Tsunami Asie - Envoi d'équipes et de matériel supplémentaires

Indonésie Janvier 2005
Indonésie Janvier 2005 ©Christian Aslund

Nos équipes se mobilisent au Sri Lanka, en Indonésie, en Inde, en Thaïlande, ainsi qu'en Birmanie et en Malaisie pour porter secours aux victimes du tsunami survenu dimanche en Asie du Sud. 32 tonnes de matériel sont parties hier soir de Belgique à destination de l'Indonésie. Un autre avion, avec à son bord 40 tonnes de matériel, décollera ce soir de notre base logistique de Bordeaux pour le Sri Lanka.

Depuis dimanche, nos équipes se mobilisent pour porter secours aux populations affectées par le très violent séisme survenu au large des côtes indonésiennes.

Un avion avec à son bord 40 tonnes de matériel médical et sanitaire décollera ce soir de notre base logistique à Bordeaux à destination du Sri Lanka. Son chargement (médicaments, bâches plastiques, kits d'assainissement de l'eau, nourriture spécialisée, etc.) permettra d'apporter une assistance à 30 000 personnes pendant trois mois. Notre équipe de sept personnes (deux médecins, une infirmière, deux logisticiens, un administrateur et un chef de mission) est arrivée hier. Elle s'installera à Batticaloa, ville sur la côte nord-est de l'île, particulièrement touchée, où nous étions présent jusqu'à l'année dernière.

En Indonésie, une équipe de huit personnes, dont trois infirmières et deux médecins, a commencé aujourd'hui à apporter son aide aux victimes de la catastrophe dans la région d'Aceh. 32 tonnes de matériel d'urgence (fournitures médicales, générateurs, bâches plastiques, moustiquaires, kits d'assainissement de l'eau, etc.) sont parties hier soir par avion de Belgique.

L'évaluation des besoins continue

En Inde, nous évaluons les besoins dans la région du Tamil Nadu, et comptons également nous rendre dans les îles d'Andaman et de Nicobar, proches de l'épicentre du séisme et donc très touchées. Nous renforçons nos équipes dans ce pays. En Birmanie, une équipe mène également une mission exploratoire sur la côte au sud du pays. En Thaïlande, une mission d'évaluation conduite par notre équipe déjà sur place a permis de constater un niveau d'assistance satisfaisant. Notre action se limite donc à un soutien ponctuel à deux hôpitaux de la côte thaïlandaise (mise à disposition de quatre infirmières dans un cas, fourniture de médicaments dans l'autre hôpital). De même, en Malaisie, nos équipes n'ont pas détecté de besoins justifiant une intervention de notre part.

Suite à une catastrophe naturelle de cette ampleur,le travail pour nos équipes consiste d'abord à évaluer les besoins dans les zones touchées et la réponse déjà apportée par les autorités locales ou d'autres acteurs de secours. Souvent, dans de telles circonstances, on trouve des groupes de population plus négligés par l'aide pour des raisons sociales, politiques ou économiques. Le cas échéant, la première urgence est d'assurer la prise en charge médicale des populations affectées, et de leur fournir des abris et de l'eau potable. Les vagues géantes ont en effet détruit les maisons et les infrastructures, et provoqué d'importants déplacements de population. Leur venir en aide contribue à prévenir l'apparition éventuelle d'épidémies.

Dossier spécial Tsunami

Pour plus d'informations sur les différentes actions menées par MSF lors de cette catastrophye, consultez notre dossier spécial Tsunami.

À lire aussi