Indonésie, tsunami : les équipes de MSF mobilisées sur le terrain

Sunda Strait Tsunami
Une équipe MSF s'est rendue dans les maisons du sous-district de Carita pour prendre en charge les blessés du tsunami qui a frappé l'Indonésie le 22 décembre 2018. ©Muhamad Suryandi/MSF

[Mise à jour 26 décembre]

Samedi 22 décembre 2018, une éruption du volcan Anak Karakatoa a déclenché un tsunami. Le bilan founi par l'Agence nationale indonésienne de gestion des catastrophes le 25 décembre faisait état de 429 morts, 1485 blessés et 154 disparus et plus de 11000 personnes déplacées. 

MSF a mobilisé plusieurs équipes : une équipe soutient actuellement le centre de santé Carita, une autre le centre de santé de Labuan. Dans ces deux centres, MSF renforce le personnel de santé prenant en charge les blessés. Une troisième équipe, mobile, visite les différentes communautés pour soigner les patients blessés qui ne pouvaient pas se rendre dans les hôpitaux / centres de santé. Les cas les plus graves sont référés dans les hôpitaux, les autres sont pris en charge par les équipes mobiles. 
 
Malgré quelques signes de reprise dans les zones touchées, avec la réouverture de restaurants et de magasins, les rues restent bloquées, ce qui rend difficile l'accès aux postes et centres de santé.
 
Daniel von Rège, chef de mission MSF en Indonésie, 23 décembre :
« Depuis début 2018, Médecins Sans Frontières soutient un projet axé sur la santé des adolescents en Indonésie, en appui au ministère de la Santé de Labuan et Carita dans le district de Pandeglang. Cette région a été sévèrement touchée par le tsunami à la suite d'une éruption du volcan Anak Karakatoa le 22 décembre au soir. Les équipes de MSF Pandeglang ont réagi à l'afflux de patients le matin du 23 décembre, alors que des blessés et des corps ont été amenés dans les centres de santé. Avec le soutien de son équipe de coordination nationale arrivée quelques heures plus tard, MSF a soutenu le personnel du centre de santé pour prioriser les besoins immédiats. Alors que les cas les plus graves étaient dirigés vers les hôpitaux les plus importants de la région et que les personnes décédées étaient gérées par les autorités locales, MSF a aidé les agents de santé épuisés en veillant à la prise en charge des patients, au contrôle des infections et aux normes d'hygiène, et a fourni un soutien matériel. Au cours de la journée, de plus en plus de blessés et de corps sont arrivés et ont nécessité une attention immédiate. Cette situation risque de se poursuivre dans les prochains jours. MSF est présente de manière permanente dans le district de Pandeglang. Nous continuerons donc à soutenir les efforts nationaux aussi longtemps que nécessaire. »

[Mise à jour 7 janvier]

À ce jour, Médecins Sans Frontières offre toujours un soutien médical aux centres de santé de Labuan et Carita à Pandeglang. Trois cliniques mobiles sont opérationnelles et elles délivrent des soins médicaux dans 17 villages ou centres de santé.

Au 2 janvier 2019, les équipes de Médecins Sans Frontières ont conduit 472 consultations et délivré des soins prénataux et postnataux à 20 femmes enceintes. Les pathologies les plus fréquemment rencontrées sont des infections des voies respiratoires supérieures, des myalgies, des céphalées, des traumatismes accidentels et des infections de la peau. Pour l’instant, les stocks médicaux dans les centres de santé et les cliniques mobiles ont fortement réduit et un meilleur approvisionnement est nécessaire pour soutenir les services médicaux en cours.

Une équipe MSF est partie en exploration pour évaluer les besoins des personnes touchées par la pluie et les inondations qui ont eu lieu le 1er janvier dans les villages de Cigondang et Sukamaju, dans lesquels travaille également une clinique mobile MSF. Il est attendu qu’après les résultats de l’exploration et de l’évaluation, des équipes de Médecins Sans Frontières procèdent à une plus large intervention dans ces villages.

L’équipe de Médecins Sans Frontières est composée de 25 personnes : docteurs, infirmiers, promoteurs de santé, sages-femmes, conseillers, logisticiens et personnels administratif et financier.

À lire aussi