Cyclone Idai au Mozambique, Zimbabwe et Malawi : les équipes de MSF mobilisées sur place

Alors que les eaux se retirent dans certaines zones autour de la ville de Beira, au Mozambique, la vie reprend lentement. Lors de cliniques mobiles en porte à porte, l'équipe de MSF a rencontré une famille qui construisait une nouvelle maison à partir de rien, leur ancienne maison ayant été complètement détruite. Des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes dans les zones touchées par le cyclone et les inondations au Mozambique sont confrontées à cette situation.
Alors que les eaux se retirent dans certaines zones autour de la ville de Beira, au Mozambique, la vie reprend lentement. Lors de cliniques mobiles en porte à porte, l'équipe de MSF a rencontré une famille qui construisait une nouvelle maison à partir de rien, leur ancienne maison ayant été complètement détruite. Des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes dans les zones touchées par le cyclone et les inondations au Mozambique sont confrontées à cette situation.   ©Caitlin Ryan/MSF

Des interventions d’urgence ont été lancées au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi, trois pays dans lesquels les équipes MSF ont déjà des activités médicales régulières.

Mise à jour au 22 mars 2019

Au 21 mars, le bilan provisoire faisait état de 202 décès au Mozambique. Il pourrait gravement s’alourdir, la ville de Beira ayant été détruite à 90%.

Six personnels MSF expérimentés en matière d’urgence sont déjà sur place à Beira, et d’autres personnels sont en route pour rejoindre les zones touchées par les inondations.

Après deux jours d’évaluation des besoins, les équipes MSF commencent à délivrer leurs premiers soins. Elles ont transformé un camion précédemment dédié aux consultations VIH en unité mobile de soins de santé primaires. Les équipes procèdent aussi à la réfection des toits de deux centres de santé de Beira, afin de les rendre à nouveau fonctionnels.

MSF continue d’envoyer du matériel et des fournitures médicales sur place ainsi que des biens de première nécessité, mais l’accès reste un immense défi.

D'autres équipes MSF prévoient d’évaluer les besoins dans certaines zones situées en dehors de Beira, où les besoins pourraient également être critiques.

Au Malawi, MSF a mis en place des cliniques mobiles dans plusieurs zones touchées par les inondations, ainsi que des activités dans les domaines de l’eau et de l’assainissement.

Au Zimbabwe, MSF a envoyé une équipe d’intervention d’urgence dans les régions montagneuses de la province du Manicaland, près de la frontière avec le Mozambique, où des inondations ont provoqué des destructions considérables, telles que des routes et des ponts inondés ou effondrés.
 

Le point au 19 mars 2019

Au Mozambique

Le cyclone tropical Idai, qui a frappé la ville côtière de Beira avec des vents allant jusqu'à 200 km/h et de fortes pluies le 14 mars, a dévasté les côtes des provinces de Sofala, Zambézie et Inhambane.

90% de la zone autour de la ville a été détruite, les principales routes y menant ont été coupées, les bâtiments ont été submergés et sérieusement endommagés. Toutes les activités, y compris celles de l'hôpital et des centres de santé, ont cessé. Il n'y a plus d'électricité à Beira, ni dans les environs et presque toutes les lignes de communication ont été détruites, rendant l'évaluation du bilan humain et de l'ampleur de la catastrophe particulièrement difficile.

Le bloc opératoire, plusieurs salles de l’hôpital de Beira, ainsi que 17 centres de santé ont subi de graves dommages.

À ce jour, 84 morts et au moins 1 500 blessés ont été signalés entre les villes de Beira, Dondo et Chimoio. Le gouvernement a cependant confirmé le 18 mars que la situation pourrait être encore plus grave avec plus d’un millier de victimes.

Tous les membres du personnel de MSF ont été retrouvés, sains et saufs malgré quelques blessures. 

Après une première évaluation hier, une équipe d'urgence de MSF doit arriver à Beira dans la journée pour mener une évaluation plus large de l'ampleur des dégâts et des besoins.

La principale préoccupation de MSF est d’assurer la continuité de l’accueil et des soins dans les centres de santé, tout en anticipant les besoins en eau et en hygiène qui resteront importants dans les prochains jours.

Je donne les moyens à MSF d’agir rapidement en cas d’urgence, partout dans le monde

Je fais un don au fonds d’urgence
Au Mozambique, l’état des routes rend les interventions d’urgence particulièrement longues et périlleuses.
 © MSF
Au Mozambique, l’état des routes rend les interventions d’urgence particulièrement longues et périlleuses. © MSF

Au Zimbabwe

Après avoir traversé le Mozambique, le cyclone Idai a atteint Chimanimani, un petit district d'environ 30 000 habitants dans la province de Manicaland, ce vendredi 15 mars.

Plusieurs routes menant à ce district ont été coupées ; le seul accès à la zone se fait désormais par hélicoptère. 

Une équipe de MSF tente d'accéder à Chimanimani avec des fournitures et du matériel médical, mais elle n'est pas encore en mesure de le faire en raison de la destruction de ponts. Elle fournit donc des services dans un centre de transit situé à une vingtaine de kilomètres.

Les équipes s'emploient également à soutenir les centres de transit situés en dehors de Chimanimani avec des fournitures médicales et un soutien pour l'approvisionnement en eau et l'assainissement.

Au Zimbabwe, la destruction des infrastructures routières rend difficile l’accès à Chimanimani, que le cyclone a atteint le vendredi 15 mars.
 © MSF
Au Zimbabwe, la destruction des infrastructures routières rend difficile l’accès à Chimanimani, que le cyclone a atteint le vendredi 15 mars. © MSF

Au Malawi

Des pluies torrentielles sont tombées dans les districts de Chikwawa et de Nsanje, situés au sud de la rivière Shire. À ces précipitations s’ajoutent les pluies du cyclone Idai de la semaine dernière, qui ont déjà provoqué de graves inondations, notamment dans 14 des 28 districts de Nsanje. Les chiffres officiels font état de 56 morts, 577 blessés et 3 disparus.

Des cours d’eau sont sortis de leurs lits, submergeant de nombreuses maisons et amenant environ 11 000 ménages à être déplacés à Nsanje.

Une intervention d'urgence de MSF a été lancée en se concentrant sur la zone de Makhanga, située sur la rive est de Nsanje, la plus touchée, accessible uniquement par bateau ou par hélicoptère.

MSF soutient également le centre de santé de Makhanga en participant au nettoyage de ce dernier, mais aussi en fournissant du matériel et des ressources humaines. Les équipes participent au renforcement des systèmes de surveillance et d'aiguillage, et au soutien des cliniques de proximité et des activités de promotion de la santé des centres d'évacuation.

Des activités d'approvisionnement en eau et d'assainissement, ainsi que des distributions de kits de biens de première nécessité aux personnes touchées, sont en cours de planification.

Au Malawi, certaines zones difficiles d’accès nécessitent l’emploi de bateaux ou d’hélicoptères.
 © MSF
Au Malawi, certaines zones difficiles d’accès nécessitent l’emploi de bateaux ou d’hélicoptères. © MSF

À lire aussi