Décryptage

Yémen : une population exsangue

Le conflit au Yémen oppose les forces gouvernementales yéménites, soutenues depuis 2015 par une coalition internationale menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, à la rébellion houthiste. L'ampleur de la crise est immense pour la population, dans ce pays où l’accès des acteurs humanitaires est extrêmement restreint.

02/07/2021
© Agnes Varraine-Leca/MSF

FOCUS - 4 clés pour comprendre

1.

1 Contexte

Le Yémen était déjà un pays marqué par la violence avant l'apparition de la guerre civile en 2014, mais le niveau des combats et des destructions est inédit depuis l’intervention d’une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis en mars 2015, pour maintenir le régime du président Habdrabbo Mansour Hadi au pouvoir.

La résolution adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies en avril 2015, qui impose notamment un embargo sur les livraisons d’armes aux Houthis, s’est traduite dans les faits par le bombardement des équipements stratégiques de nature à conférer un avantage aux rebelles houthis (routes, aéroports, ports, etc.), mais aussi par le bombardement d’infrastructures civiles : marchés, stations essence, champs, hôpitaux etc. Les centres de santé Médecins Sans Frontières – ou soutenues par MSF – ont ainsi été à de nombreuses reprises bombardées par la coalition depuis 2015.

Cela a également conduit à des restrictions dans les importations, entraînant des problèmes d’accès – pénurie ou augmentation des prix – à des biens de première nécessité, notamment le carburant et les médicaments. 

La ville d'Aden, dans le sud-ouest du pays, a été le théâtre de plusieurs épisodes d'affrontements extrêmement violents depuis le début de la guerre : ses habitants vivent dans une insécurité permanente. Les combats et les bombardements sont également fréquents à Taïz, une autre grande ville située sur la ligne de front, avec de graves conséquences pour la population.

Déjà défaillant avant le début du conflit, le système de santé yémenite s’est depuis effondré et la population n'a que très peu d'options pour se faire soigner. La situation s'est encore aggravée en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19, d'une grave crise économique et du sous-financement alloué par l'Organisation des Nations unies dans sa réponse humanitaire. Les restrictions d’accès imposées par les belligérants, la précarité des conditions sécuritaires et les difficultés rencontrées par les journalistes pour travailler au Yémen, compliquent encore davantage l'obtention d'informations fiables et indépendantes sur le conflit et l’état du pays.

2.

2 CARTE DES INTERVENTIONS DE MSF

Yemen2019_FR.jpg

Principales régions des interventions de MSF. Source : rapport international d'activités 2019

3.

3 WEB-SÉRIE « À 2 heures du front. Journal de bord d'un hôpital yéménite »

© MSF janvier 2019

La mini-série « À 2 heures du front. Journal de bord d'un hôpital yéménite » témoigne des conditions dans lesquelles les équipes aident la population. Après six années de guerre, on estime que le conflit aurait fait au moins 100 000 morts. Selon le groupe de surveillance indépendant Yemen Data Project, plus de 18 500 civils auraient été blessés ou tués par les raids aériens de la coalition, entre 2015 et la fin de l'année 2020. 

4.

4 Les repères chronologiques

2011

Début du mouvement de la révolution yéménite dans la foulée des printemps arabes.

2012

À la suite du mouvement de révolte généralisé dans le pays, le président Ali Abdallah Saleh démissionne et un nouveau président, Habdrabbo Mansour Hadi, est élu.

2014

Début de la guerre civile. La rébellion houthiste prend le contrôle de la capitale Sanaa, en septembre.

2015

Intervention de la coalition saoudienne et émiratie dans le conflit yéménite en mars et premiers bombardements. La ville d'Aden est reprise par les forces anti-houthistes en juillet. En octobre, l'hôpital d'Haydan soutenu par MSF, est détruit par la coalition.

2016

La coalition bombarde l'hôpital d'Abs, soutenu par MSF, en août, faisant 19 morts et 24 blessés.

2017

En mars, les Nations unies présentent la situation au Yémen comme « la pire crise humanitaire au monde ». Environ 20 millions de yéménites auraient besoin d'une aide d'urgence. D'avril à octobre, une épidémie de choléra se déclare dans le pays : plus de 100 000 patients sont traités par MSF.

2018

Après avoir bombardé la ville de Sanaa en mai, la coalition lance une offensive pour reprendre la ville portuaire de Hodeidah en juin. Les combats s'intensifient sur les lignes de front début novembre, particulièrement à Hodeidah, mais aussi dans le gouvernorat de Saada, dans le nord du pays.

2019

En août, les combats sont particulièrement violents à Aden et, en novembre, l'hôpital MSF de Mocha est partiellement détruit selon toute vraisemblance par un drone des Houthistes. MSF observe une recrudescence de l'épidémie de choléra, avec plus de 35 000 cas traités par les équipes.

2020

Avec un système de santé dévasté, le Yémen est particulièrement touché par la pandémie de Covid-19.

Focus

Une guerre impitoyable

Dès mars 2015, le nord-ouest du Yémen, tenu par la rébellion houthiste, est déclaré zone hostile par la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis : la population est forcée de fuir massivement pour échapper aux bombardements. Le gouvernorat de Saada est celui qui a davantage été ciblé : en 2018, il est victime à lui seul de plus d'un tiers (39 %) de tous les raids aériens menés par la coalition ayant été enregistrés.

© MSF juin 2019

Dans des villes comme Aden, Sanaa, Taïz, Hodeidah ou Mocha, qui ont été ou sont encore sur la ligne de front, les civils ont été pris au piège de combats extrêmement violents. Les hôpitaux sont volontairement attaqués par les belligérants et les intrusions armées y sont monnaie courante, ce qui entrave lourdement les capacités de MSF à soigner les patients.

 

En 2020, après six années de guerre, les lignes de fronts sont toujours nettement actives dans tout le pays et l’économie yéménite s'est effondrée à cause d'une inflation galopante. Les prix des produits essentiels ont par exemple doublé dans les zones contrôlés par le gouvernement. Dans les zones contrôlés par les Houthis, les carburants sont rares et chers, ce qui rend les transports difficiles pour les personnes nécessitant de se rendre à l'hôpital. De mars 2015 à octobre 2019, les équipes MSF ont pris en charge plus de 165 000 blessés de guerre.

 

L'effondrement du système de santé

Les conséquences du conflit sur les populations civiles sont dramatiques. L’accès aux produits de première nécessité est coupé pour les populations du nord-ouest, difficile pour celles du sud-ouest et, dans tout le pays, le système de santé est effondré. Des dizaines de centres de santé ont été détruits, ceux qui fonctionnent sont souvent désertés par le personnel de santé, et souffrent d’un approvisionnement aléatoire. Une grande partie des fonctionnaires du pays, y compris hospitaliers, n’est plus payée depuis août 2016.

 

Accédez au mini site

Découvrez « Yémen, de l’intérieur » dans sa version visuelle immersive

Je visite le mini site

Le Yémen a également connu une importante épidémie de choléra en 2017, en raison d'installations sanitaires déplorables et d'un accès à l’eau potable limité. Une recrudescence de l'épidémie est observée par les équipes deux ans plus tard. Entre 2017 et 2019, ce sont près de 150 000 patients qui ont été traités par MSF contre la maladie.

MSF prend également en charge les cas de malnutrition, notamment chez les enfants, les cas de rougeole, mais aussi les patients atteints de maladies comme la diphtérie (une infection bactérienne contagieuse et potentiellement mortelle). De mars 2015 à octobre 2019, les équipes ont ainsi traité plus de 24 000 personnes pour malnutrition.

 

[Podcast]

NO FILTER saison 1 : « c’est une histoire vraie, ce ne sont pas des conneries »

Ecouter le podcast

Covid-19 : une nouvelle catastrophe sanitaire

L’épidémie de Covid-19 a touché le Yémen de plein fouet, le système de santé étant anéanti par des années de guerre et un embargo. MSF a mis en place deux centres de santé dédiés au traitement de la maladie, à Sanaa et Aden, les deux villes principales du pays. Les équipes ont témoigné des conséquences d’une circulation du virus hors contrôle et du manque généralisé de moyens pour soigner les personnes infectées.

intervention covid yémen timeline

Plus de 1 000 patients ont été pris en charge dans ces centres Covid-19 et des centaines des morts ont succombé de la maladie. « Les gens arrivent dans les centres trop, ce qui complique les chances de les sauver. Nous savons que beaucoup d'autres ne viennent pas du tout. C'est une situation déchirante », explique Caroline Seguin, responsable des programmes MSF au Yémen.

L'infection du personnel médical au sein des hôpitaux, le manque de matériel de protection individuelle, et l'approvisionnement en oxygène pour les patients en détresse respiratoire ont représenté des défis logistiques majeurs pour les équipes MSF dans le pays. Les mois de mai et juin ont été dramatiques pour la population yéménite, mais une diminution forte du nombre d'admissions dans les centres Covid-19 a été constaté par les équipes dès le mois de juillet.

 

Notre intervention

Médecins Sans Frontières apporte une assistance médicale d’urgence aux populations victimes du conflit au Yémen.

L'historique du sujet