Contrechamps : récits de photographes

Podcast Contrechamps
© Léa Taillefert

Contrechamps nous plonge dans l'univers d'une photographie prise sur un terrain d'intervention de Médecins Sans Frontières et du contexte dans lequel elle a été prise. Chaque photographe nous livre un récit très personnel autour de l’image, d'une rencontre, d'un moment. 

Episode 1 : Frédéric Noy, Soudan du Sud

Frédéric Noy se rend à Old Fangak, au Soudan du Sud, en décembre 2017. Sa géographie particulière en fait un refuge pour de nombreuses personnes déplacées par la guerre. Sur place, MSF propose des soins aux populations vivant le long du Nil blanc et de la rivière Phow, qui se transforment en un gigantesque réseau de marécages pendant la saison des pluies, entre mai et octobre. Pendant son séjour, Frédéric croise le chemin de Camille, la sage-femme qui gère les activités de santé reproductive et sexuelle au sein de la maternité. Il revient sur une photo ; ce moment qu'il a cru ne jamais réussir à capturer.   

Photographe documentaire français, Frédéric Noy utilise la chronique comme mode narratif. Travaillant principalement en Afrique, il nous montre un continent constamment en construction ; une région dont l'histoire, les croyances et les traditions sont en perpétuel mouvement, mutant au gré des circonstances.

Pour découvrir la photo, glisser le curseur vers la droite.

Episode 2 : Guillaume Binet, Yemen

Le conflit au Yémen oppose les forces gouvernementales yéménites, soutenues depuis 2015 par une coalition internationale menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, à la rébellion houthiste. L'ampleur de la crise est immense pour la population, dans ce pays où l’accès des acteurs humanitaires est extrêmement restreint. En juin 2015, Guillaume atteint les côtes d'Aden, dans le sud-ouest du pays, théâtre de plusieurs épisodes d'affrontements extrêmement violents. Au-delà de la photo, prise à la volée sur un checkpoint, il raconte les difficultés liées aux conditions sécuritaires.  

Guillaume Binet a cofondé l’agence M.Y.O.P en 2005. Photographe indépendant, il a développé un volet documentaire de son travail en travaillant pour la presse, notamment lors des conflits du printemps arabe et moyen-orientaux.

Pour découvrir la photo, glisser le curseur vers la droite.

Episode 3 : Martina Bacigalupo, Mer Méditerranée

« Quand je me suis retrouvée sur la plage, parmi tant de gens, je savais que j'étais en train de choisir de mourir par balle ou mourir en mer. Et j'ai choisi de mourir en mer ». A bord de l'Aquarius, en décembre 2017, Aida raconte son histoire à Martina Bacigalupo. Manteau de fourrure et montre au poignet, Aida détonne avec le reste des rescapés. Son histoire n'en est pas moins tragique, à la fois singulière et commune. 

Photographe italienne, Martina Bacigalupo a vécu 10 ans en Afrique de l’Est. A travers ses photographies, elle interroge les questions relatives aux droits de l’Homme, et notamment la place des femmes dans les pays à revenu modéré. Elle développe des récits de vie tout en subtilité : sans démonstration, sans assertion, sans jugement.

Pour découvrir la photo, glisser le curseur vers la droite.

Episode 4 : Sylvain Cherkaoui, Guinée Conakry

En 2014, une épidémie d’Ebola d’une ampleur sans précédent se propage en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone). Dès les premiers jours, incompréhension, rumeurs et inquiétude animent la population et bouleversent les habitudes. MSF est en première ligne dans la lutte contre Ebola. Sylvain Cherkaoui est l'un des rares photographes à être entré dans la « zone rouge ». Il se souvient de sa rencontre avec Finda Marie. 

Né en France, Sylvain Cherkaoui est photographe professionnel depuis 2001. Actuellement basé à Dakar, il travaille comme photographe indépendant, se concentrant sur l'actualité de l'Afrique de l'Ouest.

Pour découvrir la photo, glisser le curseur vers la droite.

Episode 5 : Sandra Calligaro, Afghanistan

12 Mai 2020. La maternité de l'hôpital de Dasht-e-Barchi à Kaboul, en Afghanistan, est attaquée. 24 personnes dont 15 femmes et une sage-femme décèdent sous les balles ce jour-là. 20 autres personnes sont blessées. Quelques mois auparavant, en décembre 2019, Sandra Calligaro partait à la rencontre de ces femmes afghanes. « Zakia avec ses jumeaux n'aurait peut-être pas pu accoucher dans d'aussi bonnes conditions maintenant. »  

Photographe indépendante, Sandra Calligaro travaille entre la France et l’Afghanistan depuis 2007. Elle s’oriente rapidement vers le grand reportage et fait un premier voyage en Afghanistan en 2007. Elle s’y installera quelques mois après. La photographe s'est notamment concentrée sur la ville de Kaboul et l’émergence d’une nouvelle classe urbaine. 

Pour découvrir la photo, glisser le curseur vers la droite.

Crédits : enregistrement : Studio All Star Music - montage sonore : Benoît Raffenne - sound designer : Christophe Rémy - illustration visuelle : Léa Taillefert.

À lire aussi