Ses équipes une nouvelle fois attaquées, MSF suspend ses activités à Bria en République centrafricaine

CAR - Mar 2017
Employés MSF de Bria  ©Colin Delfosse/Out of Focus

La base MSF à Bria, ville située dans l'Est de la République centrafricaine (RCA), a de nouveau été pillée suite à l’intrusion d’hommes armés, dans la nuit du 4 au 5 juillet 2018. Après avoir menacé et agressé plusieurs membres de l’équipe, les assaillants ont volé du matériel essentiel au bon déroulement des activités médicales.

C’est le deuxième incident grave en moins de trois mois dont MSF est victime à Bria ; la base de l’organisation ayant déjà été attaquée au mois d’avril dernier. « Ces attaques répétées contre notre organisation sont inacceptables et nous obligent à suspendre nos activités. Ainsi ciblées, nos équipes ne sont en effet plus en mesure de fournir les soins essentiels dont la population a besoin », déplore Jean-Pierre Kaposo, Coordinateur MSF à Bria. « Ne serait-ce qu’au cours de la semaine prochaine, ce seront donc 700 enfants atteints de paludisme qui ne pourront pas bénéficier de traitement », souligne le responsable du projet.

Présente à Bria depuis août 2013, l’équipe de MSF offre des soins médicaux gratuits à l’ensemble de la population. En 2017, MSF a réalisé près de 50 000 consultations externes et pris en charge plus de 350 blessés.

Mise à jour au 27 août 2018 :

Depuis le début du mois d’août, les équipes MSF sont de retour à Bria après avoir été contraintes de suspendre leur intervention le 5 juillet, suite à une série d’incidents ayant menacé leur sécurité. L’engagement de différents acteurs, la mobilisation de la population, et l’urgence des besoins médicaux dans la région, ont amené MSF à reprendre les activités médicales à Bria.

Dans le week-end du 25 et 26 août, des affrontements entre des groupes armés en ville ont fait une dizaine de morts et des blessés. 13 blessés ont été pris en charge à l’hôpital de Bria avec le soutien des équipes MSF. Trois cas parmi les plus critiques ont été évacués vers le programme chirurgical de MSF à Bangui.

Ce dernier développement s’ajoute aux affrontements et aux violences qui se succèdent depuis plusieurs semaines au sud de Bria. Environ un millier de personnes fuyant la zone sont venues dans le site de déplacés de PK3 et un tiers sont des enfants de moins de 5 ans.

Villages réduits en cendre, exactions, attaques indiscriminées… « Les infos qui parviennent aux équipes MSF font état d’une situation alarmante mais pour des raisons sécuritaires nous ne sommes pas encore en mesure d’accéder à la zone au sud de Bria », explique Bakary Ouedraogo, coordinateur de projet MSF à Bria.

À lire aussi