Les activités de MSF en Ukraine et dans les pays frontaliers entre le 24 février et le 01 avril 2022

Des réfugiés Ukrainiens arrivent à Hrebenne en Pologne le 05 mars 2022
Des réfugiés Ukrainiens arrivent à Hrebenne en Pologne le 05 mars 2022 © Adrienne Surprenant/MYOP

Dès les premiers jours de l’offensive russe, MSF a suspendu les programmes qu'elle menait en Ukraine liés à la prise en charge de la tuberculose et du VIH ainsi que les cliniques mobiles qui étaient déployées depuis 2015 dans l'est du pays. Nous avons réorienté nos activités vers des opérations d’urgence en déployant des équipes dans les pays limitrophes afin de soutenir l'aide aux réfugiés et d'envoyer du matériel médical ainsi que du personnel.

1 er avril

Après un mois de guerre, les équipes MSF soutiennent principalement les structures de santé du pays à travers des donations ou des formations au personnel soignant. Elles sont également présentes dans les pays frontaliers de l’Ukraine pour porter assistance aux personnes qui fuient le pays. Retrouvez ci-dessous le point sur les interventions en cours.

25 mars

Sasha, membre du personnel de MSF en Ukraine, vivait à Marioupol. Il a réussi à fuir la ville, qui a été l’une des premières cités ciblées par l'invasion russe en Ukraine, le 24 février 2022. Désormais en sécurité, il a accepté de raconter son quotidien quand il vivait encore sous les bombes, dans la ville assiégée qu'aucune aide humanitaire n'a encore pu atteindre.

23 mars

Des médicaments, des perfusions et du matériel médical envoyés par MSF sont arrivés dans un entrepôt situé à la frontière, à Mohyliv-Podilskyi, pour répondre aux besoins identifiés en Ukraine. 

22 mars

Face à la guerre en Ukraine, les élans de solidarité et les initiatives se sont multipliés pour favoriser l’accès aux droits et aux soins des personnes fuyant l’Ukraine. En particulier, la suppression du délai de carence de trois mois pour l’accès à l’assurance maladie des Ukrainiens et Ukrainiennes illustre l'absurdité des décisions prises en 2019-2020, qui retardent l’accès aux soins et à la santé des personnes en demande d’asile ou en situation précaire de séjour, comme le dénonce le communiqué de presse publié par l’ODSE, dont MSF fait partie.

18 mars

Au poste frontière de Palanca, en Moldavie, nos équipes se tiennent prêtes à prendre en charge les réfugiés ukrainiens qui traversent la frontière avec des besoins médicaux ou de santé mentale.

17 mars

Alors qu'il avait déjà dû fuir l'est du pays en proie au conflit en 2014, Aleksandr, employé ukrainien de MSF, témoigne de ce qu'il vit depuis que la guerre a éclaté le 24 février et que la ville de Kiev est bombardée.

15 mars

Une équipe de MSF collabore avec le ministère de la Santé slovaque pour renforcer le soutien aux réfugiés. Selon l'Onu, plus de 210 000 Ukrainiens sont entrés en Slovaquie depuis le début de la guerre le 24 février. Coordinatrice de projet MSF sur place, Marta Wnorowska fait le point sur la situation frontalière entre la Slovaquie et l'Ukraine.

14 mars

Les 13 et 14 mars, une équipe de Médecins Sans Frontières a dispensé une formation en chirurgie de guerre et donné des conseils sur la gestion des afflux massifs de blessés au personnel de l'hôpital pour enfants Okhmadet de Kiev. Il s’agit d’un des plus grands hôpitaux de la capitale ukrainienne, qui dispose de 750 lits.

12 mars

Au poste frontière de Palanca, en Moldavie, des milliers d’Ukrainiens affluent chaque jour pour fuir les combats dans le sud du pays. Le 8 mars, plus de 230 000 réfugiés étaient arrivés dans ce petit pays de 2,6 millions d’habitants. Des dizaines de personnes, victimes de décompensation de maladie chronique - hypertension notamment - sont prises en charge chaque jour dans le poste médical situé dans le bureau de douane moldave. MSF a positionné un centre médical à Palanca, en appui aux équipes moldaves déjà sur place.

© MSF

Fuir Mykolaïv vers la Moldavie : « On a eu l'impression que la bombe allait nous tomber dessus »

Malgré les coupures de communication, nous avons pu échanger le 12 mars avec des membres de notre personnel MSF à Marioupol, où la situation est plus critique que jamais.

Ukraine : à Marioupol, la situation est plus critique que jamais

11 mars

Anja Wolz, coordinatrice d'urgence de MSF basée à Lviv, en Ukraine, revient sur la mise en place de l'intervention d'urgence de MSF et sur les enjeux de l'acheminement de l'aide humanitaire.

10 mars

Depuis la frontière polonaise, nous envoyons des unités médicales mobiles dans le pays. Nous concentrons également nos efforts sur l’envoi de matériel médical et logistique, ainsi que celui de ressources humaines, pour nos équipes qui travaillent 24 heures sur 24 en Ukraine. Dans les pays frontaliers, MSF soutient autant que possible les efforts faits pour accueillir les personnes vulnérables qui traversent tous les jours les frontières du pays.

08 mars

Dans une interview pour France 24, Carla Melki, coordinatrice d’urgence pour MSF, fait le point sur la situation sanitaire en Ukraine. Elle alerte sur les pénuries de médicaments qui sont à craindre non seulement pour soigner les blessés de guerre mais aussi pour la prise en charge les personne souffrant de maladies chroniques.

Ukraine : interview de Carla Melki, coordinatrice d'urgence en Moldavie

07 mars

 A Odessa, une équipe de l'association a évalué la situation en cours, pour anticiper les besoins à venir dans un contexte de guerre. Depuis la Moldavie où les réfugiés affluent, Carla Melki, coordinatrice d’urgence de Médecins Sans Frontières, explique les craintes liées à l’offensive qui s’annonce et les priorités d’intervention pour MSF. 

06 mars

Les premières cargaisons en matériel médical d'urgence sont arrivées à Lviv dans l'Ouest de l'Ukraine. 40 m3 repartent dès ce soir pour Kiev par train. Il faut agir vite, avant que la capitale ne soit encerclée. 

05 mars

Alors qu’une tentative d’évacuation des civils a échoué à Marioupol ce samedi matin, MSF appelle à ce que les personnes piégées par les combats et cherchant à quitter la ville  puissent le faire en toute sécurité.

La situation humanitaire à Marioupol est catastrophique. Notre personnel essaie de rester en sécurité alors que de lourdes attaques se poursuivent et que les réserves de nourriture sont maigres. Il n'y a ni eau, ni électricité, ni chauffage. Les services Internet et téléphonique ont été coupés. Les hôpitaux, les supermarchés et les immeubles résidentiels ont subi d'importants dégâts. Et il n'est pas possible d'acheminer du matériel de secours dans la ville. 

04 mars

Les équipes de Médecins Sans Frontières sont mobilisées pour intensifier rapidement la réponse médicale et humanitaire selon les besoins majeurs constatés sur terrain. Il est difficile de trouver en Ukraine du matériel médical et des produits de première nécessité en raison de la forte demande pour répondre au besoin d'un grand nombre de patients. Notre premier objectif est donc d'acheminer du matériel depuis les pays voisins.

420 kilogrammes de matériel médical ont déjà été livrés dans les derniers 48 heures à un hôpital de Kramatorsk, fortement touché par la guerre dans l'est du pays. Des livraisons plus importantes commenceront à arriver dans les heures et les jours à venir. Quant au personnel médical d'urgence, il arrive en ce moment en Ukraine et continuera d'arriver pour soutenir nos équipes déjà positionnées dans certaines villes clés du pays.

Depuis la Moldavie, une équipe MSF est en train d'évaluer la possibilité d'atteindre des villes dans le sud du pays comme Odessa, Mykolaïv ou Kherson. En Pologne, à la frontière avec l'Ukraine et dans différentes zones à l'intérieur du pays, nos équipes d'urgence évaluent également les besoins médicaux humanitaires. Selon le Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unies, plus d'un million de personnes ont fui l'Ukraine, dont un demi-million vers la Pologne.

Dans notre base logistique de Mérignac, nos équipes font partir 15 tonnes de matériel médical. Laurent Sury, directeur de MSF logistique fait le point sur la situation :

© MSF - mars 2022

02 Mars

Les équipes de Médecins Sans Frontières, présentes aux points de passage aux frontières, oeuvrent pour faire entrer personnel et matériel dans les zones les plus touchées par l’offensive militaire russe. Bérengère Guais, responsable adjointe des programmes d’urgence à Paris, revient sur les enjeux et difficultés du déploiement de l'association en Ukraine, alors que le bilan humain s'alourdit et que des centaines de milliers de personnes cherchent refuge dans les pays voisins .

01 mars

En raison des combats, il est difficile d’évaluer l'étendue des besoins médicaux en Ukraine. Les équipes d'urgence positionnées à la frontière polonaise tentent d'acheminer du personnel et des fournitures essentielles en Ukraine et de mettre en place des activités d'intervention d'urgence des deux côtés de la frontière. MSF travaille à la mise en place d’activités de réponse d’urgence et déploie des équipes en Pologne, Moldavie, Hongrie, Roumanie et Slovaquie.

28 février

Le Monde : Guerre en Ukraine : comment apporter de l’aide aux civils ?

« Quelque soixante personnes de l’ONG Médecins sans frontières (MSF) sont déjà mobilisées en Ukraine et dans les pays limitrophes : Pologne, Hongrie, Moldavie, Roumanie et Slovaquie. « On essaie de faire deux choses simultanément : regarder ce qui peut être fait pour les réfugiés dans les pays voisins et la prise en charge des blessés et le soutien des hôpitaux en Ukraine », détaille Michel-Olivier Lacharité, responsable des programmes d’urgence de MSF France. »

Extrait de l'article paru sur Lemonde.fr le 28 février 2022

25 février

Au lendemain du début de l'offensive militaire en Ukraine, des dizaines de milliers de personnes sont sur les routes à la recherche d'un lieu sûr. MSF, déjà présente en Ukraine, est contrainte d'arrêter ses activités, liées à la prise en charge du VIH à Severodonetsk et à celle de la tuberculose à Zhytomyr. A l'est du pays, les programmes d’amélioration de l'accès aux soins à Donetsk où MSF fournissait des soins de santé aux communautés touchées par le conflit sont également arrêtés. Les centres d'approvisionnement logistique préparent des kits médicaux pour expédier le plus rapidement possible davantage de matériel médical et de premiers secours.

24 février

À lire aussi