Être généreux ici, c’est soutenir nos médecins sur tous les terrains

ÊTRE GÉNÉREUX ICI, C'EST VACCINER SOUFFRANCE À BIRINGI

En savoir plus

Syrie : journée sanglante à Idlib après des bombardements sur des civils

Camp de personnes déplacées de la province d'Idlib. Syrie. 2020.
Camp de personnes déplacées dans la province d'Idlib, Syrie, 2020.  © Abdul Majid Al Qareh

Des attaques aveugles sur des zones civiles ont provoqué un carnage le mardi 25 février dans la région d’Idlib. Trois hôpitaux soutenus par Médecins Sans Frontières (MSF) et se trouvant proches des lignes de front ont reçu 185 blessés, et 18 patients sont décédés à leur arrivée à l’hôpital.

La série de bombardements et de tirs d’artillerie menée par le gouvernement syrien et son allié russe a visé des zones où se trouvaient des populations de déplacés, dans la ville d’Idlib et dans les environs de Mareet Misrin. Au moins deux écoles et deux jardins d'enfants accueillant des familles déplacées ont été touchés.

« Nous réitérons notre appel urgent pour que toutes les parties au conflit respectent et protègent les civils et les infrastructures publiques », a déclaré la directrice générale de la section belge de MSF, Meinie Nicolai. 

Au cours de cette soirée et cette nuit d'urgence médicale exceptionnelle, trois hôpitaux soutenus par MSF dans la région ont été submergés par un afflux de patients en état critique. « Certains des patients ont dû subir des amputations ou souffraient de lésions neurologiques et de nombreuses autres blessures. Dans la ville, c'était l’hystérie. Avec le bruit des bombardements et des sirènes, les gens ont eu des accès de panique. Ce fut une journée terrible et sanglante », témoigne l'un des chirurgiens de l'hôpital chirurgical d'Idlib.

Selon les registres des hôpitaux d’Idlib Central et de Mareet Misrin, 66 patients souffraient de blessures graves nécessitant des opérations chirurgicales immédiates et au moins 14 des patients gravement blessés étaient des enfants.

Des bombardements ou tirs d’artillerie ont eu lieu tout près de ces deux hôpitaux, avec des projectiles atterrissant à moins de 100 mètres des bâtiments. Quatre médecins travaillant pour l'hôpital d'Idlib ont été légèrement blessés par l'explosion.

À lire aussi