Syrie : distributions aux déplacés d’Idlib et préparation face à la menace du coronavirus

Les équipes MSF chargent le matériel pour la distribution dans le camp de Deir Hassan. Mars 2020. Syrie. 
Les équipes MSF chargent le matériel pour une distribution dans le camp de Deir Hassan. Mars 2020. Syrie.  © Abdul Majeed Al Qareh

Le camp de Deir Hassan, dans le nord-ouest de la Syrie, accueille plus de 164 000 personnes qui ont fui l’offensive militaire menée par les armées syriennes et leurs alliés russes. Les conditions de vie y sont déplorables et la menace d’une propagation du Covid-19 plane. 

Après avoir évalué les besoins du camp de Deir Hassan, MSF a distribué, le 16 mars, des biens de première nécessité à 180 familles dans les campements de Latamneh et Al Habit. Il s’agissait de tentes familiales, de matelas, de bâches en plastique, de couvertures, d’ustensiles de cuisine et de produits de toilette.

« Nous avons vu des gens installés dehors sans rien ; nous avons vu aussi deux ou trois familles partager une tente n’offrant aucune protection contre le froid ou la pluie. Il y avait trop peu de tentes pour accueillir les nouveaux arrivants », relève Ahmed, chef d'équipe du projet MSF. Ces familles ont fui les bombardements et les tirs d’artillerie des forces syriennes et de leurs alliés russes, comme des centaines d’autres milliers de personnes. 

Le 17 mars, l'équipe MSF a distribué les mêmes biens de première nécessité à 115 familles à Abo Obeidah, un autre site du camp de Deir Hassan. « Grâce à MSF, nous avons reçu des tentes, explique Manaf Shamma, une mère déplacée vivant à Latamneh. Ce camp a été créé il y a huit mois, mais il n’y a pas de latrines, d’évacuation des eaux usées ni de routes convenables. »

Les équipes MSF distribuent des tentes et des biens de première nécessité dans le campement d'Abo Obeidah. Mars 2020. Syrie. 
 © Abdul Majeed Al Qareh
Les équipes MSF distribuent des tentes et des biens de première nécessité dans le campement d'Abo Obeidah. Mars 2020. Syrie.  © Abdul Majeed Al Qareh

Dans le camp de Deir Hassan, les infrastructures sanitaires sont insuffisantes pour faire face aux besoins d’un si grand nombre de personnes, ce qui augmente le risque de maladies d'origine hydrique. Les infections des voies respiratoires supérieures étaient jusqu’ici la principale affection observée par les équipes mobiles MSF.

Se préparer face au coronavirus

L'épidémie de Covid-19 est devenue une menace potentielle en Syrie. Le gouvernement syrien a enregistré, le 23 mars, le premier cas de Covid-19 dans le pays. Bien qu'aucun cas n'ait été déclaré dans la province d'Idlib, le dernier bastion rebelle, la maladie peut se propager très rapidement dans la région, en particulier dans les camps surpeuplés où la promiscuité est très grande et les infrastructures sanitaires insuffisantes.

MSF a suspendu ses équipes mobiles dans le camp de Deir Hassan pour permettre à son personnel de suivre une formation sur la prévention et le contrôle des infections et pour éviter la propagation du virus. Dans les prochains jours, dans dix campements du camp de Deir Hassan, des agents de santé communautaire MSF organiseront pour les familles déplacées des séances d'information sanitaire sur le Covid-19 et distribueront des brochures et des kits d'hygiène spécifiques.

Vue du campement d'Abo Obeidah à Deir Hassan. Mars 2020. Syrie.
Vue du campement d'Abo Obeidah à Deir Hassan. Mars 2020. Syrie. © Abdul Majeed Al Qareh

Les équipes MSF concentrent désormais leur activité sur les mesures de contrôle des infections. Dans ce cadre, elles aident à organiser le triage et le dépistage des patients dans les deux centres de santé que soutient MSF à Deir Hassan et Tal Karama.

Parallèlement, MSF organise la distribution d’indispensables biens de première nécessité dans la région d'Afrin, plus au nord. De nombreuses familles déplacées ont cherché refuge dans cette région contrôlée par les forces turques, qui a été épargnée par les violences. Certains n’ont pas pu trouver d’abri convenable et se sont installés dans des maisons vides, des usines ou des bâtiments publics. Un camp de personnes déplacées dans la région de Boul Boul est en cours d'aménagement sur un site prévu pour 400 familles. MSF leur fournira des tentes, des matelas, des couvertures, des bâches en plastique, des kits de cuisine et des produits de toilette. L’installation des tentes se fera en partenariat avec Al Amine, une ONG locale.

La semaine dernière, MSF et Al Amine ont également lancé l’intervention d’équipes médicales mobiles dans la région de Boul Boul ainsi que dans la zone rurale de l'ouest d'Afrin. Mais ces activités ont été suspendues pour permettre au personnel de suivre une formation sur la prévention et le contrôle des infections.

Compte tenu des énormes besoins des personnes déplacées dans la province d'Idlib, l’aide apportée par MSF reste limitée. Mais celle-ci doit continuer d'augmenter. L’accroissement de l’aide de MSF passe nécessairement par l’acheminement régulier de biens de première nécessité, de médicaments et de matériel médical ainsi que d’équipements de protection individuelle dans le nord-ouest de la Syrie ainsi que par l’envoi de personnel international MSF pour soutenir les collègues syriens.

MSF n'est pas présente en Turquie. Pour pouvoir accroître son aide, MSF demande aux autorités turques compétentes de faciliter le transit du matériel nécessaire et du personnel international vers le nord-ouest de la Syrie.

À lire aussi