Palestine : former les travailleurs de santé bloqués à Gaza

Rochelle lors de sa dernière formation en soins intensifs à Gaza.
Rochelle, lors de sa dernière formation en soins intensifs à Gaza. ©MSF

Les travailleurs de santé qui vivent dans la bande de Gaza, dans les Territoires palestiniens, rencontrent d’énormes difficultés pour accéder à une formation médicale spécialisée afin de renforcer leurs compétences et prodiguer les meilleurs soins possibles aux patients. Pour y remédier, MSF organise des séances de formation depuis plusieurs années.

Rochelle DeLacey, infirmière en soins intensifs à Auckland, Nouvelle-Zélande, a réalisé deux missions de formation du personnel infirmier local avec MSF à Gaza.

« Les infirmiers étaient très enthousiastes. Ils étaient reconnaissants d’avoir la chance de développer leurs compétences en soins intensifs. En l’absence d’autre accès à la formation, la seule option qu’il leur restait était de taper "soins intensifs" dans Google », dit-elle.

Les soins intensifs sont une branche très technique de la médecine et sont extrêmement importants dans cette petite bande de territoire où la population est souvent victime de violences et de traumatismes. Les habitants souffrent des conséquences des bombardements et des combats, mais le blocus qu’Israël impose à Gaza limite sévèrement les mouvements de personnes et de biens. À Gaza, en plus de l’accès inadapté à l’éducation, les travailleurs médicaux peuvent difficilement circuler pour suivre un programme de formation. Tout cela limite leur capacité à améliorer leurs connaissances et à fournir les meilleurs soins possibles aux patients.

Pour améliorer la qualité des soins à Gaza, MSF a organisé plusieurs séances de formation médicale spécialisée ces dernières années.

Formation au chevet des patients et cours de courte durée

En 2013, Rochelle a passé six mois à Gaza pour former le personnel infirmier local aux soins intensifs, au chevet des patients.

« Aucun des infirmiers n’avait reçu de formation aux soins intensifs. Comme ils ne peuvent pas quitter Gaza et que de nombreux instructeurs ne peuvent pas s’y rendre, ils n’avaient jamais suivi de formation spécialisée dans ce domaine », affirme Rochelle.

En 2013 également, quand Rochelle assurait le programme de formation à long terme, MSF a envoyé une équipe de médecins, dont un spécialiste des soins intensifs, donner un cours aux médecins.

Après la dernière expérience de Rochelle, MSF lui a demandé de revenir à Gaza cette année pour donner au personnel infirmier une brève formation en soins intensifs.

Rochelle et une autre infirmière spécialisée dans les soins intensifs, Sarah, se sont rendues à Singapour pour apprendre à enseigner cette formation, appelée « collaboration de base ». Le cours, développé par l’université chinoise de Hong-Kong, vise à diffuser du matériel pédagogique de haute qualité pouvant être enseigné par d’autres personnes.

Rochelle et Sarah ont adapté le cours au contexte pauvre en ressources de Gaza, notamment en supprimant les modules qui nécessitaient des équipements de surveillance de haute technologie, introuvables là-bas.

Rochelle, lors de sa dernière formation en soins intensifs à Gaza.

Rochelle, lors de sa dernière formation en soins intensifs à Gaza. © MSF

Au cours de sa mission de cinq semaines à Gaza, Rochelle a enseigné ce cours de deux jours à neuf reprises, couvrant un total de 116 infirmiers, soit la grande majorité du personnel infirmier de Gaza.

Développer de nouvelles compétences

Un examen pré et post-formation a montré que le personnel infirmier avait fait des progrès considérables en termes de connaissances et de compétences, avec un taux de réussite de 90 %.

L’un des principaux enjeux consiste à s’assurer que le personnel infirmier continue d’appliquer ce qu’ils ont appris après le départ de l’équipe de formation. Une infirmière et un médecin MSF local ont été chargés d’établir un suivi et de fournir d’autres opportunités d’enseignement.

Le manque de formation n’est qu’un problème parmi tant d’autres pour les infirmiers gazaouis, qui ont vécu plusieurs années d’insécurité et de violence.

« J’ai entendu de nombreuses histoires d’infirmiers dont la famille a été blessée, qui ont perdu leur maison à cause de la guerre ou qui connaissent des personnes tuées dans le conflit. Mais ils sont très forts, ils ont survécu à tout ça tellement de fois. Malheureusement, cela fait partie de leur vie », ajoute Rochelle.

Tandis que la formation a pour objectif d’améliorer la pratique des soins intensifs à Gaza, ce sont les habitants de Gaza qui en bénéficieront lorsqu’ils auront besoin de soins essentiels de haut niveau en cas de maladie grave ou de blessure de guerre.

« La finalité est d’augmenter la qualité des soins prodigués aux patients, d’améliorer les résultats cliniques, de réduire le taux de mortalité et de diminuer la durée d’hospitalisation. »

EN SAVOIR PLUS

► Retrouvez notre dossier spécial #SummerInGaza.

À lire aussi