En bref

Dépenses 2015 : 3 933 000 €
Financement institutionnels : Aucun
Equipe : 15 internationaux et 85 nationaux
Autres sections MSF présentes : section espagnole

MSF est présente dans les Territoires Palestiniens depuis 1989.

 

TRIBUNE

Le Monde

 

« Il faut lever de toute urgence le blocus à Gaza ! » Tribune du Dr Mego Terzian, Président de MSF

 

DOSSIER URGENCE GAZA

dossier urgence gaza

 

Retrouvez notre dossier spécial "Urgence Gaza" consacré à l'urgence qui frappe actuellement la bande de Gaza.

 

RAISONS HANTEES, HISTOIRES DE CISJORDANIE

Raisons hantées

 

Découvrez notre dossier "Raisons hantées" rassemblant des histoires de Cisjordaniens pris en charge par notre programme de santé mentale.

Contexte

L’occupation en Palestine est une histoire sans fin. La guerre de Gaza en 2014 (Opération "Bordure protectrice") en fut l’un des épisodes les plus meurtriers.

La bande de Gaza subit un blocus depuis huit ans et le processus de reconstruction s’avère douloureusement lent. La vie quotidienne est grevée par les restrictions de circulation imposées aux Palestiniens, l’expansion des colonies (+40 % en 2014) et la fragmentation du territoire en Cisjordanie y compris à Jérusalem.

La Palestine a des besoins en matière de soins spécialisés. L’absence de formation qualifiante est un obstacle au recrutement de professionnels de santé. La santé mentale constitue également un problème majeur.

MSF est l’une des rares ONG sinon la seule qui dispense directement des soins aux patients dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, hormis en situation d’urgence.

Projets

PROJET CISJORDANIE : NAPLOUSE ET QALQILIYA

2015 a marqué le 10ème anniversaire du programme de santé mentale de MSF à Naplouse.

La Cisjordanie est sous forte pression avec une occupation qui se caractérise par la constante expansion des colonies, une forte présence militaire, les incursions militaires nuit et jour, les incarcérations, les détentions administratives, les attaques par les colons,  les  interdictions  de  circulation,  le chômage et la pauvreté - autant de facteurs de risques majeurs en termes de détresse et de troubles psychologiques. Depuis octobre 2015, avec "l’intifada des couteaux", nous pouvons constater que les jeunes sont très touchés par la situation et n’ont aucune perspective d’avenir, ce qui nous pousse à intensifier nos interventions auprès des adolescents et à essayer d’atteindre davantage d’anciens prisonniers.

En 2015 notre projet de santé mentale s’est étendu à la ville de Qalqilya. Dans les gouvernorats de Naplouse et de Qalqiliya, 334 patients ont été suivis via 2 114 consultations. L’accent a été mis sur les interventions collectives et familiales, notamment pour les mères de prisonniers, les soignants et les enseignants. Des consultations individuelles sont également proposées aux prisonniers libérés.

Nous avons renforcé nos activités de proximité dans des secteurs spécifiques, à destination des victimes directes du conflit et pour renforcer nos partenariats avec des intervenants en santé mentale et autres acteurs de terrain, ainsi que pour former des conseillers psychopédagogiques afin de mieux identifier en milieu scolaire les jeunes en détresse.

Il existe de grandes lacunes au niveau des formations qualifiantes dans le domaine de la santé mentale en Palestine, et à partir de 2016 nous allons soutenir le Mastère de l’Université An Najah en facilitant la certification de ce cursus, en y inscrivant l’un de nos psychologues nationaux et en servant de site de formation.

PROJET BANDE DE GAZA

En 2015, après un fort pic suite à la guerre de 2014, MSF a stabilisé son activité dans la bande de Gaza. Dans ses deux unités de prise en charge des brûlés et des traumas, situés dans la ville de Gaza et à Khan Younès, MSF a enregistré 2 584 admissions (76 % pour brûlures, 22 % en traumatologie) en 2015 ce qui représente une augmentation de 227% comparé à 2014. Dans deux dispensaires, 31 459 séances de kinésithérapie et 35 141 séances de pansement ont été effectuées. En raison du volume d’activité, il est prévu d’ouvrir une 3ème clinique en 2016.

Via quatre tournées de chirurgie spécialisée en 2015, 164 interventions chirurgicales ont été réalisées avec priorité aux contractures/cicatrices avec atteinte fonctionnelle suite à des brûlures (63%) et des traumatismes (29%). Les 9% restants étant des malformations congénitales (syndactylie de la main essentiellement) ; plus de la moitié des patients sont des enfants. MSF a également mené une campagne de sensibilisation aux risques de brûlures pour 35 576 bénéficiaires dont 91 % étaient des enfants des écoles et de maternelles.

En 2016, nous prévoyons de poursuivre notre activité en nous concentrant davantage sur les brûlés. Nous souhaitons apporter un soutien plus conséquent au service des grands brûlés de l’hôpital d’Al-Shifa. Nous sommes également prêts à faire face à toute situation d’urgence liée à une catastrophe naturelle ou à une nouvelle vague de violence. Un autre objectif est de faciliter le transfert de patients palestiniens depuis la bande de Gaza jusqu’au centre chirurgical de MSF à Amman en Jordanie pour les cas nécessitant une chirurgie réparatrice complexe.

► Retrouvez  le texte de Jason Cone, directeur général de MSF USA, rédigé lors d'une visite réalisée pour MSF au mois d'avril 2015 dans les Territoires occupés palestiniens et publié sur Mediapart : Sommes-nous complices ? Les limites de l’aide humanitaire dans les Territoires palestiniens occupés