Livre REFUGE : montrer les lieux de vie des migrants pour raconter leur exil

Refuge Bruno Fert
©Bruno Fert

Après plusieurs années de collaboration autour du projet d'exposition « Itinéraires intérieurs », MSF et le photographe Bruno Fert compilent l'ensemble des photographies et des témoignages recueillis depuis trois ans dans le livre REFUGE, à paraitre en septembre 2019.

L'exposition photo « Itinéraires intérieurs » et le livre REFUGE racontent l’exil en montrant les intérieurs où vivent les populations migrantes, de leur arrivée en Europe jusqu’à leur installation dans de véritables logements pérennes.

Ces photographies montrent des intérieurs de tentes, de cabanes ou de chambres dans les camps de réfugiés, les campements ou les centres d’accueil. Chaque intérieur est associé au portrait et au témoignage de ses habitants.

Ces images ont été réalisées à bord de l’Aquarius, en Grèce, en Italie, en Allemagne et en France à Paris.

Soutenez ce projet !

Pré-commandez le livre sur Kiss Kiss Bank Bank

Je participe

La parole au photographe

« En 2016, je suis parti à la rencontre des populations migrantes qui franchissent la Méditerranée pour trouver refuge en Europe. J’ai choisi de photographier les intérieurs des abris aménagés, le temps d’une étape, au sein des camps réugiés ou des campements de fortune en Grèce et en France. À ces images d’intérieurs, j’ai associé les portraits et les témoignages de leurs habitants.

L’année suivante, le projet REFUGE obtenait le Prix de Photographie de l’Académie des Beaux-Arts. Grâce à cette dotation et au soutien de Médecins Sans Frontières, j’ai développé ce projet en France, en Grèce, en Italie, en Allemagne et à bord de l’Aquarius en Méditerranée centrale. J’y ai photographié les lieux de vie des réfugiés de leur arrivée en Europe jusqu’à leur installation dans de véritables logements pérennes.

Awesome, 43 ans, originaire du Pakistan. Ancien guide touristique à Peshawar, il est devenu patron du plus beau restaurant de la Jungle de Calais appelé "les 3 idiots".
 © Bruno Fert
Awesome, 43 ans, originaire du Pakistan. Ancien guide touristique à Peshawar, il est devenu patron du plus beau restaurant de la Jungle de Calais appelé "les 3 idiots". © Bruno Fert

Regarder l'habitat comme un dénominateur commun

Un intérieur est un lieu de vie, un foyer. C’est un lieu d’intimité. Il reflète ce que chacun possède et ce qu’il est, l’identité comme les aspirations. 

Habiter est ce que nous avons tous en commun, que nous soyons nomades ou sédentaires, nous habitons tous. C'est à partir de ce point commun que je veux amener le public à s’identifier : à se mettre à la place de l'autre en observant son lieu de vie. Et c'est justement pour que le public puisse se projeter que je photographie, dans un premier temps, ces lieux sans montrer leurs habitants.

Portraits & témoignages

Viennent ensuite les portraits de leurs occupants. Réalisées sur fond gris, ces images dévoilent de façon très sobre les visages de ces hommes et de ces femmes. Cette technique de studio permet de mettre en avant le modèle en le dissociant du contexte : ce n'est plus l'image d'un migrant qui marche dans la boue au milieu des tentes mais le visage d'un semblable. Le visage d'une femme ou d'un homme qui me regarde. »

 

Soutenez le projet !

Plus d'infos sur Kiss Kiss Bank Bank

Je participe

Qui est Bruno Fert ?

A l'âge de 12 ans, le photographe Bruno Fert égare les albums photos que lui avait confiés sa grand-mère : plus de photos de famille ! Depuis, il ne cesse de parcourir la planète et d'en photographier ses habitants.

Admirant les portraits d'Auguste Sanders comme les paysages de Peter Bialobrzeski, Bruno Fert cherche à révéler des problématiques politiques ou sociales en nous les dévoilant sous un angle singulier. L’habitat, modeste refuge, logement de fortune ou ruines, revient souvent dans ses séries comme « Les Absents » ou « Les tentes dans la ville ».

Ses images sont publiées dans les journaux et les magazines comme Le Monde, Le Nouvel Observateur ou le The Telegraph. Son travail a été distingué par la Bourse du Talent, le World Press Photo, le Prix Roger Pic et le Prix de la Banque Neuflize.

Le Projet REFUGE a obtenu le Prix de Photographie de l'Académie des Beaux-Arts en 2016. 18 tirages du projet REFUGE font partie de la collection permanente du Musée Nationale de l'Histoire de l'Immigration.

À lire aussi