URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

Arménie : des équipes MSF en soutien aux populations déplacées du Haut-Karabakh

Les équipes MSF à Goris, en Arménie. 28 septembre 2023.
Les équipes MSF à Goris, en Arménie. 28 septembre 2023. © MSF

Le mardi 19 septembre, l'Azerbaïdjan a lancé une attaque sur plusieurs zones du Haut-Karabakh, république autoproclamée qui abrite de nombreux Arméniens. Après qu’un accord de cessez-le-feu a été trouvé 24 heures plus tard, plus de 100 000 habitants de la région ont rejoint l'Arménie voisine par le corridor de Latchine, fermé depuis dix mois. Les équipes MSF se sont rapidement rendues sur place.

Le jeudi 28 septembre, une équipe médicale MSF a commencé à recevoir des patients en consultation au centre d'enregistrement de Goris en Arménie. Deux psychologues ont pu offrir des consultations de santé mentale et des premiers soins psychologiques à plus de 200 personnes en quelques jours seulement.

« Nous nous occupons de personnes qui ont tout perdu, explique Narine Danielyan, référente médicale MSF à Goris. L'approche que nous adoptons comporte plusieurs aspects, notamment stabiliser les personnes en détresse aiguë, fournir une assistance pratique, aider à rétablir des liens sociaux, proposer des outils permettant de faire face à la situation et une orientation vers des soins supplémentaires. »

Les personnes avec lesquelles les équipes MSF se sont entretenues sont souvent épuisées et souhaitent bénéficier d'un soutien spécifique ou simplement d'une écoute attentive. La plupart souffrent de problèmes psychosomatiques et le personnel médical MSF a observé du stress, un état de choc, des troubles du sommeil et des symptômes physiques tels que des maux d'estomac et des maux de tête chez les patients qu'il rencontre. 

« Presque toutes les personnes avec qui nous discutons nous disent qu'elles ont perdu un être cher ou un membre de leur famille, ajoute Narine Danielyan. La plupart de ces personnes sont anéanties et gravement affectées mentalement. »

Les équipes de santé mentale MSF continuent de suivre, via des séances de psychothérapie, les patients qui ont été hébergés dans certains hôtels ou centres proches du site d'accueil de Goris. Les équipes MSF restent mobilisées pour évaluer toute évolution des besoins, avec un accent particulier mis sur les soins de santé générale, la continuité des soins pour les patients souffrant de maladies non transmissibles, et la lutte contre les infections respiratoires.

À lire aussi