Opération

Irak : prise en charge des urgences à Qayyarah

© Javier Rius Trigueros/MSF

En décembre 2016, Médecins Sans Frontières ouvre un hôpital à Qayyarah pour prendre en charge les urgences médicales et chirurgicales, à la suite de l’offensive lancée sur Mossoul, à 70 kilomètres de là.

Depuis l’hôpital s’est agrandi, et les équipes de Médecins Sans Frontières proposent des soins médico-nutritionnels pour les enfants.

Le 17 octobre 2016, les forces irakiennes soutenues par une coalition internationale menée par les États-Unis ont lancé une offensive pour reprendre Mossoul aux combattants du groupe Etat islamique. Le 6 décembre, l’hôpital MSF de Qayyarah ouvrait ses portes : une structure de trente lits dédiée aux urgences médicales et chirurgicales, la seule dans cette région au sud de Mossoul, qui compte plus de 120 000 personnes.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Après des mois d’affrontements entre les forces armées irakiennes et la coalition internationale, la ville de Mossoul est reprise en juillet 2017. Durant cette période, de nombreux civils sont tués ou blessés dans la ville ou en fuyant, par des explosions, des bombardements ou des tirs. Les populations fuient massivement vers l’est de Mossoul, et s’installent dans des camps, dans les gouvernorat d’Erbil et de Ninive. A Qayyarah, l’intervention de Médecins Sans Frontières a permis d’offrir une prise en charge des urgences médicales et chirurgicales.

Notre intervention

Au début du mois de décembre 2016, Médecins Sans Frontières ouvre un hôpital à Qayyarah, à 60 km au sud de Mossoul, doté d’une salle d’urgence et d’un bloc opératoire. Des consultations de santé mentale sont également proposées aux patients de l’hôpital.  

Pour traiter les enfants malnutris, Médecins Sans Frontières ouvre en mars 2017 dans l’hôpital de Qayyarah un centre de nutrition thérapeutique.

 

Retour sur Mossoul