MSF demande de bénéficier de vaccins à prix négociés

Vaccination dans l'Etat du Nil Supérieur Soudan du Sud juin 2012.
Vaccination dans l'Etat du Nil Supérieur, Soudan du Sud, juin 2012. ©Louise Roland-Gosselin/MSF

Médecins Sans Frontières demande que les prix des vaccins négociés par GAVI (l’Alliance Mondiale pour les Vaccins et l’Immunisation) puissent bénéficier aux acteurs humanitaires. A l'heure actuelle, les organisations comme MSF ne sont pas en mesure d'accéder à ces prix, et doivent entamer de longues négociations avec les laboratoires pharmaceutiques, au cas par cas.

On estime à 22,4 millions le nombre de bébés incomplètement vaccinés en 2011, soit un cinquième des enfants nés chaque année. Par ses activités dans des contextes instables et dans les régions en retard en matière de vaccination, MSF est pourtant souvent au contact des enfants peu ou pas vaccinés.

A l’occasion du Forum des partenaires de GAVI qui se tient actuellement en Tanzanie, MSF demande de bénéficier rapidement et régulièrement à des vaccins qui peuvent sauver des vies, et au prix le plus bas possible. « Nous devons être en mesure d'agir rapidement et de fournir des vaccins aux enfants dès qu’ils en ont besoin, a déclaré Florence Fermon, responsable du groupe de travail vaccination à MSF. On ne peut pas se permettre d’attendre de longues négociations pour obtenir des vaccins qui peuvent sauver la vie d’enfants vulnérables. »

Fin 2010 et début 2011, plus de quatre mois de négociations ont été nécessaires avec le ministère de la Santé et de la société pharmaceutique GlaxoSmithKline afin d’obtenir le vaccin contre le pneumocoque pour ses projets au Kenya. MSF a également tenté sans succès d'obtenir le vaccin contre le pneumocoque de Pfizer au prix de GAVI.

À lire aussi