Soudan du Sud : MSF soigne plus de 100 blessés suite à de violents combats à Malakal

Une équipe MSF soigne les personnes déplacées dans un camp de Ddjouba
Une équipe MSF soigne les personnes déplacées dans un camp de Ddjouba ©Jake Simkin

De violents combats au Soudan du Sud ont fait des milliers de déplacés et des centaines de blessés dans les Etats du Haut-Nil, d’Unité et du Jonglei, indique Médecins Sans Frontières. Durant les récents combats, les équipes de MSF ont soigné 116 personnes blessées par balle dans les villes de Malakal et de Nasir, dans l’Etat du Haut-Nil.

« A cause des combats ces derniers jours à Malakal nous avons beaucoup de mal à nous rendre dans les endroits où les personnes déplacées se sont réfugiées. Les combats empêchent également les personnes qui en ont besoin d’avoir accès à une aide médicale et humanitaire,  » explique Raphaël Gorgeu, chef de mission MSF au Soudan du Sud.

« Bien que nous continuions à traiter chaque jour les blessés qui affluent dans nos hôpitaux, nous sommes préoccupés par les conditions de vie des centaines de milliers de personnes déplacées dans le pays qui, pour la plupart, ont dû tout abandonner lorsqu’elles ont fui leur maison et n’ont que très peu de nourriture, d’eau ou d’accès aux soins médicaux », poursuit Gorgeu.

Les structures de santé peinent à répondre à la forte demande en soins médicaux des personnes déplacées, et certaines cliniques et hôpitaux sont déjà totalement débordés. MSF est en train de renforcer ses équipes d’intervention d’urgence pour répondre aux besoins croissants en matière d’aide humanitaire et de santé.

Ces dernières semaines, les équipes d’urgence de MSF ont augmenté leurs secours aux personnes déplacées à Awerial, dans l’Etat des Lacs  ainsi que dans la capitale Djouba. Elles ont également commencé à apporter de l’aide aux déplacés fuyant Bentiu en direction de Leer, dans l’Etat d’Unité, à Nasir et Malakal dans l’Etat du Haut-Nil, à Lankien dans l’Etat du Jonglei ; ainsi qu’à Nimule dans l’Equateur oriental, à la frontière ougandaise. En dehors du pays, les équipes MSF appuient les ministères de la Santé kenyan et ougandais en dispensant des soins médicaux et fournissent de l’eau aux réfugiés. Et une autre équipe évalue les besoins en Ethiopie.

Parallèlement, les équipes de MSF au Soudan du Sud continuent à gérer les 15 projets menés avant la crise, dans neuf des dix Etats du pays. Au cours du mois dernier, les équipes de MSF ont donné 41 899 consultations, reçu 1 628 patients dans leurs établissements médicaux, effectué 282 opérations chirurgicales, assisté 852 accouchements et traité 655 blessés de guerre. 50 tonnes d’équipements médicaux et logistiques ont été distribués aux projets de MSF.

MSF appelle toutes les parties au conflit à respecter l’intégrité des infrastructures médicales afin de permettre aux organisations d’aide d’accéder aux communautés affectées, et de permettre aux patients de recevoir un traitement médical, quelle que soit leur origine ou leur appartenance ethnique.
 

MSF travaille depuis 1983 dans la région qui constitue aujourd'hui la République du Soudan du Sud. MSF mène actuellement 11 projets réguliers dans neuf des dix Etats du pays : à Agok, Aweil, Gogrial, Leer, Maban, Malakal, Nasir, Yambio, Lankien, Yuai et Yida, et quatre interventions  d’urgence à Djouba, Awerial, Malakal et Nimule. MSF répond à de nombreuses urgences, notamment à des déplacements massifs de populations, des afflux de réfugiés, à la malnutrition et des épidémies telles que la rougeole, le paludisme, la diarrhée et le kala-azar. De plus, elle dispense des soins primaires et spécialisés. Les équipes de MSF comprennent actuellement 278 expatriés qui travaillent avec 2 890 collègues sud-soudanais.

Dossier spécial Urgence au Soudan du Sud

Consultez notre dossier détaillé sur l'urgence qui frappe le Soudan du Sud.

À lire aussi