Yémen : les autorités doivent faire tout leur possible pour faciliter la lutte contre le Covid-19

En Belgique, consultation par l'équipe MSF d'un patient yéménite potentiellement infecté par le Covid-19.
En Belgique, consultation par l'équipe MSF d'un patient yéménite potentiellement infecté par le Covid-19. ©Joffrey Monnier/MSF

Après la confirmation du premier cas de Covid-19 au Yémen aujourd'hui, Médecins Sans Frontières (MSF) appelle les autorités yéménites à autoriser d'urgence l'entrée de matériel et de personnel humanitaire dans le pays afin de faciliter la lutte contre la maladie.

Les différentes autorités du Yémen ont pris des mesures pour planifier une réponse à la pandémie de Covid-19, mais cinq années de guerre ont causé l'effondrement du système de santé, rendant cette réponse presque impossible avec les ressources existantes dans le pays.

« Il est urgent de pouvoir importer davantage d'équipement de protection individuelle (EPI) et d’augmenter les capacités de test au Yémen, aussi bien pour le système de santé national que pour les organisations humanitaires, a déclaré Caroline Seguin, responsable des opérations MSF au Yémen, les différentes autorités yéménites doivent également autoriser l’entrée du personnel médical et non médical des organisations d’aide sur le territoire. »

Malgré la pénurie mondiale d'EPI et de tests, des pays comme le Yémen, qui sont parmi les plus vulnérables aux effets du Covid-19, ne doivent pas être oubliés dans la répartition des stocks de matériel. Tous les pays doivent également contribuer à faciliter la circulation des travailleurs humanitaires.

MSF a aidé les autorités d'Aden et de Sanaa à mettre en place des centres de traitement Covid-19 dans ces deux villes, mais au global il n'y a quasiment pas de centres de traitement prêts à fonctionner dans le pays et très peu de fonds pour payer le personnel de santé.

Le nombre limité d'hôpitaux et de centres de santé fonctionnels conduit MSF à penser que la propagation du Covid-19 pourrait devenir critique si un soutien et des mesures supplémentaires ne sont pas mis en place rapidement.

« 90 % de notre personnel au Yémen est composé de Yéménites, ce qui est un avantage, mais un soutien supplémentaire dans les semaines et les mois à venir sera vital pour ces travailleurs déjà largement débordés, précise Caroline Seguin. Tout le personnel entrant dans le pays devra observer 14 jours de quarantaine pour empêcher la propagation de la maladie. »

L'annonce du premier cas confirmé au Yémen est un développement préoccupant mais inévitable. En effet, le Yémen faisait partie des derniers pays au monde à n'avoir enregistré aucun cas de Covid-19, peut-être en raison d'un grave manque de capacité de test disponible dans le pays.

Les hôpitaux peinent déjà à répondre aux besoins actuels des populations du Yémen aux prises avec la guerre. La propagation du Covid-19 mettrait à rude épreuve un système déjà en panne.

La maladie pourrait se propager très rapidement, en particulier dans les zones très peuplées comme les villes ou les camps de déplacés. Dans les zones rurales, où les établissements de santé sont rares, l’impossibilité ou les difficultés pour dépister, rechercher des contacts, isoler et mettre en place d'autres mesures de santé publique rendraient une réponse face au Covid-19 très difficile.

Les rares hôpitaux et centres de santé fonctionnels ne disposent que de très peu de capacité de soins intensifs, nécessaire à la prise en charge des personnes les plus gravement atteintes. Ces structures seraient rapidement dépassées, alors qu’elles doivent également offrir des soins aux victimes des combats et répondre aux besoins médicaux courants.

Faciliter l’accès d’acteurs humanitaires comme MSF sur le territoire est essentiel, non seulement pour aider les autorités à traiter le COVID-19 mais aussi pour assurer la continuité de la prise en charge des urgences vitales pour les femmes qui doivent accoucher, les personnes blessées dans les combats ou les enfants souffrant de malnutrition.

MSF est présente dans 13 gouvernorats du Yémen, dans lesquels elle mène des projets ou apporte son soutien à des structures médicales. L’association est présente en permanence dans le pays depuis 2007.

À lire aussi