En République centrafricaine, un mois pour pouvoir rejoindre l’hôpital de Bria

Ousman 8 ans et Adou Mahato son père à l'hôpital de Bria mars 2015
Ousman, 8 ans, et Adou Mahato, son père, à l'hôpital de Bria, mars 2015 ©Marta SOSZYNSKA/MSF

Depuis août 2013, MSF mène un projet pédiatrique pour les enfants âgés de 0 à 15 ans à l’hôpital de Bria, à l’Est de la République centrafricaine (RCA). Suite à un accident, au départ bénin, l’état de santé d’Ousman, 8 ans, s’est dégradé.

En août 2013, suite à la prise de pouvoir dans la zone par l’ex coalition rebelle Séléka, MSF a ouvert un projet pédiatrique à Bria. Il s’agissait au départ de renforcer pour quelques mois seulement la prise en charge pédiatrique dans cette zone touchée par le conflit et de répondre, en urgence, au pic annuel de paludisme.

Le pays s’enlisant dans un cycle de violences et les capacités de reconstruction ou de renforcement des structures médicales étant limitées, MSF a prolongé sa présence à Bria. Puis, du fait des problèmes sanitaires, du manque chronique d’accès aux soins et de la faible présence d’acteurs humanitaires et médicaux, internationaux comme nationaux, à Bria, comme dans le reste du pays, notre programme a été maintenu.

Ousman, huit ans, est le plus jeune des huit enfants d’Adou Mahato. Sa famille vit en brousse, à environ 60 km de Bria. Ils font partie de la communauté Peuhle, une ethnie nomade d’éleveurs.

Ousman jouait avec d’autres enfants quand une branche l’a blessé au genou gauche. Au début, son père ne s’est pas inquiété et pensait que la plaie allait guérir naturellement. Et puis il ne voulait pas utiliser les « médicaments » vendus par les chalands qui passent parfois dans leur campement.

Les jours ont passé et le genou d’Ousman était toujours gonflé, la plaie ne se refermait pas. Adou Mahato a alors décidé d’amener son fils à l’hôpital de Bria qu’il connaissait mais où il n’était jamais allé auparavant.

La famille n’avait pas l’argent nécessaire pour payer le transport. Alors, Adou Mahato a décidé de vendre un de ses bœufs 20 000 CFA (soit environ 30 euros) pour pouvoir payer une taxi-moto pour les emmener, son fils et lui, jusqu’à Bria.

Il a fallu un mois pour que tout se mette en place. Quand Ousman et son père sont arrivés à l’hôpital, l’infection était étendue à l’ensemble de sa jambe gauche, causant une arthrite septique, une inflammation importante et sérieuse.

Depuis qu’Ousman est à l’hôpital il a repris du poids et se sent mieux. Ici tout est nouveau pour son père et lui : dormir dans un lit, être dans une ville... Le petit garçon est sous traitement antibiotique. Il a été transféré à l’hôpital pédiatrique géré par l'ONG Emergency à Bangui. Si tout se passe bien, il pourra bientôt courir à nouveau.

Dossier spécial RCA

Retrouvez notre dossier consacré à la crise frappant la République centrafricaine.

À lire aussi