Soudan du Sud : MSF soutient la réponse au coronavirus à Juba

Formation à la prévention et au contrôle des infections dans le cadre de la pandémie de Covid-19 à Juba, au Soudan du Sud.
Formation à la prévention et au contrôle des infections dans le cadre de la pandémie de Covid-19 à Juba, au Soudan du Sud. © Gabriele François Casini/MSF

Depuis mars 2020, les équipes MSF soutiennent les autorités sanitaires du Soudan du Sud dans la réponse à la Covid-19. Dans la capitale, Juba, elles forment notamment les agents de santé locaux et renforcent les mesures de prévention et de contrôle des infections dans les établissements de santé. 

Le premier cas positif à la Covid-19 a été confirmé au Soudan du Sud en avril dernier. Depuis, plus de 2 600 cas ont été enregistrés dans le pays. MSF a rapidement mis en place des mesures d’hygiène spécifiques dans ses projets réguliers. 

À Juba, les équipes répondent au coronavirus en collaboration avec les autorités sanitaires locales. Dans le Laboratoire national de santé publique de la ville, elles dispensent des formations aux agents de santé pour leur permettre de se protéger du virus et apportent un soutien technique pour le dépistage des patients.  

« Les agents de santé sont en première ligne dans la lutte contre la Covid-19, explique Tish Shaw, coordinatrice des urgences MSF au Soudan du Sud. Il est crucial qu'ils soient dotés des outils nécessaires, non seulement pour identifier les cas suspects, mais aussi pour qu'ils transmettent ces informations à la communauté. » 

Un technicien de laboratoire extrait un échantillon d'un cas suspect de Covid-19 dans le Laboratoire national de santé publique de Juba.
Un technicien de laboratoire extrait un échantillon d'un cas suspect de Covid-19 dans le Laboratoire national de santé publique de Juba. © MSF/Tetiana Gaviuk

Giir supervise une équipe de huit techniciens au sein du laboratoire de Juba, où les échantillons sont acheminés pour réaliser les tests. « Au début, il n'y avait pas de procédure mise en place, ce qui rendait le travail très difficile. Tout le monde avait peur et c'était particulièrement stressant. Aujourd'hui, on a les résultats en 24 heures alors qu'avant, cela prenait deux à trois jours, voire plus », confie le microbiologiste de 29 ans. 

Malgré les améliorations des procédures au sein du Laboratoire national de santé publique de Juba, la capacité de dépistage est encore très limitée dans la capitale et le reste du pays. Les transmissions du virus au sein des communautés sont toujours très préoccupantes.

Séance de formation aux mesures de prévention et contrôle des infections auprès du personnel de l'hôpital Al Sabah de Juba.
Séance de formation aux mesures de prévention et contrôle des infections auprès du personnel de l'hôpital Al Sabah de Juba. © Gabriele François Casini/MSF

Les équipes MSF prêtent également main-forte à l'hôpital universitaire de Juba dans la lutte contre la Covid-19. Des programmes d'éducation sanitaire et de promotion de l'hygiène au sein des communautés sont également menés à travers le pays. 

 

À lire aussi