gulf pour offrir un dépistage et des traitements contre la tuberculose aux Papouasiens et tenter d’améliorer l’accès aux soins dans ce domaine.

 

La mini-série « Tuberculose : casser la distance » illustre différents aspects du programmes de lutte contre la tuberculose de MSF en Papouasie-Nouvelle-Guinée, expliquant ainsi la mise en place des cliniques mobiles pour atteindre les patients dans les zones reculées, et soulignant l'importance de la sensibilisation et du suivi des patients dans les communautés.

EndTB : une initiative contre la tuberculose

Le partenariat EndTB, qui associe Partners In Health (PIH), Médecins Sans Frontières (MSF), Interactive Research and Development (IRD), avec le soutien financier d’UNITAID, ambitionne de transformer radicalement la prise en charge des formes multirésistantes de la tuberculose (TB-MDR).

MSF participe à des essais cliniques lancés en 2016 pour démontrer l’innocuité et l’efficacité de la bédaquiline et du délamanide, deux nouveaux antituberculeux. Ces essais visent à déterminer si ces deux médicaments utilisés dans de nouvelles combinaisons, sont plus efficaces ou plus simples à utiliser que les schémas posologiques actuels et s’ils provoquent moins d’effets secondaires. S’ils sont concluants, ces essais cliniques pourraient révolutionner le traitement de la TB résistante.

Les grandes tueuses - Une série documentaire

La tuberculose fait partie des grandes tueuses, soit 14 maladies ou problématiques de santé publique, responsables de la mort de millions de personnes chaque année. Dans cette série documentaire multimédia, chaque pathologie est abordée à travers cinq modules (vidéo, photo, animation, infographie) portant sur ses contextes géographique et historique, sur ses effets sur l’organisme, son traitement, et enfin les espoirs pour l’avenir.

© MSF - 2016

Grandes Tueuses - La Tuberculose

Notre intervention

Depuis 2005, Médecins Sans Frontières offre une prise en charge aux personnes affectées par la tuberculose multirésistante en Arménie.

Médecins Sans Frontières offre une prise en charge aux personnes atteintes de la tuberculose multirésistante (TB-MR) en Géorgie.

Depuis 2014, Médecins Sans Frontières prend en charge les personnes atteintes de tuberculose en Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG).

1,7 million

de personnes meurent chaque année victimes de la #tuberculose

10 millions

de personnes développent la forme active de la #tuberculose chaque année.

400 000

personnes séropositives meurent chaque année de la #tuberculose, premier facteur de mortalité chez les personnes atteintes du #VIH #SIDA

L'historique du sujet