Opération

République centrafricaine : assistance aux populations et réponse aux urgences

20 février 2018
© Borja Ruiz Rodriguez/MSF

Médecins Sans Frontières offre une assistance médicale aux populations des provinces de la République centrafricaine, et adapte ses programmes pour répondre aux besoins urgents générés par les violences.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent notamment à la prise en charge des personnes affectées par le VIH/Sida et la tuberculose, gèrent des services de maternité et de pédiatrie et luttent entre autres contre le paludisme.

© MSF Septembre 2017

5 minutes pour comprendre : que se passe-t-il aujourd'hui en République centrafricaine ?

La République centrafricaine (RCA) est de nouveau le théâtre de violences de masse, qui touchent une population encore traumatisée par la guerre civile de 2013. Villages brûlés, exécutions, pillages : les exactions contre les populations prises au piège des combats se sont intensifiées en 2017, atteignant des niveaux de violence extrême qui n’épargnent personne.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

La situation sanitaire est extrêmement préoccupante en République centrafricaine, pays parmi les plus pauvres du monde. Des maladies, qu’il est possible de prévenir, de traiter ou de soigner, comme le paludisme, première cause de mortalité chez les enfants, le VIH/Sida et la tuberculose, généralisées dans la population adulte, ou encore la maladie du sommeil, tuent chaque année des milliers de personnes.

Depuis 2013, des violences entre groupes armées ont blessé et causé la mort de milliers de personnes. On compte près de 700 000 déplacés en République centrafricaine et 480 000 réfugiés dans les pays voisins (HCR, 2018).

Présente depuis 1997 en République centrafricaine, Médecins Sans Frontières n’a cessé d’augmenter sa capacité d’intervention pour répondre à la défaillance du système de santé et aux cycles de violences qui secouent le pays.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières offre une prise en charge aux populations affectées par la violence avec une équipe dédiée et en mobilisant les équipes de ses programmes réguliers.

Réponse aux urgences

Les programmes réguliers de Médecins Sans Frontières en République centrafricaine, sont en capacité de prendre en charge les personnes affectées par les violences, en cas de conflits armés ou de déplacements de populations. Les équipes de l’association peuvent intervenir auprès des déplacés avec des cliniques mobiles, des activités d’approvisionnement en eau et d’assainissement, et soutenir la prise en charge chirurgicale en cas d’afflux de blessés. En mai 2017, une équipe mobile est par exemple intervenue dans la zone d’Alindao pour soutenir l’hôpital et un centre de santé de la ville, où les équipes ont admis près de 120 patients dont 53 blessés par balle ou arme blanches. Les cas les plus sévères peuvent être transférés à Bangui, pour être pris en charge par les équipes de Médecins Sans Frontières.

© MSF - Mars 2018

3 questions sur les violences en RCA

Santé maternelle et infantile

Les équipes de Médecins Sans Frontières interviennent dans les régions de la Ouaka, Basse et Haute Kotto, Ouham-Pendé et depuis 2006 de l’Ouham, dans les villes de Batangafo et Kabo, pour offrir notamment des soins de santé maternelle et infantile. Médecins Sans Frontières soutient les maternités et les services de pédiatrie des hôpitaux de ces deux villes, Batangafo et Kabo. A Batangafo, ville soumise à de violents combats ces dernières années, on compte très peu de structures de santé fonctionnelles. A Kabo, Médecins Sans Frontières propose une assistance médicale gratuite à plus de 50 000 personnes.

VIH/Sida

Médecins Sans Frontières soutient l’hôpital de Carnot depuis 2009, suite à une crise nutritionnelle et, à partir de 2011, offre une prise en charge aux personnes affectées par le VIH/Sida. En effet, près de 10 % des Centrafricains de cette région seraient séropositifs. Les équipes de Médecins Sans Frontières développent des modalités de décentralisation des soins vers des centres de santé, notamment pour améliorer la prise en charge des personnes séropositives. L’association mène également des projets de prise en charge des personnes affectées par le VIH/Sida dans d’autres régions et villes de la République centrafricaine, comme Batangafo ou Paoua.