Un avion de MSF, transportant du matériel médical vital, à nouveau empêché d’atterrir. En attente de soins d'urgence, des patients décèdent faute de matériel médical

Port au Prince le 19 janvier 2010  Un avion cargo de Médecins Sans Frontières (MSF) transportant 12 tonnes d'équipement médical dont des médicaments du matériel chirurgical et deux appareils de dialyse s'est vu refuser par trois fois l'atterrissage
©Julie Rémy / MSF

Port-au-Prince, le 19 janvier 2010 - Un avion-cargo de Médecins Sans Frontières (MSF) transportant 12 tonnes d'équipement médical, dont des médicaments, du matériel chirurgical et deux appareils de dialyse s'est vu refuser par trois fois l'atterrissage à l'aéroport de Port-au-Prince depuis dimanche soir, malgré des assurances répétées quant à sa possibilité d'atterrir.

Ces 12 tonnes de matériel médical faisaient partie d'une cargaison initiale de 40 tonnes transportées dans un avion qui n'avait pas reçu l'autorisation d'atterrir dimanche matin.

Depuis le 14 janvier, cinq avions de MSF ont été déroutés de leur destination de Port-au-Prince vers la République dominicaine. Ces avions transportaient 85 tonnes de matériel médical au total.

« Cinq patients sont décédés au centre médical de Martissant à cause du manque de matériel médical qui se trouvait  justement à bord de cet avion », explique Loris de Filippi, coordonnateur d'urgence pour MSF à l'hôpital Choscal à Cité Soleil.

« Je n'ai jamais rien vu de pareil. À chaque fois que je quitte la salle d'opération, je vois un nombre considérable de personnes en attente d'une opération chirurgicale. Aujourd'hui, à l'hôpital Choscal, 12 personnes nécessitant d'urgence une amputation attendaient en vain par manque du matériel nécessaire pour réaliser ces interventions. Nous avons été forcés d'acheter une scie au marché local pour continuer les amputations. C'est une vraie course contre la montre. »

Plus de 500 patients nécessitant une intervention chirurgicale ont été transférés du centre médical MSF dans le quartier de Martissant vers l'hôpital Choscal, où plus de 230 personnes ont été opérées depuis jeudi. Ce matériel est crucial pour permettre aux équipes MSF, opérationnelles immédiatement après le tremblement de terre, de continuer à apporter des soins médicaux essentiels aux rescapés. MSF a déjà prodigué des soins médicaux à quelques 3 000 blessés et réalisé plus de 400 interventions chirurgicales dans cinq sites différents dans Port-au-Prince.

« C'est comme si nous travaillions en zone de conflit », explique Rosa Crestani, coordinatrice médicale MSF à l'Hôpital de Choscal. « Nous n'avons plus de morphine pour soulager la douleur de nos patients. Il est inacceptable que des avions transportant du matériel et de l'équipement médical vital continuent d'être déroutés alors que les patients décèdent. Il faut donner la priorité au matériel médical».

De nombreux patients extraits des décombres courent maintenant des risques importants de mourir d'une septicémie. Ils sont par ailleurs exposés aux conséquences du crush syndrome : les tissus musculaires endommagés relâchent des toxines qui peuvent amener à des insuffisances rénales fatales. Pour ces patients, les appareils de dialyse sont indispensables pour les maintenir en vie.

Deux autres avions transportant au total 26 volontaires avaient déjà été déroutés vers la République Dominicaine. MSF a pu faire atterrir au total cinq avions à Port-au-Prince comprenant 135 tonnes de matériel au total. Des autorisations seront toujours nécessaires pour faire atterrir 195 autres tonnes de matériel à l'aéroport, afin de permettre à MSF d'accroître ses opérations d'assistance médicale en Haïti.


Plus de 700 personnels de MSF travaillent actuellement pour apporter une aide médicale d'urgence aux rescapés du tremblement de terre dans et en dehors de Port-au-Prince. Les équipes MSF travaillent actuellement à l'hôpital de Choscal, au centre de santé de Martissant, à l'hôpital de la Trinité, à l'hôpital de Carrefour, à l'hôpital de Jacmel et installent actuellement un hôpital gonflable de 100 lits dans le quartier Delmas. Ils mènent également des évaluations sur d'autres sites à l'extérieur de la capitale.

 

Contact presse : 06 76 22 02 79

Dossier "tremblement de terre en Haïti"

Retour au dossier consacré aux interventions de MSF en Haïti après le séisme du 12 janvier 2010.

À lire aussi