Soyez là où votre don sauve des vies

Gaza : une clinique MSF endommagée lors d’un bombardement de l’armée israélienne

Gaza : une clinique MSF endommagée lors d’un bombardement de l’armée israélienne
Vue de la clinique MSF de la ville de Gaza. 16 mai 2021.    © MSF

Dans la nuit du 15 au 16 mai, un bombardement de l’armée israélienne sur la ville de Gaza a causé des destructions importantes sur une clinique MSF. Aucun blessé n’est à déplorer parmi les équipes de Médecins Sans Frontières suite à ce bombardement, qui a causé la mort de plusieurs personnes à proximité de la clinique.

La clinique MSF de la ville de Gaza est dédiée aux soins de traumatologie et à la prise en charge des personnes atteintes de brûlures, des soins spécialisés rares dans la bande de Gaza. 

La salle de stérilisation de la clinique, indispensable pour la prise en charge médicale proposée dans cette clinique, a été détruite lors du bombardement. La salle d’attente de la clinique a également été endommagée.

Salle de stérilisation de la clinique MSF de la ville de Gaza. 16 mai 2021. 

Vue de la clinique MSF de la ville de Gaza suite au bombardement de l'armée israélienne. 16 mai 2021. 

Vue de la clinique MSF de la ville de Gaza suite au bombardement de l'armée israélienne. 16 mai 2021.

1 / 3

Salle de stérilisation de la clinique MSF de la ville de Gaza. 16 mai 2021. 

Vue de la clinique MSF de la ville de Gaza suite au bombardement de l'armée israélienne. 16 mai 2021. 

Vue de la clinique MSF de la ville de Gaza suite au bombardement de l'armée israélienne. 16 mai 2021.

1 / 3

« La situation est terrifiante. Les bombardements continuent et ont causé énormément de dommages autour de la clinique et du bureau MSF de Gaza », détaille Ayman Djaroucha, le coordinateur de MSF sur place. 

La campagne de bombardements menée par l’armée israélienne a forcé de nombreux membres de l’équipe MSF de Gaza, ainsi que des patients, à se déplacer pour tenter de se mettre à l’abri. Les dégâts subis par la clinique MSF lors du bombardement de la nuit du 15 au 16 mai démontrent qu’aucun endroit n’est vraiment sécurisé à Gaza.

Alors que le nombre de blessés et de déplacés ne cesse d’augmenter, MSF déplore l’impossibilité de faire rentrer du matériel médical ou des équipes humanitaires dans la bande de Gaza.

À lire aussi