Incursion armée dans un hôpital de la Ghouta orientale en Syrie : MSF suspend son aide

L’équipe de MSF dépêchée en soutien au Département d’Urgence de l’hôpital de Bab Al Hawa dans la province d’Idlib en Syrie décrit des symptômes concordants avec une exposition à un agent neurotoxique de type gaz sarin.
©MSF

Le 29 avril, 30 hommes masqués et en armes se sont introduits dans l’hôpital de Hazzeh, dans la Ghouta orientale, à la recherche d’individus blessés. Cette incursion est intervenue alors que des combats entre groupes rivaux de l’opposition ont éclaté la semaine dernière dans cette banlieue assiégée de Damas, capitale de la Syrie.

Les mêmes hommes ont ensuite pris l’ambulance de l’hôpital, retrouvée endommagée quelques heures plus tard. En réponse à ces graves atteintes à la sécurité du personnel, à l’obligation de protection des patients et à l’intimidation du personnel médical, MSF a décidé la suspension de son aide médicale dans la Ghouta orientale.

« Les infrastructures de santé sont protégées par le droit international et doivent rester des lieux d’humanité dans la guerre, en traitant tout le monde – civils ou non sur la base de leurs seuls besoins médicaux. Nous avons exprimé des demandes claires aux groupes armés opérant dans la Ghouta orientale, leur expliquant que le soutien médical de MSF dans la région serait suspendu en attendant des engagements clairs des belligérants à respecter la neutralité  des patients, des infrastructures médicales et de leur personnel », a déclaré Brice de le Vingne, directeur des Opérations MSF.

La zone rurale de la Ghouta orientale près de Damas est assiégée par les forces gouvernementales depuis début 2013. MSF fournit de l’aide technique et matérielle à la majorité des structures de soins dans la région et a établi une relation solide avec le personnel de santé, permettant de maintenir des espaces de soins neutres.

 

 

À lire aussi