Opération

Soudan du Sud : assistance aux communautés éloignées

© Frederic NOY/

A Old Fangak, au Soudan du Sud, des nombreuses personnes déplacées par le conflit se sont réfugiées sur une terre souvent inondée, entourée du Nil Blanc et de la rivière Phow.

Pendant la saison des pluies, la terre se transforme en marécage dans cette zone reculée du Soudan du Sud.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

À Old Fangak, une région isolée et marécageuse dans le nord, Médecins Sans Frontières gère le seul établissement de santé secondaire, qui accueille de nombreuses personnes déplacées qui se sont installées dans la région.

Dans cette région humide, le paludisme et les maladies liées à l'eau sont particulièrement surveillés. 

Les patients doivent souvent marcher de longues heures avant d'atteindre l'hôpital, dans la boue ou en plein soleil, ce qui aggrave leur état de santé général. Pour les femmes enceintes présentant des complications, cette longueur de trajet rend les choses particulièrement difficiles.

Notre intervention

L’hôpital compte 30 lits, et peut accueillir de nombreux blessés. 

Les femmes enceintes peuvent y bénéficier d’un suivi, l’établissement étant le seul centre de santé de la région. 

Régulièrement inondé, l’hôpital a été surélevé, et est approvisionné par barges ou par hélicoptère.
Les équipes de MSF, qui se déplacent en bateau, gèrent également des cliniques mobiles dans dix communautés le long du Nil Blanc et de la rivière Phow, qui permettent notamment de vacciner les populations, et de référencer les personnes ayant besoin de soins particuliers vers les hôpitaux les plus proches. Les équipes sont également en contact radio avec certains villages voisins, ce qui leur permet d’être rapidement informées lorsqu’il est nécessaire de venir chercher certains patients en bateau.