En Syrie, les médecins se battent pour sauver des vies dans les enclaves assiégées et bombardées

Activités médicales d'une salle d'urgence en Syrie archives.
Activités médicales d'une salle d'urgence en Syrie, archives. ©MSF

Cela fait des semaines que les zones assiégées de la région rurale de la Ghouta orientale, près de Damas, en Syrie, sont touchées par des bombardements quasi-quotidiens. Le jeudi 5 février, une soixantaine de raids aériens ont été signalés dans la région. Deux centres médicaux ont été touchés et le personnel et les patients ont été évacués. Le 8 février, un infirmier a été tué alors qu’il se rendait à l’hôpital. Les centres médicaux que Médecins Sans Frontières soutient dans la région ont pris en charge des centaines de blessés. Les contacts quotidiens que nous entretenons avec ces structures médicales nous permettent de continuer à recueillir des données médicales pour mieux comprendre les besoins, alors même que les bombardements se poursuivent et ont des conséquences catastrophiques.

Le vendredi 23 janvier, un raid sur un marché bondé a provoqué une crise majeure. Les hôpitaux de fortune soutenus par MSF dans la région de la Ghouta orientale ont pris en charge 147 blessés, dont la moitié avait besoin d’une opération. Parmi ces blessés, on dénombrait vingt enfants.   

« Le mois dernier, la situation dans les enclaves assiégées de la région de Damas est devenue totalement catastrophique,  explique le Dr Bart Janssens, directeur des opérations chez MSF. Les hôpitaux que nous soutenons sont dépassés par le nombre de patients, et les demandes d’approvisionnement médical ont monté en flèche. Les  bombardements massifs du 5 février et le raid qui a frappé un marché bondé le 23 janvier sont particulièrement atroces. Mais ces attaques sont loin d’être des cas isolés – elles s’inscrivent dans le climat de violence extrême que nous observons aujourd’hui. À distance, nous faisons notre possible pour aider les médecins syriens qui prennent en charge directement les victimes de ces attaques et tentent de dispenser des soins de santé de base. Mais, en de telles circonstances, il est extrêmement difficile d’assurer le bon fonctionnement de ces centres. »     

Outre les quatre structures médicales que MSF parvient encore à maintenir dans ce pays confronté à une terrible guerre et une grande instabilité, l’organisation médicale a développé un programme de soutien d’urgence pour appuyer les médecins dans plus de 100 structures de santé. Ces hôpitaux et centres de santé sont opérationnels, bien que MSF ne soit pas  présente sur place. Nous assurons un soutien matériel et organisons des formations à distance pour aider les hôpitaux à faire face à des situations médicales extrêmes. De plus en plus, nous sommes amenés à donner la priorité aux structures situées dans les zones assiégées. Depuis deux ans, l’équipe  de MSF est en contact permanent avec le personnel médical syrien - une fois par semaine dans tous les cas, et souvent une fois par jour -  alors que les médecins et les infirmiers tentent désespérément de continuer à soigner les patients.

Un médecin qui travaille dans l’un de ces hôpitaux de fortune soutenus par MSF dans la région de la Goutha orientale et deux ambulanciers du personnel paramédical expliquent la réponse médicale apportée et les défis du quotidien de la guerre. Tous trois ont souhaité conserver l’anonymat.

Activités de MSF en Syrie et dans les pays voisins en 2015

Survolez l'image pour activer les légendes ou cliquez ici pour l'afficher en plus grand.

Dossier Urgence Syrie

Retrouvez notre dossier spécial rassemblant toutes nos informations à propos de nos activités relatives au conflit qui se déroule en Syrie et dans les pays voisins.

À lire aussi