Opération

Mozambique : prise en charge des personnes affectées par le VIH/Sida, la tuberculose et le cancer du col de l'utérus

© Aurelie Baumel/MSF

Médecins Sans Frontières soutient le ministère de la Santé du Mozambique pour la prise charge des personnes affectées par le VIH/Sida, la tuberculose et le cancer du col de l’utérus.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent notamment à Maputo, la capitale du Mozambique et dans les districts de Changara et Marara dans le nord-ouest du pays.

Aujourd'hui, le cancer du col de l'utérus fait plus de victimes à travers le monde que les complications de la grossesse et de l'accouchement. Avec la généralisation des traitements antirétroviraux, le VIH est devenu une infection chronique avec laquelle on peut vivre longtemps et en relative bonne santé. Pourtant, de nombreux patients séropositifs meurent encore : c’est ce que nos équipes constatent sur nos terrains d’intervention. Ainsi en 2018, 770 000 personnes sont mortes du Sida à travers le monde (ONUSIDA, 2019).

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Malgré les efforts pour endiguer l’épidémie de VIH/Sida, près de 2,2 millions de personnes et 12,6 % des adultes de 15 à 49 ans sont séropositives au Mozambique (Onusida, 2019). Dans ce pays d’environ 28 millions d’habitants, le taux d’infection est l’un des plus élevés au monde. En 2018, 54 000 personnes sont mortes à cause du VIH au Mozambique.

La tuberculose est la première cause de mortalité des patients atteints de VIH/Sida. En 2017, le pourcentage de personnes vivant avec le VIH et la tuberculose qui étaient traitées pour ces deux maladies était de 48,4 %.

Le cancer du col de l'utérus fait plus de victimes que toute autre forme de cancer chez les femmes, dans plus de 40 pays à travers le monde, principalement des pays à revenu faible ou intermédiaire, où la prévention et l'accès à un traitement sont rarement disponibles. Le Malawi, le Mali et le Zimbabwe enregistrent les plus forts taux de mortalité liés à cette pathologie.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières offre une prise charge aux personnes affectées par le VIH/Sida et la tuberculose au Mozambique, à Maputo, la capitale du Mozambique et dans les districts de Changara et Marara dans le nord-ouest du pays. MSF prend également en charge des patientes atteintes du cancer du col de l'utérus à Maputo ainsi que des dépistages.

Dans la capitale du Mozambique, Maputo, les équipes de Médecins Sans Frontières prennent en charge les patients séropositifs qui nécessitent un traitement antirétroviral de deuxième ou troisième ligne, et qui présentent des comorbidités spécifiques, comme le sarcome de Kaposi ou les hépatites virales. Elles fournissent également des traitements aux patients atteints de tuberculose multirésistante et ultrarésistante. 

Dans les districts de Changara et Marara dans le nord-ouest du pays, l’association soutient le ministère de la Santé pour améliorer l’accès aux traitements antirétroviraux grâce à des modèles communautaires qui permettent de rapprocher les soins des patients. 

Médecins Sans Frontières travaille également à développer des modèles de soins pour des groupes à risques, comme les travailleurs du sexe ou les homosexuels, tout au long de l’axe commercial qui relie le port de Beira, dans l’est du pays, à la province de Tete. 

À Maputo toujours, les équipes MSF proposent des services de dépistage et traitement du cancer du col de l'utérus, avec un focus sur les femmes séropositives car elles sont davantage exposées au développement de ce cancer. Ces services sont disponibles au centre de santé maternelle MSF, où les femmes viennent pour des raisons différentes : passer un test de dépistage du VIH, se renseigner sur des questions de planning familial, initier une première visite de soins prénatals ou encore se faire dépister un éventuel cancer du col de l'utérus.