Éclairage

Syrie : l’impasse humanitaire

Plus de 5 millions de personnes ont quitté la Syrie et 6 millions sont déplacées dans le pays pour échapper à ce conflit qui a fait des centaines de milliers de morts. L’accès aux populations dans ce pays est un défi pour les organisations humanitaires.

23/09/2020
© Chris Huby/LE PICTORIUM

SITUATION - Les 4 clés pour comprendre

1.

1 Contexte

Les populations syriennes sont prises dans un conflit qui s’est progressivement intensifié et complexifié depuis 2011, avec l’augmentation et l’atomisation des groupes armés. D’abord victimes de la répression et des persécutions du régime de Bachar el-Assad, les Syriens en zone rebelle se sont ensuite retrouvés confrontés aux combats entre groupes d’opposition et forces gouvernementales, puis aux avancées et aux atrocités de l’État islamique dès 2013. Le mouvement de contre-offensive lancé en Syrie, appuyé par des forces internationales, s’est encore fait au détriment des civils, pris entre les tirs croisés, de même que l'intervention de la Turquie dès 2018 contre les forces kurdes dans le nord-est du pays.

 

L’assistance aux populations syriennes est soumise à de nombreuses contraintes : déplacement rapide des lignes de fronts, bombardement indifférencié, destruction ciblée des structures de santé, impossibilité de se rendre dans les territoires tenus par les groupes djihadistes… Depuis le début du soulèvement syrien, l’aide humanitaire en zone d’opposition est criminalisée et le personnel de santé, directement visé par le gouvernement syrien, fait l’objet d’une véritable campagne de persécution. Médecins Sans Frontières a décidé de soutenir de nombreuses structures de santé dans le pays, en plus de son intervention directe auprès des populations syriennes.

2.

2 Carte de situation

Principales interventions de MSF en Syrie en 2018

Principales interventions de MSF en Syrie. Source : rapport international d'activités 2018

© MSF

3.

3 Décryptage

Amber Alayyan, pédiatre, était coordinatrice médicale avec MSF pendant 18 mois dans le nord de la Syrie. Dans cette partie du pays, nos équipes dispensent des soins chirurgicaux aux patients et gèrent aussi des cliniques mobiles pour les personnes déplacées à l'intérieur de la Syrie. Elle témoigne en août 2017 de son expérience sur le terrain.

4.

4 Les repères chronologiques

2011

Début de la guerre civile syrienne et de la répression du régime de Bachar el-Assad sur les populations civiles.

2012

Entrée clandestine et première intervention de Médecins Sans Frontières sur le territoire syrien, faute d’autorisation officielle.

2012

Ouverture d’un hôpital MSF à Atmeh, dans le gouvernorat d’Idlib.

2014

Enlèvement pendant 5 mois de 5 membres du personnel de MSF par le groupe État islamique. Fermeture de plusieurs projets de l’association.

2016

Publication d’un rapport de MSF sur les 101 attaques sur les structures de santé soutenues par l’association en Syrie en 2015.

2016

Reprise d’Alep par l’armée syrienne, avec le soutien de l’intervention militaire russe.

2017

En avril, suite à l'offensive du gouvernement syrien sur l'enclave de la Ghouta orientale, MSF renforce sa réponse d'urgence aux personnes déplacées dans le nord-ouest de la Syrie.

2017

Reprise de Mossoul, en Irak, par les forces irakiennes, en juillet.

2017

Reprise de Rakka par les Forces démocratiques syriennes, avec le soutien de la coalition internationale, en octobre.

2017

Reprise de Deir ez-Zor par l’armée syrienne, avec le soutien de l’intervention militaire russe, en novembre.

2017

A la fin de l’année, le régime syrien et son allié russe lancent une campagne de raids aériens sur le sud et l’est d’Idlib, entraînant le déplacement de plus de 325 000 Syriens vers le nord et l’ouest de la province

2018

En juin, les frappes aériennes contre l’État islamique s’intensifient dans le nord-est de la Syrie et sont à l’origine d’une hausse du nombre de patients reçus dans l’hôpital de Hassaké soutenu par MSF.

2019

Entre mai et début août, les bombardements dans le sud d'Idlib et le nord de Hama poussent plus de 450 000 personnes à fuir vers la frontière turque. Les équipes médicales soutenues par MSF font face à plusieurs afflux massifs de blessés.

2019

En octobre, la Turquie lance une offensive militaire contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. MSF se voit contrainte d’évacuer son personnel international de la région.

2019-2020

Dès décembre, l'offensive militaire du gouvernement syrien et de ses alliés dans le sud d'Idlib pousse près de 390 000 personnes à fuir leurs maisons ou les camps dans lesquels elles étaient déplacées.

Situation - L’éclairage

L’aide humanitaire criminalisée

Lorsque la révolte éclate en Syrie au printemps 2011, la volonté du régime de Bachar el-Assad de terroriser la population le conduit à persécuter les manifestants blessés jusque dans les espaces de soin, et à mener des représailles contre les médecins qui tentent de les soigner. Des réseaux de médecins s'organisent en cachette, mais ils manquent de tout. En l’absence d'autorisation officielle pour intervenir en Syrie, Médecins Sans Frontières entre dans la clandestinité et assure l'approvisionnement en médicaments avant d'ouvrir un hôpital dans le nord du pays. Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent également dans les pays voisins pour apporter une assistance aux nombreux réfugiés qui fuient le pays, et soutiennent de nombreuses structures de santé syriennes. L’aide humanitaire est criminalisée, et la médecine utilisée comme arme de persécution.

Des territoires inaccessibles

En 2013, le conflit entre le régime de Bachar el-Assad et les oppositions s’enlise. Le système de santé s'effondre dans les zones contrôlées par l'opposition, toujours privées d'assistance humanitaire et victimes des représailles armées du gouvernement, alors que le groupe État islamique gagne du terrain. Médecins Sans Frontières est contrainte de se retirer de toutes les zones sous son contrôle, après le kidnapping de cinq de ses volontaires en janvier 2014. L’association tente de poursuivre ses activités médicales en s’appuyant sur ses personnels syriens et continue de soutenir les structures de santé dans le pays. En 2018, MSF a effectué près de 570 000 consultations en Syrie. 

Des offensives destructrices

Avec l’internationalisation du conflit en 2014 et 2015, les violences sur les civils s’intensifient. Assiégée, bombardée, attaquée, déplacée, la population syrienne est dévastée, coupée d’accès aux soins de santé. L’aide humanitaire et les infrastructures hospitalières sont directement ciblées par l’aviation syrienne et ses alliés. Médecins Sans Frontières a répertorié 101 attaques sur les structures de santé qu’elle soutient en Syrie pour la seule année 2015.

La reconquête progressive du territoire contrôlé par l’organisation État islamique, ou par l’opposition au gouvernement syrien, se fait au détriment des populations, assimilées aux groupes armés. Que ce soit lors des reprises d’Alep, de Rakka ou de Deir ez-Zor, les Syriens se sont retrouvés pris au piège, entre les frappes aériennes, les snipers et les pièges explosifs. Ceux qui ont réussi à fuir et à échapper aux mines sont parfois grièvement blessés et toujours traumatisés.
Réfugiés par millions dans la région d'Idlib, désormais en plein cœur de la zone de combat, les civils se retrouvent pris au piège entre les tirs croisés et avec des structures médicales elles-mêmes prises pour cible par les belligérants.  

 

Découvrez l’expérience multimédia Corps en Guerre qui raconte les histoires de quatre familles, marquées par les guerres qui secouent le Moyen-Orient depuis des années et toutes passées par l’hôpital de chirurgie reconstructrice de MSF à Amman, en Jordanie.

 

Découvrez cette expérience multimédia unique

Je découvre (de préférence sur mobile)

Notre intervention

Médecins Sans Frontières apporte une aide médicale aux populations victimes du conflit dans le nord de la Syrie et soutient de nombreuses structures de santé dans le pays.

Depuis 2012, MSF offre une prise en charge aux grands brûlés dans son hôpital situé à Atmeh, dans le nord-ouest de la Syrie.

5 millions

de personnes ont quitté la #Syrie pour fuir les violences.

6 millions

de personnes déplacées en #Syrie pour échapper aux violences.

101

attaques sur les structures de santé soutenues par @MSF_France en #Syrie ont été répertoriées en 2015

L'historique du sujet