Soudan du Sud : MSF répond aux besoins médicaux à Juba

Violences à Juba
Violences à Juba ©Raphael Veicht / MSF

Mardi 12 juillet, une équipe MSF de quatre personnes a mis en place des dispensaires mobiles à l'église Sainte-Thérèse, où 2 500 personnes ont trouvé refuge. L'équipe s’est concentrée sur les cas médicaux les plus urgents et a pris en charge 115 personnes, dont 82 enfants. Les patients souffraient surtout d’infections des voies respiratoires, de fièvre et de diarrhée.

L'équipe médicale a également pris en charge deux patients avec des blessures par balle et plusieurs personnes blessées alors qu’elles fuyaient les violences. La plupart des gens ont raconté qu'ils venaient des sites de la protection des civils (PoC) de la ville.

Ces cliniques mobiles sont toujours actives et les équipes de MSF sont également intervenues dans les quartiers de Juba, Gudele 1 et Gudele 2, où environ 3 000 personnes ont trouvé refuge après avoir fui les combats. La zone de Gudele, située à proximité d’une base de l'armée, a connu les affrontements les plus violents. Mardi, une équipe de MSF a d’ailleurs vu des corps gisant toujours dans la rue.

Si les gens ont commencé à rentrer chez eux, beaucoup ont trouvé leurs maisons complètement pillées et ont perdu tous leurs biens. La population est extrêmement vulnérable et n'a pas d’accès aux soins médicaux. Afin de réduire le risque d'apparition de maladies, il est également nécessaire de leur apporter un appui en eau et assainissement.

MSF a fait don de kits chirurgicaux à l'hôpital universitaire de Juba, ainsi que de sacs mortuaires à l'Organisation mondiale de la santé. MSF a également réapprovisionné les hôpitaux situés au sein de deux sites de Protection des Civils (PoC) à Juba. Une équipe chirurgicale est aussi en train d’arriver dans la capitale afin de faire face à l’afflux de blessés.

Ailleurs au Soudan du Sud, le site de Protection des Civils (PoC) de Bentiu a vu arriver 6 000 personnes depuis le début des combats à Juba vendredi.
MSF s’inquiète aussi des combats qui ont déjà éclaté à Wau et Leer où les gens fuient à nouveau - à Wau pour la troisième fois. L’organisation médicale a dû interrompre ses activités médicales malgré les besoins.

MSF continue de surveiller de près la situation sécuritaire dans le pays, ses opérations continuent dans une grande partie du Soudan du Sud. En ce moment, les équipes médicales prennent en charge un grand nombre de patients atteints de paludisme et de malnutrition. Au Soudan du Sud, la survie des populations reste très dépendante de l'aide humanitaire.

► Consultez notre dossier détaillé sur l'urgence qui frappe le Soudan du Sud

À lire aussi