URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Gaza : MSF appelle à permettre l’évacuation de plus de 100 personnes, employés et leurs familles, pris au piège des combats et en danger de mort

Conflict in Gaza
Des quartiers de Gaza totalement détruits © Mohammed Baba

L'intensité des combats et des bombardements dans la ville de Gaza continue d'empêcher des milliers de personnes de quitter la zone. Ces six derniers jours, MSF a tenté à plusieurs reprises d'évacuer une partie de son personnel et de leurs familles (au total 137 personnes dont 65 enfants) actuellement bloqués dans des locaux de MSF situés près de l'hôpital Al-Shifa. Nous appelons de toute urgence à un cessez-le-feu, qui est le seul moyen de mettre en place des corridors afin d'évacuer en toute sécurité des milliers de civils.

Depuis samedi dernier, le personnel de MSF et leurs familles sont dans l’impossibilité de sortir à cause des combats en cours. Mardi 14 novembre, des balles ont été tirées sur la maison de MSF, heureusement sans faire de victimes. Hier, le bureau de MSF a été touché par des éclats d'obus et le réservoir d'eau de la maison a été endommagé par des tirs. Aujourd'hui, notre personnel a fait état de combats intenses se déroulant tout près d'eux. Des milliers de civils piégés dans des hôpitaux et d'autres lieux de la ville de Gaza subissent actuellement le même sort.

« Nos collègues entendent en permanence le bruit des tirs, des bombardements et des drones, que nous entendons également lorsque nous leur parlons au téléphone. La route d'évacuation vers le sud de la bande de Gaza reste dangereuse », explique Ann Taylor, cheffe de mission MSF en Palestine.

« Ils sont terrifiés, ils n’ont plus de nourriture depuis plusieurs jours, ils boivent de l’eau salée et les enfants commencent à être malades. Leur situation relève de l’urgence vitale », ajoute Ann Taylor.
 

À lire aussi