Evacuation place de la République : nos associations demandent une politique alternative pour rompre ce cycle infernal de violences

450 personnes exilées, à la rue depuis une semaine, se sont installées place de la République avant d'être violemment expulsées par les forces de police
450 personnes exilées, à la rue depuis une semaine, se sont installées place de la République avant d'être violemment expulsées par les forces de police. © MSF

Suite à l’évacuation violente des personnes exilées à la rue et de leurs soutiens installés Place de la République hier soir, nos organisations* demandent de toute urgence une politique alternative pour rompre avec ces violences et assurer la dignité de toutes et tous.

Nous appelons le gouvernement à mettre en place une concertation rassemblant l’ensemble des acteurs : l’Etat, les collectivités locales, les parlementaires, les associations et les personnes concernées pour concevoir au plus tôt une politique alternative pour rompre avec ces violences et permettre l’hébergement des personnes. 

Nous appelons les parlementaires à mettre en place une commission d’enquête parlementaire pour le respect des droits des personnes exilées.

Depuis une semaine, des centaines de personnes exilées errent dans les rues de la capitale, suite à l’évacuation du campement de Saint-Denis mardi dernier. 

Pour rendre visible la situation indigne de ces personnes et exprimer notre solidarité, une mobilisation pacifique a été organisée hier soir place de la République à Paris. Puis est venu le temps de l’évacuation, violente, qui s’est poursuivie une bonne partie de la nuit, avec l'intervention de forces de l'ordre mobilisées en nombre pour déloger et disperser les personnes installées dans le centre de Paris.

Ces scènes de violences inédites, à Paris, à l’encontre des personnes exilées à la rue, mais aussi des associations, journalistes et élus présents sur place, ne seront jamais une réponse acceptable face à ces conditions de vies indignes.  

Que ce soit en Île-de-France, sur le littoral franco-britannique ou à la frontière franco-italienne, se constatent les mêmes brutalités et les mêmes atteintes aux droits fondamentaux des personnes.

Il est urgent de rompre avec ce cycle infernal d’évacuations et de reconstitution de campements qui perdurent depuis 5 ans.  

 

*Amnesty International, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières et Secours Catholique-Caritas.

© MSF novembre 2020

À lire aussi