Libye : « Le nombre de rescapés que nous soignons n'a pas diminué »

Un membre des équipes MSF échange avec un groupe de femmes et d’enfants détenus dans le centre de Khoms. 50 femmes et enfants se trouvaient dans cette cellule, les détenus hommes étaient dans une autre cellule.  Libye. 2018.
Un membre des équipes MSF échange avec un groupe de femmes et d’enfants détenus dans le centre de Khoms. 50 femmes et enfants se trouvaient dans cette cellule, les détenus hommes étaient dans une autre cellule.  ©Christophe Biteau/MSF

Chef de mission pour Médecins Sans Frontières (MSF), Christophe Biteau est en poste en Libye depuis septembre 2017. Sur la base des activités menées auprès des migrants et réfugiés dans les centres de détention de Khoms et Misrata et dans la région de Bani Walid, il partage son analyse sur la situation actuelle en Libye.

Un médecin MSF ausculte un patient dans une salle de consultation aménagée dans un foyer pour migrants dans la ville de Beni Walid. En collaboration avec une ONG locale, MSF organise des consultations dans ce foyer et des références vers d'autres hôpitaux pour les cas médicaux les plus graves. 
 © Christophe Biteau/MSF
Un médecin MSF ausculte un patient dans une salle de consultation aménagée dans un foyer pour migrants dans la ville de Beni Walid. En collaboration avec une ONG locale, MSF organise des consultations dans ce foyer et des références vers d'autres hôpitaux pour les cas médicaux les plus graves.  © Christophe Biteau/MSF

Depuis la fin 2017, les annonces pour mettre fin au calvaire des migrants et réfugiés en Libye se sont multipliées, de la part de responsables européens et africains, mais aussi libyens. Ont-elles été suivies d’effet ? 

La principale mesure a surtout consisté à intensifier les retours dits « volontaires » dans le pays d’origine depuis la Libye, qui sont facilités par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Il faut distinguer deux situations : les migrants détenus dans les centres dits officiels et ceux retenus, kidnappés, dans des prisons clandestines.

La première catégorie représentait près de 17 000 détenus au mois de novembre dernier. Ces opérations dites « d’évacuation d’urgence » se déroulent depuis des mois pour cette première catégorie. Environ 15 000 personnes ont ainsi été rapatriées depuis novembre 2017. C’est un développement positif pour permettre à celles et ceux coincés en Libye de rentrer chez eux lorsque c’est vraiment leur souhait.

On doit tout de même questionner la nature volontaire de ces rapatriements dans le cadre d’une détention arbitraire et qui ne laisse aucun autre choix aux personnes concernées… Du côté du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), à peine plus d’un millier de personnes, considérées comme faisant partie des réfugiés les plus vulnérables, ont pu être évacuées, principalement vers le Niger, en attente d’un pays tiers pour les accueillir.

Il y a plus de 50 000 personnes enregistrées auprès du HCR en Libye, principalement originaires de Syrie et installées depuis quelques temps en Libye. Mais de nombreux réfugiés et demandeurs d'asile, qui traversent la Libye, restent invisibles car ils sont capturés, détenus, voire tués. Leur nombre total est difficile à estimer, certains observateurs parlent de 700 000 migrants, réfugiés et demandeurs d’asile dans le pays.

Une équipe de logisticiens MSF dans le centre de détention de Khoms est en train de fixer des lave-mains et échange avec les migrants qui sont détenus. Les conséquences médicales d’un mauvais accès à l’eau potable, telles que les diarrhées, sont parmi les principales pathologies vues en consultation dans les centres de Khoms et Misrata. 
 © Christophe Biteau/MSF
Une équipe de logisticiens MSF dans le centre de détention de Khoms est en train de fixer des lave-mains et échange avec les migrants qui sont détenus. Les conséquences médicales d’un mauvais accès à l’eau potable, telles que les diarrhées, sont parmi les principales pathologies vues en consultation dans les centres de Khoms et Misrata.  © Christophe Biteau/MSF

Qu’est-ce qui a changé sur le terrain?

Le principal changement constaté est la baisse du nombre de détenus dans les centres de détention officiels : 4 000 à 5 000 personnes aujourd'hui. Cela rend les conditions de détention un peu moins insoutenables qu’il y a six mois, notamment au niveau des problèmes liés à la surpopulation. Mais de nombreux problèmes restent à régler et les rares organisations internationales présentes dans le pays, concentrée quasiment exclusivement à Tripoli, ont du mal à les cerner.

Nos équipes, qui apportent des soins et du soutien dans plusieurs centres de détention en Libye, rencontrent des détenus qui nous disent qu’ils attendent toujours d’être pris en charge, qui ne savent pas ce qu’il va leur arriver. Les graffitis sur les murs de leurs cellules en témoignent partout.

L’équipe médicale MSF réfère un patient depuis Bani Walid vers une structure de soins secondaires. Il est suivi depuis plusieurs semaines et souffre de fractures multiples aux deux jambes. La très grande majorité des patients pris en charge à Bani Walid ont réchappé de prisons clandestines présentes dans la région. Ils ont été kidnappés, torturés et retenus captifs par des réseaux criminels qui leur font vivre un calvaire pour obtenir d’eux une rançon. Ces rescapés sont profondément affaiblis, avec des plaies qui se sont infectées, et de multiples traumatismes. 
 © Christophe Biteau/MSF
L’équipe médicale MSF réfère un patient depuis Bani Walid vers une structure de soins secondaires. Il est suivi depuis plusieurs semaines et souffre de fractures multiples aux deux jambes. La très grande majorité des patients pris en charge à Bani Walid ont réchappé de prisons clandestines présentes dans la région. Ils ont été kidnappés, torturés et retenus captifs par des réseaux criminels qui leur font vivre un calvaire pour obtenir d’eux une rançon. Ces rescapés sont profondément affaiblis, avec des plaies qui se sont infectées, et de multiples traumatismes.  © Christophe Biteau/MSF

Justement, prenons le cas d’un jeune homme ou femme qui traverse la Méditerranée pour tenter de rejoindre l’Europe, et dont l’embarcation est interceptée par les garde-côtes libyens. Qu’est-ce qu’il se passe pour cette personne aujourd'hui ?

Les personnes interceptées en mer par les garde-côtes libyens sont débarquées sur la côte libyenne, et transférées dans des centres de détention. Il y a douze sites de débarquement, auxquels ont accès des équipes du HCR et de l’OIM, qui se les partagent et réalisent un screening médical. Les rescapés sont ensuite emmenés et en théorie transférés dans les centres de détention, sans attention spécifique pour les personnes les plus particulièrement vulnérables.

Celles-ci devraient pourtant bénéficier d’un traitement spécifique dès cet instant et éviter la détention arbitraire qui les fragilise encore davantage. Or, nous continuons de voir de jeunes enfants dans les centres de détention emmenés là après que leur embarcation a été interceptée en mer. Il faut aussi garder en tête la porosité qui peut exister entre les réseaux officiels et ceux plus officieux et clandestins. Tout est possible, et une personne qui est ramenée en Libye depuis la mer peut très bien se retrouver à nouveau très rapidement dans les mains de trafiquants : pour certains les tortures vont recommencer.

Pour beaucoup de gens, être rapatrié dans le pays qu’ils ont quitté n’est pas une option, et les réseaux criminels sont la seule alternative disponible pour espérer trouver un refuge et une vie meilleure en Europe. Ces réseaux que l’Europe prétend démanteler ont un monopole sur l’organisation des mouvements des populations les plus vulnérables parce qu’il n’y pas d’autre alternative. Pourquoi les Érythréens, dont les demandes d’asile sont acceptées à 90 % en Europe, sont-ils obligés d’entamer un périple aussi dangereux et douloureux ? Tout faire pour maintenir et ramener en Libye les candidats à l’exil augmente en fait trafic.

L’équipe médicale MSF réfère un patient depuis Bani Walid vers une structure de soins secondaires. Il souffre d’une fracture ouverte et infectée du tibia. La très grande majorité des patients pris en charge à Bani Walid ont réchappé de prisons clandestines présentes dans la région.
 © Christophe Biteau/MSF
L’équipe médicale MSF réfère un patient depuis Bani Walid vers une structure de soins secondaires. Il souffre d’une fracture ouverte et infectée du tibia. La très grande majorité des patients pris en charge à Bani Walid ont réchappé de prisons clandestines présentes dans la région. © Christophe Biteau/MSF

Quelle est l’ampleur de ce trafic ? On parle d’une industrie du kidnapping et de la torture en Libye. Est-ce toujours le cas ? 

Il est impossible pour nous de chiffrer le nombre de personnes détenues dans les prisons clandestines, mais la pratique du kidnapping de migrants, afin d’obtenir, sous la torture, des rançons, est une pratique toujours très actuelle, voire en probable extension. Elle vient se substituer aux revenus des économies locales, notamment affectées par l’absence d’accès aux liquidités dans les banques libyennes. Les survivants qui réchappent des prisons clandestines sont ruinés, financièrement, physiquement et mentalement, et ils ont besoin de temps et de soutien pour s’en remettre, si c’est seulement possible.

MSF n’a pas accès à ces prisons mais intervient auprès de ceux qui en réchappent, notamment à Bani Walid au sein d’un foyer pour migrants, aux côtés d’une ONG locale. Nous leur apportons les premiers soins, certains sont victimes de fractures multiples aux jambes, ont été brûlés, roués de coups de bâton dans le dos. La situation scandalise aussi des acteurs libyens, qui se mobilisent à nos côtés. Il n’est pas possible de déterminer le nombre de migrants et réfugiés qui arrivent en Libye, transitent par Bani Walid et subissent ce calvaire, mais le nombre de rescapés que nous soignons en consultation n’a pas diminué. 

La semaine dernière l’un d’entre eux, arrivé la veille au foyer, nous disait : « Je viens de passer 2 mois, 3 semaines, 1 jour et 12 heures en enfer ». Leur état nécessite très souvent une hospitalisation, souvent retardée par l’obligation qui nous est faite par les hôpitaux publics de tester au préalable toute maladie infectieuse potentielle. Chaque mois nous fournissons aussi cinquante sacs mortuaires à une ONG locale, qui veut offrir une sépulture décente aux migrants et réfugiés retrouvés sans vie dans la zone de Bani Walid : elle rapporte avoir enterré plus de 730 corps depuis l’année dernière. Mais on ne peut pas conclure que cela correspond au nombre de personnes mortes suite à ces atrocités et aux dangers de la route dans cette zone, le bilan est certainement plus lourd.

À lire aussi