Epidémie de choléra au Yémen : près de 800 cas pris en charge par MSF depuis le 30 mars

Les équipes de Médecins Sans Frontières reçoivent et traitent un nombre croissant de cas de choléra et de diarrhée aqueuse aiguë dans les gouvernorats d’Amran Hajjah Al Dhale Taiz et Ibb. Le nombre de patients a considérablement augmenté au cou
©MSF

Les équipes de Médecins Sans Frontières reçoivent et traitent un nombre croissant de cas de choléra et de diarrhée aqueuse aiguë dans les gouvernorats d’Amran, Hajjah, Al-Dhale, Taiz et Ibb. Le nombre de patients a considérablement augmenté au cours des deux dernières semaines, atteignant plus de 780 cas depuis le 30 mars.

En réponse à cette épidémie, MSF a mis en place des centres de traitement du choléra dans cinq hôpitaux afin d’isoler les patients et de traiter ceux qui présentent des symptômes. L’organisation soutient également d’autres structures gérées par les autorités sanitaires.

Depuis la fin du mois d’avril, les équipes de MSF ont traité 276 patients atteints de choléra et de diarrhée aqueuse aiguë dans deux structures médicales du gouvernorat d’Al-Dhale – l’hôpital Al-Nasr et le centre de santé primaire Al Salam. Depuis fin mars, elles ont également pris en charge 263 patients à l’hôpital d’Abs dans le gouvernorat de Hajjah, dont 168 au cours des deux dernières semaines. L’hôpital Al-Salam dans le gouvernorat d’Amran, l’hôpital général rural de Thi as Sufal dans le gouvernorat d’Ibb et l’hôpital mère et enfant à Al-Houban dans le gouvernorat de Taiz, ont également reçu des centaines de patients ces dernières semaines.

Le ministère yéménite de la Santé publique et de la population a quant à lui signalé environ 310 cas à Sanaa, la capitale.

Depuis le début du conflit au Yémen en mars 2015, de nombreux hôpitaux ont cessé de fonctionner. Le manque de fonds et le non-paiement des salaires du personnel médical depuis plus de six mois ont encore compliqué l’accès aux soins pour des millions de personnes. Avec un système de santé yéménite fortement affaibli, MSF craint que les autorités sanitaires ne soient pas en mesure de faire face à l’épidémie.

« Nous recevons des patients originaires de différents districts, distants de plusieurs dizaines de kilomètres, a déclaré Shinjiro Murata, chef de mission de MSF au Yémen. Nous sommes très préoccupés par la propagation de l’épidémie et la possibilité qu’elle devienne hors de contrôle. Une collaboration efficace entre les acteurs de santé et les autorités compétentes est nécessaire afin de fournir un soutien rapide aux établissements de santé et aux communautés locales dans les zones affectées. »

Activités MSF de lutte contre le choléra au Yémen, 9 mai 2017

Cliquer sur la carte pour zoomer


MSF fournit directement des soins médicaux et chirurgicaux dans 13 hôpitaux et soutient des structures médicales dans 11 gouvernorats du Yémen.

Découvrez comment fonctionne un centre de traitement du choléra

Centre de traitement du choléra virtuel

Cliquez pour accéder à notre minisite présentant le fonctionnement d'un CTC

 

UPDATE AU 17 MAI :

Le nombre de patients pris en charge par MSF a rapidement augmenté ces derniers jours, atteignant un total de 1 670 au 13 mai 2017, puis 2456 le 17 mai (voir la répartition des patients pris en charge par MSF sur la carte ci-dessous).


Activités MSF de lutte contre le choléra au Yémen, 17 mai 2017

Cliquer sur la carte pour zoomer

 

EN SAVOIR PLUS

► Consulter notre dossier sur la crise au Yémen

À lire aussi