Un médecin de MSF soigne un garçon grièvement brûlé dans un poste médical avancé, en Syrie.
Un médecin de MSF soigne un garçon grièvement brûlé dans un poste médical avancé, en Syrie. © Brigitte Breuillac/MSF

Alors que le conflit entre dans sa septième année en mars 2017, la Syrie reste au cœur de l'une des crises humanitaires les plus complexes et les plus volatiles au monde.

Malgré la longue expérience humanitaire et médicale de MSF dans des situations de crises telles qu’en Libye, à Gaza, en Irak, au Rwanda, en Afghanistan, la guerre en Syrie est l'un des environnements les plus difficiles que MSF ait rencontrés.

La guerre, conjuguée à des attaques contre le personnel de santé et les installations médicales, a considérablement affaibli le système de santé qui fonctionnait bien auparavant en Syrie. Cet affaiblissement se produit à un moment où les besoins médicaux augmentent considérablement en raison du conflit, exerçant une pression énorme sur les infrastructures de santé restantes.

Pendant ces six dernières années, nos équipes ont traité de nombreux patients en Syrie, mais aussi en Jordanie, au Liban et en Irak. Les équipes de MSF opèrent dans plusieurs gouvernorats syriens pour fournir des soins vitaux, bien que le gouvernement syrien n'ait toujours pas autorisé MSF à travailler dans les territoires qu'il détient, malgré des demandes répétées. MSF n'est pas non plus présente dans les zones sous le contrôle du groupe État Islamique, faute de pouvoir garantir la sécurité de son personnel.

Néanmoins, nous soutenons des réseaux de médecins syriens en leur fournissant des médicaments, des fournitures médicales, en assurant leur formation et en leur prodiguant des conseils d'intervention d'urgence. Nous travaillons de cette manière avec plus de 100 installations, dans les zones gouvernementales et les zones de l'opposition.


 

La Turquie, l'Irak, la Jordanie et le Liban ont déployé d'immenses efforts pour aider les réfugiés syriens, accueillant près de 4,8 millions de personnes. Ce nombre ne cesse d’augmenter depuis six ans, et en 2015, plus d’un million de réfugiés, en majorité syriens, ont traversé les mers pour atteindre l’Europe. En 2016, les États européens auront peu à peu refermé leurs portes, sous-traitant leurs frontières à la Turquie et créant des centres de détention pour demandeurs d’asile en Grèce. Alors qu’il n’y a jamais eu autant de réfugiés de par le monde, l’Europe cède à la montée des populismes et replis identitaires, érigeant toujours plus de barrières, pour empêcher les personnes fuyant la guerre de venir s’y réfugier.

« Le monde ne peut pas tourner le dos à des milliers de personnes qui ont fui la guerre et la persécution. Il est fondamental de respecter le droit des peuples à demander l'asile et à obtenir une assistance et une protection appropriées », explique Pablo Marco, directeur des opérations de MSF au Moyen-Orient.


Activités de MSF en Syrie et dans les pays voisins :

Survolez l'image pour activer les légendes ou cliquez ici pour l'afficher en plus grand.

 

Le point sur nos activités avec Amber Alayyan, coordinatrice médicale de retour de Syrie :

 

Pour poursuivre nos actions d'aide médicale,
nous avons besoin de vous

Je fais un don à MSF

 

Carte

Articles