Yémen : plus de 65 morts dans une attaque aérienne menée sur la ville de Taiz

L'hôpital Al Rawdah à Taiz soutenu par MSF le 24 juillet dernier. MSF
L'hôpital Al Rawdah à Taiz, soutenu par MSF, le 24 juillet dernier. © MSF ©MSF

Sept frappes aériennes ont touché ce vendredi 21 août une zone densément peuplée de la périphérie de la ville de Taiz, la troisième ville la plus importante du Yémen, faisant au moins 65 morts dont des femmes et des enfants, et 17 personnes d’une seule et même famille.

Parmi les blessés, vingt-trois personnes ont été prises en charge dans l'un des hôpitaux soutenus par MSF. Ceux qui ont survécu aux bombardements tentent encore de dégager des victimes parmi les décombres. Ces frappes aériennes ont détruit en tout 17 maisons et une vingtaine d'autres ont été endommagées par les bombes.

Les blessés et les équipes MSF sont dans l’incapacité d'atteindre les hôpitaux en raison des combats. Sur les vingt hôpitaux qui existent à Taiz, seulement sept sont encore fonctionnels, pour une population de plus de six cent mille personnes. Ces sept hôpitaux sont totalement submergés de blessés et sont à court de médicaments. Le personnel médical local a lui aussi des difficultés à se rendre dans les hôpitaux parce que les routes sont trop dangereuses en raison de l'intensité des combats.

MSF tente de faire parvenir aux hôpitaux de la ville des kits de premiers soins d’urgence. L'équipe médicale à l'intérieur de l'hôpital Al Rawdah que soutient MSF fait ce qu'elle peut, mais le nombre de patients continue d’augmenter et plusieurs médicaments essentiels ne sont plus disponibles.

Depuis mars, les hôpitaux soutenus par MSF à Taiz ont traité plus de 4 300 patients. Depuis le 18 août, 923 personnes blessées ont réussi se rendre à l'hôpital. Malheureusement, 133 parmi elles sont décédées en raison de leurs graves blessures. Beaucoup d'autres victimes n’ont pas été en mesure de se faire soigner en raison des snipers et des frappes aériennes. Durant les deux dernières semaines, les combats se sont intensifiés et la capacité de transporter du matériel médical pour reconstituer les stocks dans les hôpitaux a été extrêmement difficile.

MSF est une organisation médicale internationale neutre qui s'appuie sur l'éthique médicale pour fournir des soins dans plus de 70 pays. Au Yémen, MSF travaille dans les gouvernorats d'Aden, de Sanaa, d'Al-Dhale, d'Amran, de Saada, de Taiz et d'Hajja. MSF est une organisation indépendante financée par des particuliers dans le monde entier. MSF est indépendante de tout gouvernement.

EN SAVOIR PLUS

► Consulter notre dossier sur la crise au Yémen

À lire aussi