URGENCE GAZA

Liban : les réfugiés syriens vivent dans la crainte d’être expulsés

Vue du camp de réfugié d'Arsal dans le nord du Liban. 
Vue du camp de réfugiés d'Arsal dans le nord du Liban.  © SOPHIE MUELLER

Les équipes MSF qui travaillent auprès des réfugiés syriens au Liban constatent une montée du sentiment d’insécurité chez leurs patients, qui craignent d’être expulsés s’ils venaient à sortir de chez eux. Cette vague de renvois forcés intervient dans un contexte d’intensification des discours discriminatoires et anti-réfugiés.

« Tout le monde est nerveux et reste à la maison, paralysé par la peur, explique Farhat*, 75 ans, une réfugiée syrienne suivie pour son diabète au centre de santé MSF d'Arsal. Personne n'a le courage de sortir, même pour acheter des produits de première nécessité. J'ai peur qu'ils m'emmènent, qu'ils m'humilient et qu'ils m'expulsent. » 

Dans cette ville isolée du Nord-Liban, située à proximité de la frontière syrienne, les équipes MSF ont recueilli de nombreux témoignages similaires au cours des deux dernières semaines. Elles ont constaté un nombre croissant de rendez-vous manqués dans leurs cliniques : leurs patients avaient peur d'être expulsés en franchissant l’un des points de contrôle qui mènent au centre de santé. 

D’autre part, ce climat de peur a un impact sur les capacités des équipes MSF à orienter les cas urgents vers des hôpitaux adaptés. « Un de nos patients, qui avait besoin de soins médicaux urgents, a refusé d'être transféré vers un hôpital par peur d’être expulsé, sachant qu'il n'était pas enregistré comme réfugié », explique le Dr Marcelo Fernandez, chef de mission MSF au Liban.

Les récentes mesures prises par le gouvernement libanais à l’encontre des réfugiés syriens ont entraîné une vague de confiscation de leurs moyens de locomotion, qu’il s’agisse de voitures ou de motos. Or, ces véhicules étaient souvent le seul moyen de transport abordable à leur disposition dans un pays touché par une forte crise économique. « J'avais l'habitude d'utiliser ma moto pour me rendre à la clinique, explique Mahmoud*, 56 ans, suivi par MSF à Arsal. Mais la récente réglementation nous interdit d'utiliser ce type de véhicule, alors je dois maintenant faire le trajet à pied. »

« Cette mesure a exacerbé les difficultés rencontrées par des personnes dont les ressources et la liberté de mouvement sont déjà limitées, entravant encore davantage leur accès aux soins médicaux, conclut le Dr Marcelo Fernandez. Toutes ces personnes vulnérables devraient avoir accès à des soins de santé en temps voulu, quel que soit leur statut. »

* Les prénoms des patients ont été modifiés afin de préserver leur anonymat.

À lire aussi