Yémen : MSF offre des soins médicaux aux déplacés et aux blessés dans le gouvernorat d’Al Bayda

Chirurgie d'urgence hôpital d'Aden février 2013
Chirurgie d'urgence, hôpital d'Aden, février 2013 ©Malak Shaher/MSF

Le nouveau pôle d’urgence MSF pour le Yémen s’est rendu dans le gouvernorat d’Al Bayda, pour y dispenser des consultations médicales et distribuer des biens non alimentaires aux déplacés fuyant le conflit qui touche la zone depuis plusieurs mois.

Fin novembre, après avoir donné des kits pour les pansements aux unités médicales du gouvernorat, l’équipe MSF a visité Al Bayda où elle a soutenu le personnel médical et distribué du matériel pour les pansements. Dans les districts d’Al Quraishia et de Wild Rabea, l’équipe a prodigué les premiers soins aux blessés et effectué des consultations médicales pour les déplacés d’abord repliés dans les montagnes puis réfugiés dans d’autres villages du district. Les populations déplacées ont été  aidées par les communautés locales ; MSF a fourni une assistance supplémentaire.

Cependant, notre équipe n’a pas pu atteindre certains centres de santé comme celui d’Al Khobza qui était initialement soutenu par MSF et qui - aujourd’hui et du fait des combats - ne peut plus fonctionner. Le personnel médical a dû fuir les violences et plus aucun centre de santé ne fonctionne dans la zone. L’accès aux soins pour la population est donc devenu quasiment impossible ces dernières semaines et les gens ont peur de se rendre dans les hôpitaux.  

« Nous aidons environ 100 déplacés à qui nous distribuons des biens non alimentaires – matelas, couvertures, produits d’hygiène, bidons et matériel de cuisine – et un médecin MSF a dispensé des consultations médicales », décrit Moeen Mahmoud, manager du pôle d’urgence pour le Yémen. D’après le Docteur Abdulla Ba-Sharaheel, « la plupart des déplacés étaient des enfants et des femmes.  Les enfants souffraient le plus souvent de diarrhées et d’infections respiratoires. J’ai vu chaque enfant, un par un, et administré les traitements de base. »

Marie-Elisabeth Ingres, représentante de MSF au Yémen ajoute : « Nous n’avons pu prendre en charge que quelques-unes des victimes de la zone. Avoir accès à ces blessés est très difficile car ils ne vont pas dans les centres de santé et ont très peur d’être pris pour cibles. Ceux qui sont gravement blessés refusent de se rendre à l’hôpital. Plus généralement, nous sommes très inquiets quant au sort des déplacés et de la population d’Al Quraisha et de Wild Rabea. Ceux que nous avons vus sont des personnes qui n’ont quasiment pas accès aux soins, ni primaires ni secondaires. Nous appelons toutes les parties au conflit, à garantir un libre accès, sans restrictions, aux structures de santé. »
 

MSF est présente au Yémen depuis 1986 et mène des activités dans les gouvernorats de Sana’a, d’Amran et d’Al-Dhale’. Le pôle d’urgence pour le Yémen, qui a été mis en place en 2014, tente de répondre rapidement aux urgences dans différentes parties du pays.

EN SAVOIR PLUS

► Consulter notre dossier sur la crise au Yémen.

À lire aussi