Rejoindre nos équipes : les conditions de départ


Partir en mission humanitaire demande un engagement personnel important. Motivation, aptitude à travailler au sein d'équipes pluridisciplinaires et multiculturelles, curiosité et ouverture à d’autres cultures sont des qualités indispensables pour travailler sur le terrain avec MSF.

Quel statut pour le personnel international ?

Juillet 2017 - Syrie - Province kurde - Camp de déplacés d'Aïn Issa. Marie, médecin française, arrive dans le camp et se dirige vers la clinique MSF.
 © Chris Huby
Juillet 2017 - Syrie - Province kurde - Camp de déplacés d'Aïn Issa. Marie, médecin française, arrive dans le camp et se dirige vers la clinique MSF. © Chris Huby

Médecins Sans Frontières déploie sur ses terrains d’intervention des professionnels expérimentés. Quels que soient votre expérience et votre métier vous bénéficierez d’un contrat rémunéré.

L’association ne recourt ni aux bénévoles ni aux stagiaires sur ses terrains d’intervention.

L’association propose le statut de volontaire ou de salarié en fonction du lieu de résidence et/ou de l’expérience de la personne. Tout expatrié cotise pour la retraite et bénéficie d'une couverture maladie et d'une assurance en cas d'invalidité/décès, ainsi que d'une couverture en cas de rapatriement sanitaire.

Un départ en couple ?

« Un départ en couple ou en famille n'est pas possible lors d'une première mission. Il n'est envisageable que sur les postes de coordination, le plus souvent en capitale dans le pays de mission, et uniquement si le lieu d'intervention l'autorise. Les conditions de sécurité, le manque d'opportunités professionnelles hors MSF, les possibilités restreintes de logement, le manque de structures scolaires et médicales adaptées limitent les possibilités de départ en famille. »

Marc Ferrier, responsable du recrutement chez Médecins Sans Frontières

© Remi Decoster/MSF

Quel contrat ? Quelle rémunération ?

Votre contrat et votre rémunération dépendent de votre pays de résidence et de votre expérience.

 

 

 

Votre lieu

de résidence

Votre expérience

Entre 0 et 12 mois avec MSF en expatriation ou comme personnel national MSF.

Entre 0 et 24 mois comme expatrié avec une autre ONG.

 

Plus de 12 mois avec MSF en expatriation ou comme personnel national.

Plus de 24 mois comme expatrié avec une autre ONG.

France

Volontaire CFE

1 134 euros nets/mois

Salarié (CDD d’usage)

Entre 1 531 et 4 091 euros bruts/mois

Pays disposant d’une section contractante

Contrat et rémunération selon la section

Contrat et rémunération selon la section

Autres pays

Volontaire étranger

1 111 euros nets/mois

Volontaire étranger

Entre 1 531 et 4 091 euros nets/mois

Volontaire CFE (Caisse des Français à l'Étranger) : convention de volontariat avec une indemnité de 1 134 euros nets quel que soit le poste. Votre indemnité est non imposable mais vous ne cotisez pas à l’assurance chômage.

CDD d’usage : contrat à durée déterminée avec salaire entre 1 531 et 4 091 euros bruts selon le poste occupé et l’expérience dans celui-ci. Ce salaire est imposable.

Volontaire étranger : convention de volontariat avec une indemnité de 1 111 euros nets. Salaire entre 1 531 et 4 091 euros nets/mois selon le poste occupé et l’expérience dans celui-ci.

Section contractante : section MSF qui rédige le contrat. La section contractante dépend du pays de résidence. Lorsque votre pays ne dispose pas de section contractante c’est la section française de MSF qui se chargera d’établir votre contrat.

 

Personnel national MSF

Si vous êtes membre du personnel national et que vous partez en expatriation avec MSF France :

  • Vous bénéficierez d’une convention de volontariat.
  • Votre rémunération dépendra de votre expérience avec MSF.

Plus d'infos sur l'expatriation du personnel national

© Bruno De Cock/MSF

Quelle prise en charge pour le personnel international ?

Elle est identique pour chaque expatrié, qu'il soit volontaire ou salarié :

  • TRANSPORT : les frais liés au transport à l'aller et au retour depuis le lieu de résidence de l'expatrié jusqu'à son lieu de mission sont pris en charge.

  • PER DIEM : une allocation mensuelle de frais de vie, appelée « per diem », est allouée chaque mois sur le terrain afin de couvrir les frais de nourriture et les dépenses personnelles (carte téléphonique, journaux locaux...).

  • CONGÉS : durant leur mission, les expatriés peuvent prendre un nombre limité de jours de repos, déterminé en fonction de la durée de la mission.

  • ASSURANCE : une police d'assurance couvre les soins de santé, le rapatriement, et les accidents. MSF garantit la responsabilité personnelle et professionnelle.

  • SANTÉ : la vaccination et les prophylaxies sont prises en charge selon la politique santé des expatriés. Si nécessaire, une évacuation médicale est réalisée et prise en charge par l'organisation.

La vie sur le terrain

Les équipes internationales de Médecins Sans Frontières bénéficient d'un logement collectif. Selon les terrains d’intervention le logement et les conditions de vie peuvent être rudimentaires, et le contexte sécuritaire peut imposer certaines règles strictes.  

Notre organisation prend très sérieusement en compte la sécurité de son personnel. Pour chaque mission, l'évaluation des risques permet de définir des règles que l'ensemble des équipes doit suivre scrupuleusement.

Une expérience enrichissante

« Pour ma première mission avec Médecins Sans Frontières, je suis partie au Tchad. On vivait dans une petite maison en dur, j’avais une petite chambre avec un lit, une moustiquaire et un ventilateur. À l'extérieur, il faisait 56 °C à l’ombre ! La maison était agréable : avec mes collègues, nous partagions un grand salon, une jolie petite terrasse, la salle d’eau et la cuisine. Nous n’avions pas l’eau courante, mais des réserves nous permettaient de prendre une douche à l’aide d’un seau. Un générateur fournissait l'électricité. Même si pour des raisons de sécurité nos mouvements étaient limités à des déplacements entre la maison et l'hôpital, la vie d’équipe a largement compensé les restrictions. Je garde un excellent souvenir de cette mission et des moments de convivialité partagés ! »

Flora, infirmière MSF

© MSF