99 rescapés sauvés en Méditerranée alors que de nombreuses personnes auraient péri noyées

99 rescapés ont été secourus par l'Aquarius. © Laurin Schmid/SOS MEDITERRANEE ©Laurin Schmid / SOS MEDITERRANEE

Un nouveau drame s’est déroulé hier en Méditerranée : 99 personnes ont survécu au naufrage de leur embarcation de fortune après avoir été secourues par l’Aquarius, le navire de recherche et sauvetage de Médecins Sans Frontières (MSF) et SOS MEDITERRANEE. Un nombre indéterminé d’hommes, de femmes et enfants sont portés disparus, vraisemblablement noyés. Le décès de deux femmes a été confirmé.

« La scène était effroyable, avec beaucoup de survivants ayant besoin de soins médicaux d’urgence. Nous avons reçu les unes à la suite des autres des personnes inconscientes dont nombre d’entre elles se trouvaient entre la vie et la mort » explique Aoife Ni Mhurchu, infirmière à MSF.

Des dizaines de personnes étaient déjà en détresse, en train de se noyer, quand les équipes de l’Aquarius sont arrivées aux alentours de 9h30, et que leur canot était quasiment dégonflé. Tous les moyens de secours disponibles de l’Aquarius ont été déployés pour répondre le plus rapidement à cette urgence et tout le personnel à bord s’est mobilisé pour sauver le maximum de vies.

L’équipe médicale de MSF à bord de l’Aquarius a réanimé six jeunes enfants et une femme. Malgré tous leurs efforts, deux autres femmes ont succombé, laissant derrière elles de jeunes orphelins.

« C'est absolument déchirant. Ces femmes étaient mères. Nous essayons désormais de prendre soin de leurs très jeunes enfants qui restent à bord du bateau », partage Ni Mhurchu.

Tous les cas d’urgences médicales ainsi que leurs proches ont été évacués de l’Aquarius par un hélicoptère de la marine italienne, pour être emmenés à Sfax, en Tunisie - 16 personnes au total. L'équipe médicale MSF a également traité de nombreuses brûlures graves dues au carburant, ainsi que plus d'une douzaine de cas d'hypothermie, légère à modérée. De nombreux survivants étaient désorientés et confus à cause de l'inhalation de carburant qui s'était infiltré dans le canot pneumatique.

EN SAVOIR PLUS

À lire aussi