Yémen : les images d’un pays détruit et d’une guerre qui s’éternise

Les enfants de la famille Ghani posent devant l'entrée de leur maison, bombardée pendant la guerre de Saada, entre 2004 et 2010. Haydan. Yémen. mars 2018.
Les enfants de la famille Ghani posent devant l'entrée de leur maison bombardée pendant la guerre de Saada entre 2004 et 2010. Haydan. Yémen. mars 2018. ©Agnes Varraine-Leca/MSF

Début novembre, le conflit s’est intensifié sur plusieurs lignes de front au Yémen, particulièrement à Hodeidah, mais aussi dans le nord du pays, dans le gouvernorat de Saada. À Hodeidah, une nouvelle offensive a été lancée depuis le 1er novembre par les forces loyales au président Hadi, soutenues par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis contre les troupes d'Ansar Allah, entraînant de violents combats au sol et menaçant la vie de milliers de civils. Entre le 1er et le 15 novembre, MSF a fait face à un afflux de blessés de guerre dans ses hôpitaux situés dans les gouvernorats de Hodeidah, Hajjah, Taiz et Aden, traitant plus de 500 patients en deux semaines. Retour en images sur un pays en guerre depuis près de quatre ans.

Plus de 18 000 attaques aériennes ont touché le Yémen depuis mars 2015 et l’intervention de la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Haydan est une petite ville située dans le gouvernorat de Saada, à proximité de la frontière avec l’Arabie saoudite. Médecins Sans Frontières y soutient un hôpital qui permet aux populations de cette région montagneuse d’avoir accès aux soins de santé. L’association est présente dans 12 des 21 gouvernorats du pays.

Haydan. Gouvernorat de Saada. Yémen. Mars 2018. 
 © Agnes Varraine-Leca/MSF
Haydan. Gouvernorat de Saada. Yémen. Mars 2018.  © Agnes Varraine-Leca/MSF

Les bombardements touchent notamment les infrastructures de transport et rendent les déplacements compliqués et risqués pour les habitants.

La route entre Saada et Khamer a été bombardée par la coalition internationale menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Yémen. Mars 2018.
 © Agnes Varraine-Leca/MSF
La route entre Saada et Khamer a été bombardée par la coalition internationale menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Yémen. Mars 2018. © Agnes Varraine-Leca/MSF

Le coût des transports a fortement augmenté ces dernières années au Yémen, ce qui restreint les populations les plus vulnérables dans leurs déplacements.

Des hommes font le plein d'essence dans l'une des stations service de Khamer. Yémen. Gouvernorat d'Amran. Mars 2018. 
 © Agnes Varraine-Leca/MSF
Des hommes font le plein d'essence dans l'une des stations service de Khamer. Yémen. Gouvernorat d'Amran. Mars 2018.  © Agnes Varraine-Leca/MSF

Les Yéménites se retrouvent parfois face à des dilemmes : le coût d’un déplacement pourrait les empêcher par la suite d’acheter des produits de première nécessité. Hussein a 70 ans et pour amener sa petite-fille à l’hôpital de Haydan il a été obligé de remettre un objet de valeur à un prêteur sur gage.

Hussein et sa petite-fille en consultation à l'hôpital MSF de Haydan. Yémen. Mars 2018.
 © Agnes Varraine-Leca/MSF
Hussein et sa petite-fille en consultation à l'hôpital MSF de Haydan. Yémen. Mars 2018. © Agnes Varraine-Leca/MSF

L’hôpital de Haydan a été bombardé en octobre 2015. Malgré les conditions sécuritaires difficiles, les équipes de l’association sont retournées travailler dans cet hôpital pour offrir des soins de santé aux populations isolées de cette région montagneuse.

Ayman est tombé du premier étage de sa maison. Il souffre de vertige et ne parle plus. Il attend avec son père et sa mère à l'hôpital MSF de Haydan. Yémen. Mars 2018.
 © Agnes Varraine-Leca/MSF
Ayman est tombé du premier étage de sa maison. Il souffre de vertige et ne parle plus. Il attend avec son père et sa mère à l'hôpital MSF de Haydan. Yémen. Mars 2018. © Agnes Varraine-Leca/MSF

Au total, 5 structures de santé MSF ont été bombardées par la coalition depuis le début de son intervention, dont la dernière en juin 2018. Les frappes aériennes touchent les infrastructures militaires comme les civiles. L’école de Haydan a été détruite en 2016.

Les ruines de l'école de Haydan. Yémen. Mars 2018.
 © Agnes Varraine-Leca/MSF
Les ruines de l'école de Haydan. Yémen. Mars 2018. © Agnes Varraine-Leca/MSF

Yémen : une population exsangue

Comprendre l'action de MSF au Yémen

Notre éclairage

À lire aussi