Soudan du Sud : dans le camp de Bentiu, l’eau se retire mais la tension reste

Le camp de Bentiu au 29 septembre 2014.
Le camp de Bentiu au 29 septembre 2014. ©Jean-Pierre Amigo/MSF

Des dizaines de milliers de personnes ont trouvé refuge près de Bentiu, dans l’un des camps de « protection civile » gérés par la mission de l’ONU au Soudan du Sud (MINUSS) et mis en place spontanément après que les violences ont éclaté dans le pays en décembre dernier.

Situé dans l’un des plus grands marécages du monde, le camp a été inondé pendant presque tout le mois d’août, contraignant les réfugiés à vivre avec de l’eau jusqu’aux genoux, l’eau des crues en outre contaminée par les eaux usées. Beaucoup n’avaient d’autre choix que de dormir debout, leurs enfants dans les bras. Les violences et les viols – commis par des hommes armés – attendaient tous ceux qui se risquaient à l’extérieur du camp et dans la zone de conflit. Vanessa Cramond, coordinatrice d’urgence pour MSF, nous décrit la situation, maintenant que les eaux se retirent.

« Dans le site de “protection civile” de l’ONU, nous observons une baisse significative du niveau des eaux après la construction d’un canal de drainage d’une longueur de 2 km et l’amélioration des systèmes d’évacuation. Certaines zones sont toujours inondées, mais la plupart des réfugiés sont désormais au sec dans leur abri. L’accès routier dans le camp s’est aussi grandement amélioré, à la grande satisfaction de ceux qui y vivent.

Derrière les barbelés, la vie continue. Les réfugiés tentent de renforcer leurs abris en construisant des murs de boue séchée et de petits fossés. La terre, qui se vendait au prix de cinq livres sud-soudanaises la brouette (environ 1 dollar) aux personnes souhaitant surélever le sol dans leur abri, est désormais fournie gratuitement par les troupes de la MINUSS, en tant que sous-produit de l’excavation.

En général, il semble que les femmes et les enfants qui s’aventurent en-dehors de la zone protégée pour ramasser du charbon ou du bois pour cuire leur ration quotidienne de lentilles ou de sorgho sont moins exposés au harcèlement. En plus d’assurer la surveillance du camp, les troupes de la MINUSS organisent désormais aussi des patrouilles « bois à brûler » trois fois par jour le long de la principale route reliant le camp à la ville, sur 5 km. Quelques femmes ont monté un petit commerce au sein du camp et revendent le bois qu’elles n’utilisent pas à celles qui n’osent pas se risquer à l’extérieur. Elles parviennent ainsi à gagner un peu d’argent. Toutefois, MSF est toujours préoccupée par la sécurité des femmes et des enfants qui vivent à l’extérieur de la zone protégée et l’organisation continue de suivre de près la situation.

Récemment, nous avons vu des gens revenir au camp avec des goyaves, des papayes, des citrons et des gombos frais qu’ils ont cueillis dans les jardins des huttes abandonnées autour de Bentiu. Parfois, du poisson pêché à l’extérieur était aussi disponible. Cependant, les environs restent très militarisés et la situation est tendue. Dans la ville, les bureaux des ONG sont occupés par des hommes armés, la plupart des commerces et marchés sont fermés, les écoles sont devenues des maisons closes ou des brasseries. Il n’est pas rare de croiser des enfants dans des uniformes trop grands pour eux, armés de fusils d’assaut flambant neufs.

Nous sommes préoccupés par la situation des civils qui vivent en-dehors du camp et n’ont pas accès à nos services. C’est pourquoi nous avons récemment mis sur pied une clinique de proximité dans la ville de Bentiu. Désormais, une équipe de MSF assure une présence régulière dans les anciens locaux de l’hôpital – qui a été pillé – afin de pouvoir atteindre les femmes et les enfants qui vivent encore dans les villages entourant Bentiu et de leur fournir des soins de santé primaires.

La priorité est donnée à la prévention des épidémies. La surpopulation dans le camp constitue un risque réel pour les enfants, en particulier car elle favorise la propagation de maladies contagieuses comme la rougeole. Ces derniers mois, plusieurs enfants sont morts de complications liées à cette maladie. La semaine dernière, MSF a mené une campagne de vaccination, avec le soutien d’autres acteurs sanitaires, et a vacciné plus de 14 200 enfants, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du camp. Nous avons examiné les enfants pour dépister les cas de malnutrition et avons observés des signes d’amélioration. Il y a six semaines, 7% des enfants que nous avions examinés (en mesurant leur périmètre brachial ou MUAC) souffraient de malnutrition sévère. Ce chiffre est désormais passé à 1,3%. Nous pensons que cette amélioration est due à la fourniture d’eau potable et à l’amélioration des services de soins de santé et de nutrition dans le camp, ainsi qu’aux distributions générales de denrées alimentaires. Ces trois dernières semaines, nous n’avons eu aucun décès à déplorer à l’hôpital de MSF à cause de la malnutrition, un progrès encourageant.

Mais malgré toutes ces améliorations, nous restons prudents. La saison  des pluies n’est pas terminée et la zone pourrait être à nouveau inondée lors des prochaines grosses averses. Cette région de basse altitude n’est pas faite pour être habitée. En outre, une fois la saison des pluies finie, il pourrait s’avérer difficile de fournir de l’eau potable aux personnes vivant dans le camp. Sans solution politique à la crise en vue, l’avenir des déplacés reste incertain. »


Les équipes de MSF fournissent des soins de santé à 40 000 personnes réfugiées dans le camp de « protection civile » de l’ONU près de Bentiu, une ville située dans l’État d’Unité (Soudan du Sud), l’une des régions les plus touchées par le conflit. MSF dirige actuellement un hôpital dans le camp, avec une maternité, un service de pédiatrie, une unité dédiée à la tuberculose, des urgences et un bloc opératoire.

Activités de MSF

MSF au Soudan du Sud au 1er juillet 2014

Cliquer pour zoomer

 

DOSSIER SPECIAL

► Consultez notre dossier détaillé sur l'urgence qui frappe le Soudan du Sud et les pays voisins.

À lire aussi