Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Campagne « Sans vos dons, nous ne pouvons être Médecins sans Frontières »

Logo Médecins Sans Frontières

Du 1er au 28 octobre 2012, avec des visuels dans la presse magazine, des spots sur les chaînes de télévision et sur les radios généralistes, des bannières Internet et de l’affichage, MSF compte sur la générosité des Français.

L’objectif : poursuivre ses actions d’urgence sur des terrains de conflits comme la Syrie et ses engagements à long terme comme la lutte contre la tuberculose, la malnutrition ou le VIH/sida.

Une campagne sans détour

Perfusion à la main et pieds dans la boue, lampe torche pour veiller sur un enfant, t-shirt blanc au logo MSF face à un homme armé, deux mains pour soigner 200 patients… Pour sa nouvelle campagne de communication, Médecins Sans Frontières loue le travail et l’engagement de ses médecins sur le terrain avec six visuels forts.
« Nous sommes des médecins SANS préjugés, SANS hésitation, SANS renoncement, SANS rendez-vous, SANS relâche… Mais SANS vos dons, nous ne pouvons être Médecins SANS Frontières. »

A partir du 1er octobre 2012 et avec cette campagne, MSF appelle à la mobilisation et à la générosité des Français pour poursuivre ses actions. L’objectif de l’association est clair : collecter davantage de fonds car sans argent, les interventions sur le terrain sont compromises. « SANS » qui donne du sens à la campagne, insiste sur l’absolue nécessité des dons versés à l’association.

Des engagements sans répit

Sans le soutien de nouveaux donateurs, MSF ne pourra pas relever les cinq grands défis qu’elle a définis :

  • Augmenter le nombre de projets d’urgence en zone de conflit comme en Syrie, au Soudan du Sud, au Yémen, en République démocratique du Congo (RDC), ou au Pakistan. 

  • Soigner mieux et davantage les personnes atteintes de tuberculose notamment en donnant accès à des médicaments de qualité et en simplifiant le plus possible les traitements. La tuberculose tue encore 1,5 million de personnes par an.

  • Lutter contre le paludisme en associant traitement et prévention. Au Mali, cette stratégie a permis de diminuer de 65% le nombre de cas de paludisme en 2012.

  • Fournir un accès à des soins de qualité aux populations négligées notamment en développant son offre dans les trente hôpitaux MSF. En 2011, 360 000 personnes ont été admises dans ces structures.

  • Développer les programmes de prévention pour lutter contre la malnutrition notamment en multipliant les distributions de suppléments alimentaires en direction des enfants en bas âge. En 2011, MSF a soigné plus de 300 000 enfants malnutris.

Une indépendance financière sans faille

« Si MSF a réussi à établir et maintenir son indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques, c’est grâce à l’indépendance financière que lui octroie le soutien de ses donateurs », affirme sans hésitation le Dr Marie-Pierre Allié, présidente de MSF depuis 2007. 90 % des ressources de l’ONG proviennent de dons privés pour une collecte globale qui s’élevait en 2011 à 164 millions d’euros.

« Engagement historique, personnels extrêmement investis, liberté d’action », Hélène, donatrice depuis un voyage en Inde, pointe en quelques mots les principales motivations des 560 000 donateurs de MSF en France. L’association compte aujourd’hui 360 000 donateurs réguliers versant en moyenne 8 euros par mois et 200 000 donateurs ponctuels avec un don moyen de 75 euros*. 

Si MSF est internationalement connue pour ses actions d’urgence, c’est dans la régularité que les dons lui sont utiles. « Etre donateur, c’est un choix à long terme, presque un choix de partenariat », résume avec justesse Martin, un donateur.

En 2012, le pragmatisme de l’organisation est toujours sa force. Sa nouvelle campagne de communication en est le reflet.

* Don donnant droit à une réduction d'impôt égale à 66% des versements effectués dans l'année, versements pris en compte dans la limite de 20% du revenu imposable global net.

À lire aussi