Syrie : les mots doivent être traduits en action humanitaire

Conflit Syrien
Conflit Syrien ©MSF

Après plus de deux ans d’un conflit extrêmement violent, l’assistance humanitaire, en Syrie et dans les pays limitrophes, reste largement inférieure aux besoins des populations. Alors que les Nations unies se réunissent le 7 juin à Genève, MSF les exhorte, ainsi que tous les Etats impliqués, à accroître sans délais le niveau d’aide à la population syrienne et assumer leurs responsabilités envers les millions de victimes des combats.

Les Syriens continuent de fuir une guerre civile qui empire chaque jour et a déjà causé la mort de près de 100 000 personnes. Du fait des bombardements incessants et de la destruction délibérée du système de santé, blessés et malades doivent faire face à des obstacles insurmontables pour accéder aux soins.

Les conditions de sécurité et les restrictions imposées par le gouvernement syrien bloquent le déploiement des secours de part et d’autre des lignes de front du pays. Alors que les Nations unies reconnaissaient dès janvier dernier que l’assistance transfrontalière était insuffisante, l’échec avéré d’une assistance humanitaire indépendante à travers les frontières de la Syrie contribue à l’ampleur de la crise.

A l’extérieur de la Syrie, plus d’un million et demi de réfugiés doivent faire face à de nombreux défis. Dans les pays limitrophes de la Syrie, où trop peu d’organisations de secours sont actives, nombre de réfugiés n’ont trouvé que misère, privations et un accès quasi inexistant aux services de base.

En Jordanie, dans le camp de réfugiés de Zaatari, qui abrite quelque 100 000 Syriens, le système de santé reste fragile. L’aide financière insuffisante menace aussi la capacité de la Jordanie à pouvoir fournir des soins de santé aux 350 000 réfugiés qui vivent en dehors du camp.

A Domiz, au nord de l’Irak, plus de 35 000 refugiés s’entassent dans un camp surpeuplé. Beaucoup reçoivent bien moins que les 15 à 20 litres d’eau par personne et par jour, qui sont le standard international minimum requis en cas d’urgence.

Au Liban, où plus de 500 000 Syriens ont trouvé refuge, un grand nombre d’entre eux vivent dans des hébergements communautaires de fortune, dans des maisons en construction, ou dans des cabanes rudimentaires installées sur des terres agricoles. Beaucoup doivent payer pour vivre dans ces conditions indignes. Enfin, des dizaines de milliers de réfugiés ne sont pas encore enregistrés par les Nations unies, ce qui les rend inéligibles à recevoir une quelconque assistance, et à recevoir notamment des soins de santé.

Dans les pays voisins de la Syrie, les équipes MSF ont mené depuis le début du conflit près de 150 000 consultations médicales et constatent une situation sanitaire alarmante chez les réfugiés les plus vulnérables. Les enfants ne reçoivent pas de vaccinations, les soins de santé primaires sont au mieux très limités, les femmes enceintes ont un accès insuffisant aux soins et à des accouchements dans de bonnes conditions. Enfin, les personnes souffrant de maladies chroniques sont souvent privées de traitements et de suivi médical.

Les pays voisins de la Syrie font des efforts notables pour faire face aux conséquences de cette crise mais leurs ressources sont mises à rude épreuve et les tensions s’accroissent. Ces pays nécessitent un soutien urgent pour répondre aux besoins croissants des réfugiés, notamment en termes de soins de santé secondaires, en abris, en eau et assainissement. Ils doivent aussi maintenir leurs frontières ouvertes afin que soit garanti le droit de fuite des Syriens.

Il est temps pour les Etats donateurs d’engager les fonds nécessaires afin de préserver la santé des réfugiés et couvrir leurs besoins essentiels. Tous les Etats concernés et les différents acteurs impliqués doivent assurer une assistance humanitaire adéquate, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Syrie.

Les paroles doivent maintenant se traduire en actes.

Dossier Urgence Syrie

À lire aussi