URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

Gaza : sous le feu israélien, l’accès aux hôpitaux de plus en plus précaire

L'hôpital Al-Aqsa dans le centre de Gaza, accueillant patients et déplacés avant qu'il ne soit évacué
L'hôpital Al-Aqsa dans le centre de la bande de Gaza, accueillant patients et déplacés avant qu'il ne soit évacué.  © MSF

L'offensive de l’armée  israélienne sur la bande de Gaza a  pratiquement anéanti le système de santé local. Il n'existe quasiment plus de lieux sécurisés permettant de fournir  des soins à la population. Les ordres d'évacuation et les attaques contre les établissements de santé et leurs alentours ont contraint à plusieurs reprises les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) à quitter des hôpitaux. 

« Nous sommes progressivement confinés dans un périmètre très limité dans le sud de Gaza, à Rafah, avec des capacités à déployer une assistance médicale qui ne cessent de se réduire, alors que les besoins continuent de croître de manière dramatique, explique le Dr. Thomas Lauvin, coordinateur de projet de MSF à Gaza. Au fur et à mesure de l'avancée de l’armée israélienne dans la bande de Gaza, nous avons dû évacuer plusieurs centres de santé dans le nord, puis dans le centre.»

« Aujourd'hui, nous sommes contraints de travailler dans le sud essentiellement, parce que nous ne pouvons plus travailler ailleurs, poursuit le Dr. Lauvin. Autrement dit, nous manquons d'hôpitaux. Nous sommes obligés de laisser des patients derrière nous. »

Le système de santé à Gaza s'est pratiquement effondré. De nombreux établissements médicaux ont fait l'objet d'ordres d'évacuation, en particulier dans le nord. Dans d’autres cas, les quartiers aux alentours ont été frappés à plusieurs reprises par les forces israéliennes, ce qui rend le travail des équipes médicales et l’accès aux soins pour la population trop dangereux. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, seuls 13 des 36 hôpitaux de Gaza sont encore partiellement opérationnels : 9 dans le sud et 4 dans le nord. 

Les deux principaux hôpitaux du sud fonctionnent bien au-delà de leurs capacités, accueillant trois fois plus de patients que de lits disponibles. Ils manquent en outre de matériel médical de base et de carburant pour alimenter les générateurs électriques.

Vue d'une salle de l'hôpital indonésien de Rafah dans lequel travaillent les équipes MSF. 28 décembre 2023. 
 © MSF
Vue d'une salle de l'hôpital indonésien de Rafah dans lequel travaillent les équipes MSF. 28 décembre 2023.  © MSF

Évacuation de l'hôpital Al-Aqsa

Le 6 janvier, les équipes de MSF ont été une nouvelle fois contraintes de quitter un hôpital, celui d'Al-Aqsa dans le centre de Gaza, après que les forces israéliennes ont donné l'ordre d'évacuer les quartiers entourant l'hôpital. Cette évacuation forcée a limité l'accès à notre propre pharmacie.

« Quitter l'hôpital Al-Aqsa et nos patients a été une décision terrible à prendre mais c'était la seule option qui nous restait, explique Enrico Vallaperta, référent médical MSF à Gaza. Les frappes de drones, les tirs de snipers et les bombardements à proximité ont rendu l'hôpital trop dangereux pour y travailler. Ces conditions de travail extrêmement changeantes et fragiles nous laissent un sentiment d'impuissance. Il n'y a pratiquement plus de lieux sécurisés pour fournir des soins médicaux, même basiques, aux gens. »

L'hôpital Al-Awda dans le nord de Gaza, après la frappe du 21 novembre 2023 qui a tué trois médecins, dont deux membres du personnel de MSF, et blessé de nombreuses autres personnes. 
 © MSF
L'hôpital Al-Awda dans le nord de Gaza, après la frappe du 21 novembre 2023 qui a tué trois médecins, dont deux membres du personnel de MSF, et blessé de nombreuses autres personnes.  © MSF

MSF réitère son appel à un cessez-le-feu immédiat et durable qui permettra d' épargner  la vie des civils, de rétablir l'acheminement de l'aide humanitaire et de remettre sur pied le système de santé dont dépend la survie de la population de Gaza.

Des équipes MSF sont actuellement présentes ou apportent leur soutien à certains hôpitaux de Rafah et Khan Younis - l’hôpital Emirati, l’hôpital Indonésien, l’hôpital Européen et l’hôpital Nasser - ainsi qu’à l’hôpital Al Awda dans le nord de la bande de Gaza.

À lire aussi