Opération

Arménie : prise en charge des personnes affectées par la tuberculose

Fermée

© Bruno De Cock/MSF

Depuis 2005, Médecins Sans Frontières offrait une prise en charge aux personnes affectées par la tuberculose multirésistante en Arménie. 

Face aux taux importants de tuberculose multirésistante (TB-MR) aux antibiotiques en Arménie, Médecins Sans Frontières décide en 2005 de soutenir le programme national de lutte contre la maladie. La tuberculose est la maladie la plus meurtrière au monde devant le VIH avec plus de 1,8 millions de décès par an.

Les patients qui souffrent de tuberculose multi-résistante doivent suivre un traitement très contraignant. Pour simplifier au maximum le quotidien des patients, l’équipe a expérimenté de nouvelles méthodes de suivi. L’observation par vidéo a été mise en place en Arménie. 28 patients ont pu en bénéficier en 2016. Pour les patients comme les soignants, ce sont de nombreuses contraintes en moins.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervenait ?

L’Arménie est l’un des pays les plus touchés au monde par la tuberculose, avec près de 45 nouveaux cas par an pour 100 000 habitants (OMS, 2016). Elle compte aussi parmi les 27 pays dans le monde où le nombre de cas de tuberculose multirésistante est le plus important.  Elle concerne 11 % des personnes nouvellement infectées, et 47 % des personnes ayant déjà été traités. Principalement à cause de mauvais résultats des traitements de TB-MR, 10% de ces cas sont ultrarésistants (TB-UR).

Notre intervention

Les équipes de Médecins Sans Frontières s'employaient à mettre en œuvre de nouveaux protocoles pour les patients atteints de tuberculose multirésistante en Arménie. 

La principale difficulté de la prise en charge des cas de tuberculose multirésistante est la durée et la toxicité du traitement lui-même, qui peut impliquer la prise de 20 comprimés par jour pendant deux ans et des mois d’injections quotidiennes douloureuses. 

Perte d’audition permanente, dépression avec tendances suicidaires et psychose comptent parmi les effets secondaires du traitement, dont le taux de réussite n’est que de 50% pour la TB-MR et 25% pour la TB-UR.

En 2013, le ministère de la Santé a accepté l’introduction de nouveaux médicaments antituberculeux contre la TB-MR, la bédaquiline et le délamanide, avec le support technique et financier de Médecins Sans Frontières. Ces nouveaux traitements sont depuis 2015 prescrits dans le programme régulier du ministère de la Santé.

Ayant fait une passation progressive de ses activités au Ministère de la Santé à partir de 2018, MSF a terminé sa mission en 2019. Les dernières étapes de cette passation ont inclus une formation pour les médecins et infirmiers dans les cliniques spécialisées dans le traitement de la tuberculose dans le pays. 

L’Arménie fait partie des pays qui bénéficient du partenariat EndTB, visant à accélérer l’introduction de nouveaux médicaments pour lutter contre la tuberculose.

MSF, en collaboration avec le ministère de la Santé, a organisé une mission de chirurgie thoracique sur six patients tuberculeux. Cette opération très complexe vise à améliorer les chances de guérison à long terme pour les patients dont les poumons ont été sévèrement endommagés par une tuberculose résistante aux médicaments ou qui présentent un risque élevé de rechute.