Syrie : à Rakka, les engins explosifs continuent de faire des victimes

Raqqa
Un bâtiment endommagé durant les offensives sur Rakka. Il est situé dans la partie ouest de la ville. 2017. ©Eddy Van Wessel

En octobre 2017, les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis ont pris le contrôle de la ville de Rakka, dans le nord de la Syrie, suite à une vaste opération de raids aériens et de combats au sol. Les derniers mois de l’offensive ont contraint la quasi-totalité des habitants à s'enfuir, laissant la ville en ruine.

Dans leur fuite, ils ont été exposés aux nombreux engins explosifs disséminés dans Rakka, appareils qui continuent de faire des victimes et des blessés parmi les habitants qui retournent dans la ville.

Une ville dévastée

Durant les combats pour la reprise de la ville, MSF a établi une unité de stabilisation médicale près des lignes de front afin d’accroître les chances de survie des personnes blessées dans les combats ou dans leur fuite. En novembre 2017, une fois Rakka reprise par les FDS, MSF a été l’une des seules organisations à fournir une assistance médicale aux personnes revenant dans la ville grâce à une unité médicale permettant de stabiliser des centaines de victimes d'explosions.

Une femme regarde ce qui a été un jour sa maison, en ruine après les offensives sur Rakka.
 © Eddy Van Wessel
Une femme regarde ce qui a été un jour sa maison, en ruine après les offensives sur Rakka. © Eddy Van Wessel

« Rakka est une ville dévastée où de nombreuses maisons et espaces publics ont été, et sont toujours, jonchés d’engins explosifs improvisés. La salle des urgences de MSF a été conçue pour pouvoir répondre aux besoins d’urgence des patients touchés par ces armes meurtrières et, grâce au niveau de réponse rapide et à l’expérience de l’équipe d’urgence, plus de 346 personnes ont été stabilisées et ont pu survivre. Sans cette aide, de nombreux hommes, femmes et enfants seraient morts dans les ruines de leurs maisons détruites. »

Jon, responsable de l’équipe médicale, Rakka

Les habitants reviennent progressivement dans leurs maisons, qu’ils retrouvent endommagées ou entièrement détruites. Rakka.

Camp de personnes déplacées d’Aïn Issa. Il s’agit de l’un des plus grands camps dans la région.

Patient souffrant d’un traumatisme lié au souffle d’une explosion. La partie inférieure de sa jambe a dû être amputée en raison de ses blessures et il se trouve dans un état particulièrement critique. L’équipe de MSF travaille à l’hôpital de Tal-Abyad, où elle soutient deux blocs opératoires ainsi qu’une salle des urgences.

Mohammed est retourné à Rakka pour voir l’état de sa maison. En entrant, il a marché sur une mine. Hôpital de Tal-Abyad.

1 / 4

Les habitants reviennent progressivement dans leurs maisons, qu’ils retrouvent endommagées ou entièrement détruites. Rakka.

Camp de personnes déplacées d’Aïn Issa. Il s’agit de l’un des plus grands camps dans la région.

Patient souffrant d’un traumatisme lié au souffle d’une explosion. La partie inférieure de sa jambe a dû être amputée en raison de ses blessures et il se trouve dans un état particulièrement critique. L’équipe de MSF travaille à l’hôpital de Tal-Abyad, où elle soutient deux blocs opératoires ainsi qu’une salle des urgences.

Mohammed est retourné à Rakka pour voir l’état de sa maison. En entrant, il a marché sur une mine. Hôpital de Tal-Abyad.

1 / 4

Le Dr. Barkat a géré une clinique clandestine dans la ville de Rakka durant les combats. Il décrit l’impact du risque des explosifs sur les civils.

« Avec un pharmacien, j’ai ouvert une clinique secrète dans ma maison afin de proposer des soins gratuits aux civils blessés. Chaque mois, nous avons pris en charge en moyenne 200 blessés de guerre. La plupart avaient été blessés par des mines ou des engins explosifs improvisés, mais malheureusement, il y en a également beaucoup que nous n’avons pas pu soigner.

Un patient est transféré au bloc opératoire par les équipes médicales de MSF. Hôpital de Tal-Abyad.
 © Eddy Van Wessel
Un patient est transféré au bloc opératoire par les équipes médicales de MSF. Hôpital de Tal-Abyad. © Eddy Van Wessel

La première fois que nous avons essayé de quitter Rakka, c’était à la mi-août l’an dernier. J’étais avec un groupe de 102 personnes qui cherchaient à quitter la ville assiégée. Sur le chemin, des combattants du groupe État islamique ont commencé à nous tirer dessus. Les gens ont accéléré le pas puis se sont mis à courir.

 

Un petit garçon du nord-est de la Syrie a été touché par une balle perdue alors qu’il était chez lui. Hôpital de Tal-Abyad. 

Un enfant de Tal-Abyad est transporté à l’hôpital, il souffre de blessures mineures.

1 / 2

Un petit garçon du nord-est de la Syrie a été touché par une balle perdue alors qu’il était chez lui. Hôpital de Tal-Abyad. 

Un enfant de Tal-Abyad est transporté à l’hôpital, il souffre de blessures mineures.

1 / 2

Alors qu’ils couraient, une mine a explosé. Neuf personnes sont décédées, y compris mon cousin et sa femme. Au final, quoi que je fasse, je ne parviendrai jamais à formuler ce que nous avons traversé. Tout ce que nous pouvions faire, nous l’avons fait. Le plus important, c’est que nous n’ayons plus jamais à traverser quelque chose d’aussi terrible. »

Augmentation des risques liés au manque d’accès aux soins de santé

Des personnes arrivent en grand nombre avec leurs affaires dans le camp de déplacées d’Aïn Issa.
 © Eddy Van Wessel
Des personnes arrivent en grand nombre avec leurs affaires dans le camp de déplacées d’Aïn Issa. © Eddy Van Wessel

Comme dans d’autres régions de la Syrie, les structures de santé à Rakka se sont effondrées et sont toujours défaillantes aujourd’hui. Une étude de MSF menée l’an dernier dans le nord de la Syrie a montré que le taux de mortalité parmi les personnes déplacées par les combats était cinq fois supérieur aux estimations d’avant-guerre, la majorité des décès étant causés par le conflit.

Un membre du personnel MSF parle avec un patient et ses proches à l’hôpital de Tal-Abyad.
 © Eddy Van Wessel
Un membre du personnel MSF parle avec un patient et ses proches à l’hôpital de Tal-Abyad. © Eddy Van Wessel

« MSF est intervenue lorsque la population en avait besoin. C’était ma première fois dans la ville de Rakka. Nous avons sauvé beaucoup de vies. Nous avons réalisé de nombreuses amputations des bras et des jambes. Beaucoup de patients présentent des éclats d’obus dans la poitrine et à l’abdomen, et un certain nombre ont perdu leurs yeux, et donc la vue. C’est la première fois que je vois de tels cas, de telles blessures. »

Un infirmier, à Rakka

Une femme souffrant d’empoisonnement est dans un état grave. Elle est soignée par les équipes de MSF à l’hôpital de Tal-Abyad.
 © Eddy Van Wessel
Une femme souffrant d’empoisonnement est dans un état grave. Elle est soignée par les équipes de MSF à l’hôpital de Tal-Abyad. © Eddy Van Wessel

Hôpital national de Tal-Abyad

Outre la structure de santé gérée par MSF dans la ville de Rakka, l’organisation travaille également en partenariat avec les autorités de santé locales depuis mai 2017 à l’hôpital national de Tal-Abyad. 

Il s’agit du seul hôpital de soins secondaires dans la zone et du principal centre de référence pour les patients en provenance de Rakka. MSF travaille en étroite collaboration avec plus de 315 professionnels locaux et internationaux afin de fournir des soins de santé au peuple syrien.

Un petit garçon a été touché par une balle perdue alors qu’il était chez lui. Les équipes médicales de MSF à l’hôpital de Tal-Abyad tentent de lui sauver la vie.
 © Eddy Van Wessel
Un petit garçon a été touché par une balle perdue alors qu’il était chez lui. Les équipes médicales de MSF à l’hôpital de Tal-Abyad tentent de lui sauver la vie. © Eddy Van Wessel

« L’hôpital de Tal-Abyad reçoit un grand nombre de patients souffrant de traumatismes liés non seulement à des engins explosifs improvisés (EEI), des munitions non explosées (MNE) et à des pièges, mais aussi à des accidents de la route et à des coups de feu. Depuis novembre, le nombre de victimes d’explosions référées à notre hôpital a grimpé en flèche, passant à cinquante par semaine.

Unité d’hospitalisation de l’hôpital de Tal-Abyad.
 © Eddy Van Wessel
Unité d’hospitalisation de l’hôpital de Tal-Abyad. © Eddy Van Wessel

Pour y faire face, nous avons dû adapter notre réponse et ouvrir une seconde unité chirurgicale ainsi qu’une maison de convalescence pour permettre aux patients de se remettre de leurs blessures. Cependant, tant que les opérations de déminage ne sont pas assez rapides par rapport au nombre de retours dans la ville, et les engins explosifs restent une menace majeure. »

Tila, coordinatrice du projet, Tal-Abyad

Proches d’une patiente à l’hôpital de Tal-Abyad.

Proches de patients à l’hôpital de Tal-Abyad.

Les équipes de MSF vérifient la tension artérielle d’un patient syrien à l’hôpital de Tal-Abyad.

Jess Vanderwal, infirmière MSF durant le service du matin des équipes médicales. Hôpital de Tal-Abyad.

1 / 4

Proches d’une patiente à l’hôpital de Tal-Abyad.

Proches de patients à l’hôpital de Tal-Abyad.

Les équipes de MSF vérifient la tension artérielle d’un patient syrien à l’hôpital de Tal-Abyad.

Jess Vanderwal, infirmière MSF durant le service du matin des équipes médicales. Hôpital de Tal-Abyad.

1 / 4

Victimes de restes d'explosifs de guerre

En octobre 2017, Ahmad est retourné à Rakka car un ami lui a demandé de l’accompagner dans la ville.

« Un ami m’a demandé d’aller avec lui à Rakka voir dans quel état était la maison de sa sœur. J’ai pensé que c’était une bonne idée car cela me permettrait de vérifier l’état de la mienne également. Alors que nous étions en chemin, j’ai marché sur une mine. J’ai été blessé avant même de voir les maisons. J’ai été emmené en ambulance à l’hôpital de Tal-Abyad. Mes deux jambes ont été touchées et je dois encore subir plusieurs opérations. » 

Mohammed est retourné à Rakka pour voir l’état de sa maison. En entrant, il a marché sur une mine. Hôpital de Tal-Abyad.
 © Eddy Van Wessel
Mohammed est retourné à Rakka pour voir l’état de sa maison. En entrant, il a marché sur une mine. Hôpital de Tal-Abyad. © Eddy Van Wessel

L’impact mortel sur les civils

Aujourd’hui, MSF continue de soigner les victimes de pièges, de mines et de restes d’explosifs de guerre dans la ville de Rakka. Entre novembre 2017 et mars 2018, la salle des urgences de MSF à Rakka a pris en charge environ 427 victimes de ce type, mais le nombre réel de personnes touchées dans la ville est bien plus élevé. La gravité de certaines blessures est telle que soixante personnes en sont mortes alors qu’elles étaient en route vers la salle des urgences, voire dans la salle. Environ 40 % des patients doivent être référés dans d’autres structures de santé pour recevoir des soins de stabilisation ou être soumis à des interventions chirurgicales plus intensifs.

Des patients de l’hôpital de Tal-Abyad avec les membres de leur famille.
 © Eddy Van Wessel
Des patients de l’hôpital de Tal-Abyad avec les membres de leur famille. © Eddy Van Wessel

Alors que la plupart des opérations de déminage se concentrent sur les espaces et les infrastructures publics, la majorité des victimes prises en charge par MSF ont été blessées chez elles. Le souffle des explosions affecte généralement les plus vulnérables : la plus jeune victime avait trois ans, la plus âgée 71.

Firas est retourné à Rakka après les combats. Les routes principales étaient bloquées donc il a pris une ruelle et marché sur une mine.
 © Eddy Van Wessel
Firas est retourné à Rakka après les combats. Les routes principales étaient bloquées donc il a pris une ruelle et marché sur une mine. © Eddy Van Wessel

Les opérations de déminage ne vont pas assez vite pour répondre aux besoins des habitants, toujours touchés par ce type d’incidents six mois après la fin des combats dans la ville. 

La communauté internationale, et en particulier les membres de la coalition menée par les États-Unis, doit assumer ses responsabilités et accroître son financement afin de soutenir l’expansion des activités de déminage dans la ville, sinon la population civile continuera à payer le prix fort dans les mois à venir.

Rakka, ville en ruine

À lire aussi