Guerre au Yémen : comment empêcher la catastrophe programmée ?

Michaël Neuman, directeur d'études au CRASH, en débattait dans l'émission 28 Minutes sur Arte.

Voir le replay

Au Yémen, une situation humanitaire «désespérée»

Lire l'article sur Libération
Éclairage

Antibiorésistance : une priorité de santé mondiale

Véritable urgence de santé globale, l’antibiorésistance menace de rendre à nouveau létales des maladies aujourd’hui simples à traiter. Médecins Sans Frontières est confrontée à cette problématique de santé publique sur l’ensemble de ses terrains d'intervention.

05/07/2018
© Nicola Vigilanti

SITUATION - Les 4 clés pour comprendre

1.

1 Contexte

Les antibiotiques représentent l’une des principales innovations de la médecine au XXème siècle. Ils ont permis de révolutionner le traitement de certaines maladies infectieuses comme les pneumonies, la tuberculose ou la peste, en réduisant considérablement le nombre de décès liés à ces maladies.

 

Mais au cours des dernières décennies, les bactéries ont développé des mécanismes d’adaptation leur permettant de résister à des environnements hostiles notamment à la présence d’antibiotiques. Ces bactéries devenues résistantes ne cessent de se propager, sur tous les continents.

2.

2 Sur le terrain

Antibiorésistance. Un laborantin effectue des analyses de sang dans l'hôpital MSF de Port-au-Prince. 2010. Haïti.

Un laborantin effectue des analyses de sang dans l'hôpital MSF de Port-au-Prince. 2010. Haïti.

©Nicola Vigilanti

3.

3 Décryptage

© MSF juillet 2018

L'antibiorésistance est l'un des grands enjeux de ce siècle en termes de santé publique. Pourtant ce phénomène reste méconnu et mal documenté. C'est pourtant une priorité de santé mondiale.

4.

4 Les repères chronologiques

1932

Découverte du premier antibiotique de synthèse, un composé du soufre : le prontosil.

1946

Apparition des premières résistances à la pénicilline, trois ans après sa mise sur le marché comme antibiotique.

2006

Ouverture du programme de chirurgie reconstructrice de MSF à Amman en Jordanie, dans lequel la problématique de l'antibiorésistance est fortement présente.

2014

Diffusion par l’OMS du premier rapport dédié à la résistance aux antibiotiques, compilant des données de 114 pays.

2015

Approbation d’un plan mondial de lutte contre l’antibiorésistance par l’Assemblée mondiale de la Santé, en mai.

2016

Reconnaissance de la lutte contre l’antibiorésistance comme une priorité mondiale par les Nations unies.

Situation - L’éclairage

Des stratégies sur le terrain

Médecins Sans Frontières s’inscrit dans un effort global de lutte contre l’antibiorésistance par différentes stratégies : en renforçant les capacités des laboratoires qu’elle gère dans certains de ses projets et en documentant davantage le phénomène ; en contribuant à la recherche en vue d’une utilisation rationnelle des antibiotiques ; en appuyant les équipes médicales dans la bonne gestion et prescription des antibiotiques, notamment dans des projets où l’antibiorésistance est prévalente, comme à Amman (Jordanie), à Bangui (République centrafricaine) et à Koutiala (Mali) ; en soutenant des initiatives de recherche et développement (R&D) de nouveaux antibiotiques et de tests diagnostiques simplifiés et abordables ; en plaidant pour que la recherche dans ce domaine soit plus rapide et bénéficie à tous les patients ; et en organisant des espaces d’échange et de partage d’informations entre experts, entre autres.

75 %

Dans le projet de chirurgie reconstructrice à Amman, en Jordanie, où MSF prend en charge des blessés en provenance de Syrie, d’Irak ou du Yémen, jusqu’à 75 % des patients peuvent souffrir d’une infection causée par une bactérie résistante.

Depuis 2016, la lutte contre l’antibiorésistance est reconnue comme une priorité mondiale par les Nations unies, qui préconise un meilleur usage des antibiotiques existants, en passant notamment par un renforcement des systèmes de santé et des capacités de diagnostic.

© MSF 2018

MSF a décidé de développer un laboratoire portable qui aurait toutes les fonctionnalités d'un laboratoire classique, mais adapté aux conditions d'intervention de notre ONG. Il permettrait donc de contribuer à la lutte contre l’antibiorésistance en testant les bactéries responsables des pathologies que les équipes rencontrent.

Des causes multiples

La mauvaise utilisation des antibiotiques est en partie responsable du développement de l’antibiorésistance, avec la surprescription ou l’utilisation hors prescription (mauvais usage, durée et/ou dosage), le recours à des antibiotiques puissants pour traiter des infections simples ou dans les cas de maladies bénignes ou dues à des virus (les antibiotiques sont alors inefficaces). L’utilisation massive d’antibiotiques dans l’élevage (et dans une moindre mesure dans l’agriculture) contribue également au phénomène en développant la résistance des bactéries qui peuvent ensuite être transmises à l’homme, par contact direct ou ingestion.

On peut noter aussi, dans les facteurs de développement de l’antibiorésistance, le non-respect des règles d’hygiène et de contrôle infectieux dans les hôpitaux, qui favorisent la propagation des bactéries – y compris résistantes – entre patients. Enfin, la simplification et l’accélération de la circulation des personnes, qui fait de l’antibiorésistance une problématique globale, et la diffusion de bactéries résistantes portées par des individus sains, entrent également en jeu.

L’antibiorésistance : une grande tueuse

L’antibiorésistance fait partie des grandes tueuses, soit 14 maladies ou problématiques de santé publique, responsables de la mort de millions de personnes chaque année. Dans cette série documentaire multimédia, chaque pathologie est abordée à travers cinq modules (vidéo, photo, animation, infographie) portant sur ses contextes géographique et historique, ses effets sur l’organisme, son traitement et enfin les espoirs pour l’avenir.

© MSF 2016

Notre intervention

En 2006, Médecins Sans Frontières ouvre à Amman, en Jordanie, une structure hospitalière spécialisée dans la chirurgie reconstructrice.

Médecins Sans Frontières ouvre en 2009 au Mali un projet pédiatrique intégré en collaboration avec le ministère de la Santé dans le district de Koutiala, dans le sud-est du Mali.

Médecins Sans Frontières offre une prise en charge spécialisée aux personnes atteintes de brûlures sévères à Port-au-Prince, en Haïti.

Depuis 2005, Médecins Sans Frontières offre une prise en charge aux personnes affectées par la tuberculose multirésistante en Arménie.

L'historique du sujet