Soigner les victimes de guerre à Amman, en Jordanie

L'entrée du nouvel hôpital de chirurgie reconstructive de MSF à Amman.
L'entrée du nouvel hôpital de chirurgie reconstructive de MSF à Amman. ©Ali Jarikji/MSF

MSF a officiellement ouvert son hôpital de chirurgie reconstructive récemment rénové à Amman, en Jordanie. L'hôpital accueille les blessés de guerre de la région qui n'ont pas accès à des soins chirurgicaux spécialisés dans leur pays. Le programme a été lancé en 2006 pour pallier le manque de soins adaptés pour les victimes de la guerre en Irak. Il a ensuite été étendu pour accueillir d'autres patients d'Irak, de Gaza, du Yémen et de Syrie.

Neuf ans plus tard, MSF a décidé d'étendre la capacité du programme en le transférant dans une autre structure hospitalière et en la rénovant afin de mieux répondre à la demande liée aux conflits persistants dans les pays voisins. MSF améliorera ainsi la qualité des services médicaux fournis aux victimes de guerre, qui sont généralement accompagnés d'un membre de leur famille tout au long de leur traitement et de leur rééducation.

« Aujourd'hui, la plupart de nos patients viennent de Syrie, suivis du Yémen et d'Irak. Les populations de ces pays ont déjà vu et subi tant de souffrances », déclare Marc Schakal, chef de mission MSF à Amman.

L'hôpital fournit une offre de soins complète à ses patients, de la physiothérapie au soutien psychosocial en passant par les opérations chirurgicales. « Si nos patients peuvent recevoir des soins initiaux pour leurs blessures, ils n'ont généralement pas accès à des procédures chirurgicales spécialisées dans leur pays, souvent en guerre », affirme le Dr Ashraf Al Bostanji, chirurgien en chef.

Par ailleurs, les patients sont logés sur place dans le nouvel hôpital. Ils reçoivent également une aide financière pour s’y rendre et rentrer chez eux après ou entre les soins, si le traitement est échelonné. Depuis 2006, l'hôpital a admis plus de 3 700 patients et pratiqué plus de 8 238 opérations chirurgicales.

Nahla Fadel, patiente originaire d'Irak, explique comment le traitement qu'elle a reçu a changé sa vie : « J'ai été admise à l'hôpital MSF en 2013 et j'ai subi 24 opérations. Quand je suis arrivée, la mobilité de mes mains, sévèrement brûlées, était tellement limitée que je n'arrivais pas à nourrir ou même brosser les cheveux de mon fils. Maintenant, après deux ans de chirurgie dans le programme MSF, j’arrive à me servir de mes mains presque normalement. »

MSF travaille en Jordanie depuis 2006. En 2013, l'organisation a mis en place un programme de soins maternels et infantiles à Irbid, qui fournit également un soutien psychologique, ainsi qu'un programme de chirurgie traumatique d'urgence à Ramtha, près de la frontière syrienne.

Des membres du personnel MSF parlent du nouvel hôpital

Rada Lambaz

© Enass Abu-Khalaf/MSF

Rada Lambaz, secrétaire médicale

« Le nouvel hôpital a permis d’optimiser les services médicaux et d’améliorer le travail d’équipe. Par exemple, tous les services hospitaliers, notamment le service des consultations externes, sont désormais regroupés dans le même bâtiment. Avant, ces services étaient disséminés à différents endroits et certains patients devaient être fréquemment transférés. Cette centralisation nous permet de gérer les cas d’urgence plus vite et de faire face aux complications pouvant survenir entre les opérations. J’espère que le programme s’étendra encore davantage et qu’il proposera d’autres spécialités médicales. »

Yahya Qaleela

© Enass Abu-Khalaf/MSF

Yahya Qaleela, directeur des soins infirmiers

« J’ai rejoint le programme de chirurgie reconstructive MSF d’Amman en 2014. J’avais déjà travaillé avec MSF au Yémen auparavant, mais le transfert du programme dans une nouvelle structure hospitalière constitue un vrai défi. Il est difficile de s’adapter à un nouvel environnement de travail dans lequel nous nous efforçons d’améliorer les services médicaux. Cependant, nous avons désormais plus d’espace pour appliquer les protocoles médicaux MSF, en particulier en matière de désinfection et de contrôle des maladies. »

Dr Rasheed Fakhri

© Enass Abu-Khalaf/MSF

Dr Rasheed Fakhri, coordinateur chirurgical

« Le programme de chirurgie reconstructive MSF est tout à fait unique. Son objectif va bien au-delà des soins physiques aux victimes de guerre, puisqu’il vise à améliorer au maximum la qualité de vie des patients. Ce programme fournit une offre complète de soins psychologiques et de rééducation, qui permettent aux patients de réintégrer la société une fois le traitement terminé.

Le transfert dans un nouvel hôpital est une étape importante dans l’existence du programme. Cela facilitera la mission de MSF, qui consiste à améliorer la qualité des services médicaux fournis ces prochaines années. Cette nouvelle structure va également ouvrir la voie à de nouvelles spécialités chirurgicales, sans oublier la possibilité de développer un environnement de travail plus sûr et d’améliorer nos politiques de désinfection. »

Comment fonctionne notre hôpital à Amman?

Survolez l'image pour activer les légendes ou cliquez ici pour l'afficher en plus grand.

À lire aussi