Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

RDC - Extension des violences dans le nord-est

Depuis la fin 2008, la population civile des Haut-Uélé et Bas-Uélé est prise dans un cycle de violence lié aux attaques perpétrées par le groupe rebelle ougandais de la LRA (Lord's Resistance Army) et à l'offensive des forces ougandaises et congolaises contre la LRA. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées l'année dernière.

Depuis la fin 2008, la population civile des Haut-Uélé et Bas-Uélé est prise dans un cycle de violence lié aux attaques perpétrées par le groupe rebelle ougandais de la LRA (Lord's Resistance Army) et à l'offensive des forces ougandaises et congolaises contre la LRA. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées l'année dernière.

Un an après le déclenchement des violences dans le district du Haut-Uélé, dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC), les attaques et les affrontements s'étendent désormais à de nouvelles zones, poussant des centaines de milliers de personnes à fuir. Selon MSF, les organisations humanitaires n'ont pas pu répondre aux besoins énormes qui en résultent. Une aide urgente, accompagnée d'une présence accrue dans les zones rurales des Haut-Uélé et Bas-Uélé, est indispensable.

Depuis la fin 2008, la population civile des Haut-Uélé et Bas-Uélé s'est trouvée prise dans un cycle de violence lié aux attaques perpétrées par le groupe rebelle ougandais de la LRA (Lord's Resistance Army) et à l'offensive des forces ougandaises et congolaises contre la LRA. Alors que la situation continue de se détériorer, les civils font également face à une recrudescence des actes de banditisme.

« La population locale est la cible de nombreuses violences : meurtres, enlèvements et abus sexuels, explique Luis Encinas, coordinateur des opérations de MSF en Afrique centrale. Il s'agit ici d'une tactique de la violence dont l'objectif est de répandre la peur chez les gens. Nos patients nous ont raconté des histoires terribles - notamment celles d'enfants forcés de tuer leurs parents ou encore de personnes brûlées vivantes dans leur maison. »

À lire aussi