Un médecin de MSF soigne un garçon grièvement brûlé dans un poste médical avancé, en Syrie.
Un médecin de MSF soigne un garçon grièvement brûlé dans un poste médical avancé, en Syrie. © Brigitte Breuillac/MSF

MSF a une longue expérience humanitaire et médicale dans des situations de crises telles qu’en  Libye, à Gaza, en Irak, au Rwanda, en Afghanistan. En quarante-quatre ans d’existence de notre ONG, la guerre en Syrie est l'un des environnements les plus difficiles que MSF ait rencontrés.

Pendant ces quatre dernières années, nos équipes ont traité de nombreux patients dans le nord de la Syrie, mais aussi en Jordanie, au Liban, en Egypte et en Irak. Depuis août 2011, nos équipes franchissent des frontières avec des tonnes de médicaments et de fournitures médicales. Les dons individuels et privés rendent ce soutien possible : afin de rester strictement indépendante, MSF a choisi de ne pas utiliser l'argent de gouvernements ou de quelque entité politique pour ses projets en Syrie.

En 2013, nous gérions six hôpitaux dans le Nord et avions fourni 225 000 consultations médicales, mené 12 000 interventions chirurgicales et permis 3100 accouchements. Malgré notre collaboration avec nos collègues syriens, nous étions encore incapables d'atteindre la majorité de la population au cœur du conflit syrien. Ayant conscience que bien davantage devait être fait, nous avons étendu notre soutien au personnel médical syrien. Bien que ce soutien continue aujourd’hui, notre capacité à mener des activités médicales directes reste très limité, pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, le niveau de violence en Syrie rend cet environnement extrêmement dangereux pour tous, y compris pour les organisations d'aide. Les hôpitaux ne sont pas des lieux sûrs, ni pour les blessés, ni pour les soignants. Nous ne constatons aucun engagement de la part des parties au conflit d’assurer des conditions sécuritaires adéquates.

Ensuite, de vastes zones en Syrie sont contrôlées par l'Etat islamique (EI). En janvier 2014, l’EI a enlevé 13 personnels de MSF, dont cinq ont été retenus captifs pendant près de cinq mois, forçant MSF à fermer quatre de ses hôpitaux et centres médicaux dans le nord. Malgré des demandes d'assistance de l'Etat islamique, MSF ne peut pas travailler dans les zones contrôlées par ce groupe tant que nous ne recevons pas de garantie claire de leur part que nos patients et notre personnel ne seront pas enlevés ou blessés. Nous n’avons à ce jour pas reçu cette garantie.

Enfin, en dépit de nos demandes, le gouvernement syrien n’a toujours pas donné l'autorisation à MSF de travailler dans le pays. Néanmoins, depuis trois ans, nous soutenons des réseaux de médecins syriens en leur fournissant des médicaments, des fournitures médicales, en assurant leur formation et en leur prodiguant des conseils d'intervention d'urgence. Nous travaillons actuellement de cette manière avec plus de 100 installations, dans les zones gouvernementales et les zones de l'opposition.
MSF aide aussi ceux qui ont fui la guerre vers les pays voisins.

A l’intérieur de la Syrie, nous devrions mener le plus grand programme d'aide médicale de l’histoire de MSF. Il est inacceptable que notre travail soit limité et rencontre tant de défis, mais nous nous efforçons de trouver de nouvelles façons de fournir une assistance médicale au cœur de la Syrie.


Minisite "Syrie, 4 ans après : l'impasse humanitaire"
:

Site MSF Syrie 4 ans de guerre


Activités de MSF en Syrie et dans les pays voisins en 2015 :

Survolez l'image pour activer les légendes ou cliquez ici pour l'afficher en plus grand.

Carte

Articles